Actualités

La Com’ à la hauteur des restrictions imposées par le gouvernement

Nouvelle opération de diversion face à l’aggravation de la crise

Manuel Marchal / 28 décembre 2010

Le 24 décembre dernier, la préfecture a diffusé la première "Lettre de l’État à La Réunion". Ce document annonce une restructuration des services. Mais toute cette communication n’arrive pas à masquer l’essentiel, elle s’inscrit dans la RGPP, Révision générale des politiques publiques. Après la mise en œuvre d’un plan de suppression de postes dans la fonction publique, après le gel des dotations aux collectivités territoriales, après le Protocole de Matignon révisé à la baisse, le gouvernement sort une communication proportionnelle à l’ampleur de son échec dans ses domaines de compétences : emploi, logement, lutte contre l’illettrisme notamment.

Depuis deux ans, le gouvernement applique dans les services de l’État et récemment chez les opérateurs publics un mode de gestion intitulé RGPP, Révision générale des politiques publiques. Mais à la lumière des conséquences provoquées par cette RGPP, il est plus logique de considérer que le R signifie réduction.
En effet, depuis 2007, le gouvernement maintient le cap de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux dans la fonction publique, cela donne 100.000 postes déjà supprimés, et 100.000 autres disparaîtront dans les trois ans à venir si cette politique persiste.
Dans les domaines qui sont de la compétence de l’État, les résultats ne sont guère brillants. Ainsi le chômage continue d’exploser, tout comme le nombre de demandeurs de logements sociaux. Les retards continuent de s’accumuler en matière de lutte contre l’illettrisme.

2011 plus grave que 2010 ?

Et pour l’année prochaine, les perspectives ne sont pas rassurantes. Le gouvernement a décidé donc de poursuivre les réductions de dépenses dans tous les domaines. Le budget de l’Outre-mer diminue, tout comme les fonds de l’État destinés à financer la subvention directe à la construction de logements sociaux.
Quant aux collectivités, elles doivent aussi rembourser le déficit considérable creusé en 2 ans par la politique du gouvernement. Ce dernier gèle pour trois ans les dotations versées par l’État. Comme à La Réunion la population va continuer à augmenter durant ces trois ans, cela signifie que les collectivités auront encore moins de moyens pour investir.
Concernant justement les investissements, l’État était engagé dans la construction de deux grandes infrastructures d’un coût supérieur à 2 milliards d’euros : le tram-train et la route du littoral. Le protocole de financement de cet investissement a été revu à la baisse : il n’y a plus qu’un seul chantier, la route du littoral, dont le début a été reporté de plusieurs années.

L’habillage de la RGPP

En cette fin d’année, à l’heure où tombent les chiffres du chômage les plus désastreux que notre pays ait connu, il eut été logique d’attendre de l’État des engagements forts pour enfin arriver à lutter contre le chômage, contre la pénurie de logements ou contre l’illettrisme. Mais il n’en est rien.
Alors pour tenter de sauver les apparences, le gouvernement met le paquet sur la communication. Celle-ci est à la hauteur de la diminution de son engagement à lutter contre la crise.
Voici donc l’habillage de la Réduction générale des politiques publiques…

M.M.


Kanalreunion.com