Actualités

L’urgence de l’autonomie énergétique

2012 : le changement. Quel changement ? Pour qui ? Par qui ?

Témoignages.re / 16 avril 2012

Le Parti Communiste Réunionnais propose de relancer la marche vers l’autonomie énergétique, la base du développement de notre société. Le prochain président de la République soutient totalement ce projet. Car auparavant en pointe en matière d’environnement, La Réunion a perdu en deux ans toute son avance dans le photovoltaïque en passant par la géothermie ou encore la réalisation du Tram Train.

La casse des énergies renouvelables

Le développement et l’exploitation des énergies renouvelables à La Réunion permettraient à l’île de sortir de sa dépendance au pétrole et au charbon, afin de parer aux problèmes écologiques, notamment le réchauffement climatique. D’autant plus que la facture pétrolière de 600 millions d’euros par ans pourrait être économisée, parce que l’île dispose de toutes les ressources naturelles pour être autonome sur le plan énergétique.

Énergie solaire, maritime, éolien, la géothermie, toutes ces énergies sont chacune créatrice d’emploi et d’activité dans l’île, qui connaît un taux de chômage de 29,7%, dont 60% de jeunes. Ce n’est pas sans rappeler que sous la mandature de l’Alliance, un projet global sur 20 ans avait pour objectif de créer des milliers d’emplois dans l’énergie renouvelable. De plus, la volonté de gouvernement de prendre la main dans le secteur de l’énergie, traduite par GERRI, a entraîné des reculs. Paris a pris des mesures qui ont tout bloqué avec la remise en cause des niveaux du tarif de rachat de l’électricité et de la défiscalisation dans le secteur photovoltaïque.

De plus, l’aménagement du territoire et l’adaptation des modes de transport aux caractéristiques du Tram-Train allaient générer 3.000 emplois directs. En plus de répondre aux exigences de réduction d’émission de gaz à effet de serre, le Tram-Train et le secteur des énergies renouvelables auraient permis à La Réunion de prévenir. Dès son arrivée à la direction de la Région, l’UMP s’est empressée de supprimer ce projet.


Les données de la crise


- dépendance totale au tout-automobile.

- suppression du tram-train électrique.

- arrêt des recherches en géothermie.

- coup d’arrêt au photovoltaïque : plus de 1.000 emplois supprimés.

- perte du premier expérimentateur d’énergie thermique marine.

- projet de nouvelles centrales au fuel.


Kanalreunion.com