Actualités

L’urgence n’est pas à la casse du Code du Travail

Rassemblement hier soir à l’initiative des Insoumis avec le PCR

Témoignages.re / 13 juillet 2017

Un rassemblement a eu lieu hier soir devant la préfecture pour appeler à une autre politique que la casse du Code du Travail par voie d’ordonnances. Une délégation du Parti communiste réunionnais a contribué au succès de cette initiative des Insoumis, qui a débouché sur une motion à remettre au préfet.

JPEG - 94.8 ko
Rassemblement convivial sous le signe de l’union hier soir devant la Préfecture.

En écho à un rassemblement Place de la République à Paris à l’initiative de la France Insoumise contre le projet de casse du Code du Travail, un mouvement analogue a eu lieu hier soir devant la préfecture à Saint-Denis. Une délégation du PCR a participé à cet événement. Elle comprenait notamment Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire du PCR, des représentants des sections de Saint-Denis, du Port et de Saint-Paul notamment, ainsi que Julie Pontalba, candidate de l’union PCR-Insoumis aux élections législatives.

Ce rassemblement avait également pour but de remettre à la préfecture une motion dont voici de larges extraits :

« Ce jour en France, partout des rassemblements tels que le nôtre dans les jardins de votre préfecture ont lieu, pour faire entendre nos voix et notre désaccord avec cette réforme précipitée, injuste socialement et inefficace économiquement.

Nous protestons contre cette loi d’habilitation qui donne un blanc-seing au gouvernement pour démanteler le code du travail, dans l’urgence et en dehors de tout débat démocratique..

Nous refusons que soient bafouées les luttes de nos ancêtres, balayés les acquis sociaux de plus de cent ans et institutionnalisée la précarité.

Nous n’admettons pas le renversement de la hiérarchie des normes, pilier de notre constitution et garante d’un dialogue social équilibré.

Personne, sinon le MEDEF, ne souhaite cette réforme. Les économistes et les entreprises elles- mêmes s’accordent à dire que ce ne sont pas les règles du code du travail qui constituent un frein à l’emploi mais bien l’absence de visibilité et de remplissage des carnets de commande.

Le Peuple réunionnais l’a bien compris, plaçant en première position aux élections présidentielles Jean-Luc Mélenchon, porteur du programme « L’Avenir en commun ». A contrario, moins d’un électeur sur sept a choisi les réformes promues par Monsieur Macron.

La situation sociale et économique du pays est préoccupante. Sur notre île, elle est dramatique : près de 40% des Réunionnais sont au chômage. Ce taux atteint 60% chez les jeunes. Par ailleurs 42% de la population survit sous le seuil de la pauvreté.

Comment imaginer qu’en facilitant les licenciements, en précarisant les emplois et en abaissant les protections des travailleurs nous parviendrons à améliorer cette situation qui, partout où ces politiques absurdes ont été instiguées, s’est dégradée ?

La lutte contre les monopoles, l’investissement public dans la transition écologique et l’économie de la mer, la juste répartition des richesses, la hausse des salaires et des minimas sociaux, voilà les réformes concrètes et efficaces face au problème du chômage. Il y a par ailleurs bien d’autres préoccupations et problématiques, ici à La Réunion et partout en France, auxquelles le gouvernement devrait s’attaquer en urgence : la lutte contre la pauvreté, l’accès au logement, l’agriculture, l’éducation... »


Kanalreunion.com