Actualités

L’union sacrée pour sauver La Réunion

Sénatoriales : présentation de la liste conduite par Paul Vergès

Manuel Marchal / 23 août 2011

La liste conduite par Paul Vergès a été dévoilée hier. C’est une liste d’union visant à faire face aux défis considérables que notre île doit relever dans les prochaines années, dans un contexte encore plus difficile que lors du changement de 1946.

« Quand nous discutons avec les forces de l’alternance de 2012, elles nous disent : vos solutions seront les nôtres », tel est en substance selon Paul Vergès un des enjeux des élections sénatoriales qui se tiendront dans un mois.
Lors d’une conférence de presse tenue hier à Saint-Denis et présidée par Gélita Hoarau, sénatrice sortante et candidate à sa réélection, l’Alliance et les MODÉRÉS ont présenté une liste d’union aux sénatoriales. Sous le nom de "l’union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais", c’est la dynamique du rassemblement. Prenant acte du refus des socialistes de participer à cette grande union contre la politique du gouvernement et pour faire avancer les propositions de La Réunion, le Parti communiste réunionnais et les MODÉRÉS, deux des trois composantes de la majorité au Conseil général, ont maintenu le cap du rassemblement pour que la voix des Réunionnais se fasse mieux entendre dans les cercles les plus élevés.
Face à une situation de crise exceptionnelle, la stratégie est de dépasser les clivages pour arriver à proposer un projet accepté le plus largement. Les élections sénatoriales ouvrent une période de renouvellement de la direction politique de la République. Pour la première fois, le Sénat peut en effet changer de majorité, et cela à quelques mois de l’élection présidentielle, cette dernière précède de quelques semaines les législatives.
Dans les neuf mois qui viennent, c’est le renouvellement complet des pouvoirs exécutif et législatif de la République.

Relance des grands chantiers

Aujourd’hui, La Réunion compte 850.000 habitants, et le monde traverse sa plus grande crise économique depuis 60 ans sans que son issue soit connue. Autour de notre île, le monde connaît également sa plus importante croissance démographique qui doit l’amener à être peuplé de plus de 9 milliards de personnes. D’ici deux mandats de président de la République, c’est-à-dire en 2022, Madagascar approchera 30 millions d’habitants, celle du continent africain continuera d’augmenter de manière importante et La Réunion se dirigera vers le million d’habitants.
Ce sont des réponses intégrant ces données qu’il est urgent de rechercher.
Paul Vergès rappelle le calendrier. Les sénatoriales dans 5 semaines, puis ensuite s’ouvriront 6 à 7 mois de discussions avec les forces politiques de l’alternance pour arriver à un accord prenant en compte « notre analyse et nos propositions », « on nous demande ce que l’on propose sur le plan social, économique et culturel pour que l’on puisse l’intégrer dans le projet présidentiel ».
Pour l’immédiat, les forces du changement en France veulent répondre favorablement au projet de relance des grands chantiers. L’union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais milite également pour la mise en place d’emplois aidés dans le but de les pérenniser dans des services d’intérêts publics.
L’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais vise l’élection de deux sénateurs le 25 septembre prochain. Clairement dans l’opposition à la politique du gouvernement, elle pourra apporter un appui décisif à un possible changement de majorité du Sénat.

M.M.


Crise exceptionnelle

Dans notre île, la crise est exceptionnelle. Les indicateurs ont franchi depuis bien longtemps la cote d’alerte. 118.000 chômeurs, plus de 140.000 demandeurs d’emploi, au moins 110.000 illettrés et près de 30.000 demandes de logements sociaux, telle est la situation rappelée par Paul Vergès. « Nous sommes devant des défis qui ne peuvent pas être résolus avec le système actuel », précise en substance le président de l’Alliance.
Chacun est donc au pied du mur, comme l’on put l’être les pères de la loi du 19 mars 1946, celle de l’abolition du statut colonial.
C’est un rendez-vous avec la responsabilité plus difficile que celui de nos aînés. Paul Vergès rappelle que lorsqu’il a fallu chercher une solution globale aux problèmes de La Réunion au sortir de la Seconde Guerre mondiale, c’est le mot d’ordre de La Réunion département français qui a été porté par Raymond Vergès et Léon de Lépervanche à l’Assemblée nationale. Mais à cette époque, La Réunion comptait 250.000 habitants, et la France se préparait à vivre les Trente Glorieuses. Le contexte était différent, des moyens importants pouvaient être mobilisés.


Paul Vergès, Gélita Hoarau et Michel Dennemont siégeront durant le mandat

Sur la base de la composition du corps électoral, l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais table sur l’élection de deux sénateurs le 25 septembre : Paul Vergès et Gélita Hoarau. Au cours du mandat, Paul Vergès démissionnera ce qui permettra à un troisième sénateur de siéger, Michel Dennemont.
Paul Vergès a rappelé que son objectif est de défendre au Sénat des dossiers qui ont leur échéance en 2013. Il sera notamment question des Contrats de plan État-Région, de la réforme des collectivités locales qui sera remise en cause en cas d’alternance, de la réponse à l’urgence sociale. Ceci obtenu, le président de l’Alliance démissionnera et Michel Dennemont siégera alors au Sénat. Il rappelle en effet qu’il n’a pas « vocation à une carrière parlementaire ». « Je n’ai jamais terminé mes mandats parlementaires à l’exception d’un », précise la tête de liste de l’Union pour la défense des Réunionnaises et des Réunionnais.


Paroles de candidats

Paul Vergès, Gélita Hoarau, Michel Dennemont, Joé Bédier, Paulette Adoi Lacpatia et Françoise Dennemont, tels sont la composition et l’ordre de la liste présentée hier. Voici des déclarations de 4 candidats.

Gélita Hoarau, sénatrice sortante
« Notre liste se situe dans l’opposition au gouvernement actuel, et s’inscrit dans la perspective d’un changement avec alternance en 2012. Je suis honorée d’être deuxième sur cette liste qui, compte tenu de la configuration des grands électeurs, pourrait avoir deux élus. Au-delà du respect de la parité avec mon élection, j’aurai à cœur de poursuivre au Sénat des chantiers que j’ai lancés. C’est notamment la proposition de loi pour créer une chambre consulaire à la vie associative. »

Joé Bédier, secrétaire de la section PCR de Saint-André et adjoint au maire
« Je représente le maire Éric Fruteau en visite inaugurale d’une école.
Soutenir Paul Vergès, c’est une évidence. Je ne vois pas qui d’autre peut aller défendre les intérêts de La Réunion. Comment peut-on imaginer Michel Fontaine au Sénat, alors qu’il a soutenu toutes les mesures de casse sociale.
La situation est grave à La Réunion, on se doit d’envoyer des gens responsables au Sénat, pour faire comprendre qu’ici on doit mettre les moyens pour sortir notre île de sa situation catastrophique. »

Paulette Adoi Lacpatia, adjointe au maire du Port et membre du bureau de l’UFR
« C’est un grand honneur de venir aux côtés de mes camarades. Cela me fait chaud au cœur que mon parti et M. le Maire m’aient fait confiance. Je ferai tout mon possible pour contribuer à une grande victoire. »

Françoise Dennemont, ancienne élue de Sainte-Rose
« Native de Sainte-Rose, 48 ans, je suis une ancienne élue à la mairie aux côtés de Bruno Mamindy Pajany. Je suis une battante, quand on peut faire avancer Sainte-Rose, La Réunion et les Réunionnais, je suis prête à aider et apporter ma pierre à l’édifice. »


Kanalreunion.com