Actualités

L’urgence sociale au centre du débat

Réunion au Parlement européen entre Younous Omarjee, Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier

Témoignages.re / 20 juillet 2013

Ce jeudi 18 juillet, Younous Omarjee, Député, a organisé au Parlement européen une réunion avec Jean-Hugues Ratenon, Président de l’ARCP, et Gilles Leperlier, Président de l’AFJER. Il a évoqué avec eux les questions du Fonds européen d’Aide aux plus Démunis (FEAD), des fonds européens dédiés à la lutte contre le chômage des jeunes, de la réforme en cours de finalisation des fonds structurels, et de l’avenir de l’Octroi de mer. Autant de questions sur lesquelles l’Union européenne pèse, et qui demeurent centrales pour les Réunionnais et le développement de La Réunion.

JPEG - 37.4 ko
Gilles Leperlier, Président de l’AFJER, Younous Omarjee, Député au Parlement européen, et Jean-Hugues Ratenon, Président de l’ARCP.

La réunion a débuté sur le FEAD, puisque ce fonds est aujourd’hui essentiel au fonctionnement des organisations qui se chargent en Europe, en France, à La Réunion de la distribution des colis alimentaires pour les personnes les plus démunies, et que Younous Omarjee a joué un rôle central et décisif pour mettre le Parlement européen en situation d’exiger aux chefs d’État le milliard d’euros qu’ils voulaient supprimer à ce fonds pour la période 2014-2020. «  En pleine période de crise économique, financière et sociale, la décision qui avait été prise par les chefs d’État est irresponsable, et par l’action conjuguée du Président de la République au sein du Conseil européen et du Député européen au sein du Parlement européen, c’est au final La Réunion qui répare pour l’Europe entière une injustice qui avait bien failli se faire au détriment des plus pauvres au moment même où la crise frappe au plus fort les populations  », se sont accordés à déclarer Younous Omarjee, Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier.

Enjeu des fonds européens

Sur la question des fonds européens dédiés à la lutte contre le chômage des jeunes, Younous Omarjee, Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier ont examiné ensemble les dispositions et les conditions dans lesquelles seraient déployés ces fonds à La Réunion pour la prochaine période de programmation 2014-2020. En effet, si pour chaque euro qui sera dépensé à travers le Fonds social européen (FSE), l’Union européenne s’engage à rajouter un euro supplémentaire pour que d’autres programmes pour les jeunes soient mis en place, «  faut-il cependant que la Région Réunion se mette en capacité d’investir plus dans les mesures et les projets de lutte contre le chômage des jeunes afin de ne pas laisser filer l’ensemble des fonds européens qui devront être spécifiquement dépensés pour l’emploi des jeunes, et alors que le chômage des jeunes passe la barre des 60%  », ont estimé Younous Omarjee, Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier. C’est aussi pour sensibiliser le Forum européen de la Jeunesse (qui regroupe l’ensemble des Conseils nationaux de la jeunesse des États européens) aux problématiques du chômage des jeunes à La Réunion que Gilles Leperlier s’est entretenu plus tard dans l’après-midi avec l’une des porte-parole de l’organisation.

 

Bataille pour Mayotte

Sur les fonds structurels, Younous Omarjee a détaillé à Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier l’état des lieux des négociations en cours, notamment concernant le FEDER et le FSE. Si aujourd’hui, grâce à l’action du gouvernement français au sein du Conseil et du Député européen au sein du Parlement, les enveloppes pour les RUP françaises peuvent être considérées comme sauves et comme étant celles qui sont passées entre les mailles du filet des coupes budgétaires, le Député a sensibilisé le Président de l’ARCP et le Président de l’AFJER sur la bataille qui doit néanmoins se poursuivre pour que Mayotte ne fasse pas son entrée dans l’Union européenne en tant que sous-RUP. «  C’est plus de 200 millions d’euros qui ont été de manière discriminatoire et injuste enlevés à Mayotte alors qu’elle est l’une des régions les moins développées de l’Union européenne, et que cette discrimination à l’égard des Mahorais est une violation totale de tous les principes inscrits dans les Traités européens  », a insisté le Député européen.

«  Nous sommes solidaires des Mahorais et de ce combat que tu mènes pour eux, nous ne pouvons accepter cette injustice qui leur est faite alors que leurs besoins sont immenses  », ont aussi affirmé Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier.

Le poids de l’octroi de mer

C’est au final sur la question de l’Octroi de mer que s’est conclue la réunion. Younous Omarjee, Jean-Hugues Ratenon et Gilles Leperlier ont ensemble fait le constat du poids que l’octroi de mer fait peser sur le pouvoir d’achat des Réunionnaises et des Réunionnais, et au premier chef desquels les plus pauvres. «  Voir que le papier hygiénique est taxé à près de 38% chez nous est une aberration, le papier hygiénique est-il un produit de luxe pour les Réunionnaises et les Réunionnais ?  », s’est interrogé le Député européen.

«  Je crois que la limite à ne pas franchir, et qui finit par excéder nos concitoyens, c’est dès lors que TVA et octroi de mer cumulés viennent à dépasser pour des produits de consommation de base, dont les frigos, les télés et les machines à laver, la TVA applicable en métropole  », a ajouté Younous Omarjee, tout en précisant «  la nécessité du maintien des financements des communes  » .

Jean-Hugues Ratenon a dit sur cette question se faire le porte-parole de l’association qu’il préside, et être en convergence avec le Député sur nombre de points abordés. Il a jugé que «  l’octroi de mer constituait un système aujourd’hui devenu abusif pour les pauvres et insoutenable dans son état actuel pour l’avenir  ».


Kanalreunion.com