Actualités

La députée-maire de Saint-Paul éclaircit sa stratégie anti-communiste

Malgré le soutien que lui a proposé le P.C.R. pour sa réélection aux législatives

Témoignages.re / 5 mai 2012

Les propos tenus avant-hier par Mme Bello devant la presse, en présentant la candidature de son premier adjoint dans la 7ème circonscription, éclairent de plus en plus les Réunionnais sur son choix stratégique : tenter de diviser et de combattre le Parti communiste réunionnais dans toute l’île. D’où l’appui dont bénéficient de la part des ultra-conservateurs ses insultes et calomnies contre les dirigeants communistes…

Tout le monde se souvient de ce qui s’est passé il y a quelques mois à Sainte-Suzanne, lorsque le P.C.R. a lancé l’application de l’engagement — voté à l’unanimité par les conseillers municipaux de la majorité et par les militants communistes — de rétablir le maire Maurice Gironcel, après la répression ignoble qu’il avait subie : certains élus ont refusé d’être solidaires de leur camarade et de redonner la parole au peuple, comme promis, pour réparer cette injustice. Ils n’ont pas avoué que leur priorité était de conserver leur place, mais ils ont prétendu que le P.C.R. voulait soi-disant « enlever une femme du fauteuil de maire » et « faire une élection inutile », alors qu’il était prévu de lui confier d’autres postes à responsabilité.
Eh bien, que s’est-il passé ? Yolande Pausé, la maire sortante, membre du P.C.R., s’est alliée à Daniel Alamélou contre le Parti avec le soutien de la droite U.M.P., et aujourd’hui, ils se retrouvent ensemble dans l’opposition avec l’UMP. La population de Sainte-Suzanne — comme celle de toute l’île — a fait l’expérience du fossé entre les discours mensongers de ceux qui se présentaient comme des « victimes du parti » et la réalité.

Un « parti contre les femmes »

Pour les prochaines élections législatives, le pouvoir UMP a décidé de couper en deux la commune de Saint-Paul, pour y faire deux circonscriptions (la 2ème, avec Le Port et La Possession ; et la 7ème, jusqu’à Saint-Louis). Le P.C.R. a donc pris une décision parfaitement logique : donner l’occasion aux villes du Port et de La Possession d’avoir un député et à la députée-maire de Saint-Paul d’avoir un nouveau mandat de parlementaire avec le soutien du Parti. Toutes les sections communistes de la circonscription englobant la moitié de Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu, les Avirons, l’Étang Salé et Saint-Louis avaient fait part de leur soutien à la candidature de la députée sortante dans cette circonscription, la 7ème.
Mme Bello a refusé cette proposition en n’invoquant pas ses ambitions et intérêts personnels, mais en dénonçant un « parti contre les femmes » et en estimant qu’elle aurait plus de légitimité d’être élue du Port et de La Possession (avec une partie de Saint-Paul) que d’assumer son mandat depuis l’autre partie de Saint-Paul jusqu’à Saint-Louis. Et cela, en défendant à l’Assemblée nationale le projet de développement durable pour La Réunion signé par François Hollande avec les Réunionnais. Ce faisant, elle a reçu le soutien d’adversaires du PCR…

Discours agressifs et violents

Dans ces conditions, l’ensemble des sections communistes de la 7ème circonscription a décidé de désigner Fabrice Hoarau, membre du Secrétariat du Parti, comme candidat. Et Mme Bello a désigné son premier adjoint comme candidat contre celui du PCR. Sans reprendre ses "arguments" d’antan en soulignant que Jean-Marc Gamarus aurait changé de sexe… !!!
Par contre, devant la presse avant-hier, elle a ressorti ses mêmes discours agressifs et violents qu’à Sainte-Suzanne, avec des attaques contre les familles de militants communistes. Que signifie cette stigmatisation des personnes selon leur nom de famille ? Mme Bello veut-elle une loi réunionnaise qui interdit à telle ou telle personne de militer dans une organisation politique et d’être candidate à une élection, car elle porte le nom de son père ?
Dans ce cas, il aurait fallu interdire à Paul, un fils du député communiste co-auteur de la loi du 19 mars 1946, d’être un militant et un élu communiste ; il aurait également fallu interdire à Laurent, fils de ce dernier, de lutter à Saint-André, à Saint-Paul et dans toute l’île pour être finalement un député communiste… Or, une des marques de notre Histoire est ce lien intergénérationnel entre militants communistes de toute l’île depuis au moins trois générations.

Échec aux diviseurs

Cette solidarité réunionnaise au service de notre peuple doit-elle être combattue ? Est-ce cela la priorité en politique ? En tout cas, Mme Bello a d’ores et déjà annoncé son intention de créer son propre parti politique pour combattre le PCR.
Après Sainte-Suzanne, ce qui se passe actuellement dans l’Ouest ouvre les yeux des Réunionnaises et des Réunionnais. Le but de Mme Bello est clairement affirmé : c’est diviser et combattre le PCR. C’est cela l’objectif des élections législatives pour elle.
Mais la population se mobilise déjà autour de Jean-Yves Langenier et Fabrice Hoarau pour faire échec aux diviseurs du peuple réunionnais. Comme elle s’est mobilisée à Sainte-Suzanne pour battre les diviseurs, qui sont aujourd’hui des alliés de l’UMP contre le PCR.

Correspondant


Kanalreunion.com