Actualités

L’union pour arrêter le chantier de la NRL et changer La Réunion

Paul Vergès lance un appel à toutes les têtes de liste aux élections régionales

Témoignages.re / 9 octobre 2015

L’évolution de l’enquête sur les marchés de la nouvelle route du littoral ouvre la possibilité d’arrêter ce chantier. Paul Vergès appelle toutes les têtes de liste aux régionales à l’union autour de ce mot d’ordre, avec comme perspective la réforme institutionnelle l’an prochain découlant du projet de loi sur l’égalité réelle.

Paul Vergès rappelle tout d’abord les événements de la veille. Des représentants de la police, deux magistrats, une douzaine de perquisitions avec une orientation éloquente.
On a interrogé le président de la Région, les membres de la commission d’appel d’offres et les entreprises bénéficiaires des contrats.
Les conséquences judiciaires, politiques et électorales sont inscrites inévitablement.
L’ampleur de ces perquisitions fait que nous passons d’un problème d’ampleur régionale à nationale. Paul Vergès souligne qu’en France, 21 journaux en ont rendu compte, ainsi que Public Sénat et la Chaine parlementaire. Tous les élus du Sénat et de l’Assemblée nationale ont les éléments du problème.

« La suite est irréversible »

On ne peut pas croire que cela finira par un non-lieu. L’orientation des perquisitions et des saisies montre vers quoi on s’achemine. C’est une orientation que personne n’espérait.
« Désormais, la suite est irréversible et pas besoin d’être grand devineur pour savoir que Didier Robert sera battu aux régionales ».
Le plan B de l’union de la droite est en train de se constituer.
Tout le dossier est en cause, rappelle Paul Vergès.
Si ce chantier se poursuit, il durera deux ou trois mandats. Tous les crédits vont être impliqués par cet investissement avec tous les dépassements à la charge de la Région Réunion.
L’évolution de la procédure d’enquête donne la possibilité d’éviter cela, affirme le sénateur et « faire de l’arrêt du chantier ruineux de la NRL une possibilité, une priorité sur un plan politique ». « Il faut lever le poids de la NRL » et des problèmes posés. C’est le rappel de la non-évaluation du coût financier, la condamnation du projet par le Conseil National pour la Protection de la Nature. Ce projet remet en cause tout l’avenir du développement de La Réunion.

« Faisons comme en 1945-1946 »

Cette nécessité absolue peut être réalisée et s’inscrit dans un contexte : dans quelques semaines, à la rentrée parlementaire, le dépôt de deux projets de loi. Un concernera la réforme institutionnelle, le second la lutte contre les inégalités.
Paul Vergès propose aux candidats aux régionales d’avoir le sens historique, le même que Gaston Monnerville, Aimé Césaire et Raymond Vergès.
2015-2016 se rapproche de 1945-1946. À l’époque, c’était unité pour changer la situation.
Le prochain mandat du Conseil régional découlera des nouvelles institutions émanant du projet de loi adopté l’année prochaine.
« Faisons comme en 1945-1946, l’union la plus large possible des Réunionnais », déclare Paul Vergès. Il appelle à « s’unir pour avoir la certitude absolue que cette union l’emportera sur celle organisée par le président de la Région s’il est encore actif au moment du scrutin ».
« En fonction du nouveau statut, de nouvelles élections se dérouleront en 2016 », note Paul Vergès. Il propose que dans les premières semaines du nouveau mandat des conseillers régionaux, tous s’unissent sur les projets statutaires que le président Hollande nous offre. Avec les élections qui en découleront, chacun reprendra son gré.
« Les événements donnent une possibilité considérable de changer tout l’avenir politique de La Réunion et de créer les conditions positives de son développement ».
« Arrivons à une décision historique en 2016, comme en 1946 », plaide Paul Vergès qui appelle à une union de toutes les têtes de liste derrière deux choses : l’arrêt du chantier de la nouvelle route du littoral et l’évolution institutionnelle. « Si ce miracle se réalise, je serai candidat au dernier poste de la liste ».


Kanalreunion.com