Actualités

La facture explose déjà
Tous les Réunionnais devront payer

Route du littoral

Témoignages.re / 6 juillet 2011

Les insuffisances du projet de la nouvelle route du Littoral éclatent au grand jour lors de la Commission permanente du Conseil régional hier. L’élu en charge du dossier a indiqué que le coût dépassera largement 1,6 milliard d’euros, et que tout devra être pris en charge par la Région. De plus, l’aménagement des entrées de La Possession et de Saint-Denis n’est pas compris dans l’enveloppe, les communes devront se débrouiller. Autrement dit, tous les Réunionnais, y compris ceux qui n’emprunteront jamais cette route, devront payer pendant des années le caprice d’un élu UMP.

Réunie hier sous la présidence du premier Vice-président Jean-Louis Lagourgue, la Commission permanente du Conseil régional a examiné le dossier d’Avant-projet sommaire (APS) concernant la nouvelle route du Littoral.

La solution présentée par la Région opte pour une 6 voies (2X3 voies) en mer avec, en partant de Saint-Denis, une digue de 1,2 km du PK 1.2 au PK 2.4, un viaduc de 5,3 km du PK 2.4 au PK 7.7 et une digue de 5,3 km du PK 7.7 au PK 13.4, c’est-à-dire entre la Grande Chaloupe et La Possession. C’est donc un combiné digues (6,5 km) et viaduc (5,3 km) qui a été choisi.

A la lumière des échanges lors de cette Commission permanente, les inquiétudes exprimées par les élus de l’Alliance sur la faisabilité du projet ne sont absolument pas levées ; au contraire, les précisions apportées en séance par la Direction de la Région aggravent ces inquiétudes et font apparaitre les insuffisances du projet.

• Sur la question des entrées de villes :

1) Interrogé par les élus de l’Alliance, l’exécutif régional a réaffirmé avec la plus grande netteté que les projets d’aménagements des entrées de ville à Saint-Denis (boulevard Nord) et à La Possession ne faisaient pas partie du projet de la nouvelle route du Littoral et qu’il appartenait aux municipalités de conduire ces opérations, et ce, alors que les Routes nationales traversant ces villes relèvent de la compétence de la Région.

2) Il est évident que la réalisation d’une nouvelle route du Littoral à 6 voies (2X3 voies) se limitant à des échangeurs aux entrées de villes, sans les aménagements permettant d’assurer la fluidité du transit, va obligatoirement augmenter les embouteillages à ces entrées de villes, notamment à Saint-Denis. La situation déjà dégradée actuellement en sera considérablement aggravée.

3) Il est irresponsable de construire une nouvelle route du Littoral à 6 voies (2X3 voies) sans avoir toutes les garanties de solutions à la situation créée aux débouchés des deux villes concernées.

4) Il convient de rappeler que, dans le cadre du schéma initial, la réalisation préalable du tram-train, qui a été supprimé, apportait une solution substantielle au problème de congestion des villes.

• Sur le coût et le financement :

1) Contrairement aux déclarations constantes de Didier Robert, président du Conseil régional, l’élu en charge du dossier, Dominique Fournel, a reconnu que le coût actuel (1,6 milliard d’euros) évoluera obligatoirement et que le coût à la date du lancement du projet et le coût à la livraison du projet seront bien entendu beaucoup plus élevés que le 1,6 milliard d’euros affichés aujourd’hui ; il a surtout précisé que les augmentations seront prises en charge par la Région, au-delà donc du Protocole de Matignon. On mesure là les conséquences de l’absence dans le nouveau Protocole de Matignon de la clause d’actualisation qui existait dans le premier Protocole.

2) En l’absence de communication de son programme pluriannuel d’investissements et de fonctionnement, on peut donc légitimement s’interroger sur la capacité financière de la Région d’assumer tous les surcoûts déjà annoncés, sans préjudice de mise en cause d’autres priorités.

3) Enfin, rien ne garantit qu’une grande partie des travaux prévus — comme cela était acté dans le contrat de partenariat relatif au tram-train — ira vers des entreprises locales.

• Sur les autres aspects du dossier :

Le dossier d’Avant-projet sommaire présenté fait apparaître de nombreuses autres insuffisances comme la question de la prise en compte de l’élévation du niveau des océans (l’hypothèse haute retenue dans le dossier est 1,5 mètre alors que les dernières études évoquent 1,60 mètre du fait de l’accélération de la fonte des glaces de l’Arctique), celle de voies réservées ou “partagées” pour les bus, le problème de l’accès des vélos à cette nouvelle route, les atteintes à l’environnement et aux formations coralliennes identifiées entre les PK9 et 9.5 qui seront recouvertes par la digue, etc.

Dans sa configuration actuelle, le projet comporte de graves lacunes. Les élus de l’Alliance ont donc logiquement voté contre le dossier présenté. Les élus de la majorité régionale, d’une part, et du groupe socialiste, d’autre part, ont voté pour.


La vérité éclate au grand jour

1,6 milliard d’euros, c’est le chiffre constamment mis en avant par l’UMP à Paris et à la Région concernant le coût de la route du littoral. Didier Robert allant même jusqu’à tenir l’affirmation délirante selon laquelle il n’y aura pas de dépassement des coûts, et l’enveloppe sera respectée.
Hier, la vérité a éclaté, et c’est sans doute un des plus gros mensonges de l’Histoire du pays qui est révélé. On comprend donc pourquoi Didier Robert ne s’est pas pénalement engagé à tenir ces deux promesses.
Cette vérité montre également que cette infrastructure sera totalement inutile en terme de fluidification de la circulation. En effet, ce n’est pas le document contractuel signé par Didier Robert et François Fillon qui apporte une réponse à l’aménagement des entrées de Saint-Denis et de La Possession. En clair, aucune commune n’aura seule les moyens financiers suffisants pour payer ces travaux, étant entendu que le budget de la Région sera englouti dans un chantier pharaonique à la conclusion improbable.
Le tunnel sous le Barachois restera donc du domaine du rêve.
Enfin, fidèle à son orientation de toujours, Michel Vergoz, candidat à l’investiture PS aux sénatoriales, a voté pour le projet de Didier Robert, et il a réussi à entrainer les autres élus PS à soutenir l’UMP par leur vote. Décidément, la vérité n’en finit pas d’éclater au grand jour.


Kanalreunion.com