Actualités

La bataille continue

Le PCR et la visite de François Hollande : bilan et perspective

Céline Tabou / 3 avril 2012

Conscient des engagements de François Hollande, candidat à la présidentielle, le Parti Communiste Réunionnais n’a toutefois « aucune illusion quant aux forces politiques à La Réunion qui lutterons contre des propositions actées par des représentants nationaux et faites par le PCR ».

A l’occasion d’une conférence de presse, Elie Hoarau, secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais et Paul Vergès, co-fondateur de ce dernier ont fait le bilan de la visite de François Hollande dans l’île et mit en exergue les perspectives à venir pour La Réunion.

François Hollande s’engage auprès des Réunionnais

Elie Hoarau a rappelé qu’au cours des années, son organisation avait élaboré plusieurs documents de travail, reflétant l’analyse du PCR sur la situation réunionnaise, française mais aussi européenne et mondiale, « le PCR s’est toujours efforcé d’élaborer une stratégie politique en fonction d’une analyse faite de La Réunion, la France et du monde. Cette stratégie a été affinée lors de conférence de Sainte-Suzanne ». Ce projet voté à l’unanimité est une série de propositions, faites aux candidats progressistes à l’élection présidentielle que sont les François Hollande (PS), Jean Luc Mélenchon (Front de Gauche) et Eva Joly (EELV).
« La réponse de Jean-Luc Mélenchon a été rendue publique », mais suite à la rencontre entre Elie Hoarau et François Hollande, la semaine dernière, à Paris, le PCR a indiqué qu’il soutenait le candidat socialiste. Ce dernier a d’ailleurs annoncé qu’il apporterait des précisions aux propositions du PCR lors de sa visite à La Réunion. « Le passage de François Hollande a apporté des précisions sur certains points qu’il évoque dans sa lettre adressée au PCR », a indiqué Elie Hoarau. En effet, le candidat socialiste a réitéré ses engagements sur l’autonomie énergétique, l’autosuffisance alimentaire, le tram-train qui est un moyen de transport vers lequel il « nous faudra aller », mais aussi l’emploi avec la création de deux grands services dans l’environnement et l’aide à la personne.
François Hollande et d’autres dirigeants ont pris en compte les propositions et l’analyse du PCR sur les énergies renouvelables, la hausse démographique, le co-développement ou encore l’autosuffisance alimentaire, mais cela n’empêchera pas des difficultés dans l’application de ces mesures, « c’est un autre combat. Nous ne mettons pas en doute l’engagement du candidat mais il faudra créer des conditions pour que ces engagements soient mis en place », a expliqué Elie Hoarau.

Les forces politiques réunionnaises dans l’expectative

Les propositions faites par le PCR sont « incontournables », celles-ci répondent aux grands défis du monde et d’autant plus « car on ne voit pas de propositions de la part des autres partis politiques ». Comment les dirigeants politiques de notre île peuvent-ils répondre aux grands enjeux de La Réunion que sont la hausse démographique, la cherté de la vie, les problèmes de déplacements ou encore de changement climatique, interrogent Elie Hoarau et Paul Vergès. Ces derniers ont réitéré leurs inquiétudes face à l’absence de projet de développement pour La Réunion par la classe politique réunionnaise, qui « attend les décisions de Paris ».
Face à cette année électorale et aux grands défis de La Réunion, « il faudra appliquer le programme définit par François Hollande, soutenu par Jean-Luc Mélenchon, et proposé par nous, c’est une situation extraordinaire » a expliqué Paul Vergès. « Ce sont des Réunionnais qui ont imaginé un développement durable pour leur pays », précise ce dernier, mais également pour la France, qui rencontre également des difficultés de vieillissement de la population, de changement climatique ou encore de hausse démographique. « Notre projet se voit approuvé par le prochain chef de l’Etat et la prochaine majorité à l’Assemblée Nationale », a-t-il indiqué.

« La voix du peuple peut faire bouger les lignes »

Après avoir été moqués sur leurs principaux mots d’ordre, les dirigeants du PCR admettent une « certaine fierté de dire que nos mots d’ordre d’il y a quinze/vingt ans sont au centre des débats de la présidentielle ».
Paul Vergès a rappelé les luttes menées pour l’application de l’égalité sociale, « il a fallu 60 ans avant que ne s’applique l’égalité sociale à La Réunion », promise par la départementalisation de 1946. Aujourd’hui, le projet du PCR entre dans une nouvelle bataille pour son application, car « il y aura des résistances pour mettre en œuvre ce programme qui fait l’unanimité ».
Paul Vergès s’est demandé comment les « forces politiques de gauche qui se réclament de la nouvelle majorité présidentielle vont-elles se battre pour le tram-train alors qu’ils ont participé à l’arrêt du projet dès 2010 », en créant les conditions de la défaite du projet porté par l’ancienne équipe à la Région. « On n’a aucune illusion, ces forces s’opposent avec le modèle de développement durable, pris en compte par François Hollande et Jean-Luc Mélenchon et les autres candidats » a conclu Paul Vergès. De son côté, Elie Hoarau a appelé à l’union autour d’un projet de développement pour La Réunion, car « la voix du peuple avec un projet et un programme peut faire bouger les lignes ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com