Actualités

La droite a trois têtes

Structuration de la pensée contre agenda électoral

Geoffroy Géraud-Legros / 18 août 2009

Alors que la crise fait plus que jamais apparaître la nécessité d’une perspective de développement fondamentale, l’imminence des élections a eu raison des ambitions affichée de « structurer » la pensée et le projet politique.

Il y a un peu plus d’une semaine, Jean-Paul Virapoullé réunissait à Saint-Gillles quelques dizaines d’élus et de collaborateurs. À l’issue de ce rassemblement, le sénateur affichait une ambition théorique qui prétendait aller au-delà des échéances électorales.
Réfutant toute « démarche personnelle » dans la perspective des élections régionales, Jean-Paul Virapoullé prenait acte de « l’absence de projet » de l’UMP, se posant par avance en arbitre des querelles d’appareil. Première manifestation de ce changement de perspective : l’organisation de primaires à Saint-Paul, qui devait compléter stratégiquement l’impératif de rénovation du projet.
Hélas ! Il semble que les routines politiques aient en fait immédiatement prévalu sur l’ambition de structurer la « pensée ». Dès vendredi dernier, Cyrille Melchior annonçait sa candidature aux élections de Saint-Paul, recevant le soutien de Margie Sudre et de …Jean-Paul Virapoullé.
De son côté, le Député UMP Didier Robert appuyait au « rassemblement » autour d’Alain Bénard.

Une nouvelle tête pousse à droite.

Ce dimanche, Cyrille Hamilcaro, délégué départemental du Nouveau Centre depuis 2007, étoffait son organisation : celle-ci est désormais dotée d’un bureau politique, dont le Président n’est autre que le maire de Salazie, Stéphane Fouassin, l’ancien maire de Saint-Louis demeurant pour sa part à son poste originel. Là encore, il semble que les perspectives d’élections partielles pour cause d’annulation aient pesé sur la « structuration de la pensée »…
En effet, la tâche première du nouveau parti sera surtout de travailler à l’élection de Saint-Louis, ainsi qu’à la campagne de Jean-Luc Poudroux à Saint-Leu. On a en revanche plus de peine à percevoir quelle autre dimension prend cette nouvelle formation, qui avec 200 militants « de qualité » revendique le rang de « quatrième parti de La Réunion ».
En effet, contrairement à ce que pourrait penser le nom du nouveau Parti, c’est « à droite » que penche le Nouveau Centre à La Réunion, qui voit dans « la droite » son partenaire naturel.
Ce qui n’est pas moins naturel, c’est la pente suivie ici par Cyrille Hamilcaro : on se souvient que, bien que déjà "centriste", l’homme n’avait pas hésité en 2006 à aller rechercher auprès de Nicolas Sarkozy, l’investiture de l’UMP contre André Thien-Ah-Khoun. Il s’est ensuite associé à Thierry Robert pour créer "Objectif Réunion" après les élections cantonales de 2008.
"Objectif Réunion" s’était assigné la tâche d’élaborer un programme. A aucun moment, Didier Robert n’a expliqué à la population les raisons de la disparition d’"Objectif Réunion".
Qui parle aujourd’hui d’Objectif Réunion ? Comment se « structure la pensée » de ses fondateurs, dont Stéphane Fouassin, porte-parole de l’opposition au Conseil Général ? Et qu’est devenue… "la Relève", dirigée par Jean-Paul Virapoullé et Cyrille Hamilcaro ?

Quel projet ?

Quelle image donne ce jeu de chaises musicales, dans le contexte actuel ? La Réunion est aujourd’hui parvenue à bout d’un modèle. Alors que 52% d’habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, 350.000 Réunionnais sont bénéficiaires de la CMU, il manque aujourd’hui 30.000 logements sociaux, le chômage frappe 30% de la population…Les personnalités politiques n’ont aucun programme si ce n’est l’obstruction systématique aux grands projets de développement, et multiplient les obstacles procéduriers à leur réalisation, aux dépens d’une population à qui, il est de plus en plus difficile de vivre dignement. Didier Robert n’a-t-il pas hésité à supprimer la rocade du Tampon, infligeant ainsi embouteillages et maux routiers à ses administrés ?
Est-ce là, mise en actes, la "nouvelle pensée politique" ?

Geoffroy Géraud.


Kanalreunion.com