Actualités

La Fédération PS démontre elle-même sa stratégie suicidaire

Les arguments de Michel Vergoz tombent à l’eau

Céline Tabou / 30 mars 2010

Dans un communiqué distribué à la presse, sauf à "Témoignages", la tête de liste du Parti socialiste lors des élections régionales, Michel Vergoz, met en cause Paul Vergès et l’Alliance dans la défaite de la Gauche aux élections. Malgré tout, "Témoignages" est parvenu à prendre connaissance de ce communiqué, daté du 23 mars 2010, publié sous le titre "Echec de la gauche : défaite d’une stratégie". Il démontre deux choses : tout d’abord que les dirigeants de la Fédération PS sont prêts à dire n’importe quoi pour justifier leur stratégie suicidaire et ensuite que les chiffres utilisés par Michel Vergoz démontrent comment la stratégie du PS a permis d’offrir sur un plateau une Région à l’UMP.

A la page 4 du communiqué, le Parti socialiste écrit : « 3 fois plus d’électeurs de l’Alliance que des Socialistes ont voté D. Robert au 2ème tour ». Ce dernier s’appuie sur une interprétation très personnelle des chiffres. Michel Vergoz compare les voix de 2004-2010 au second tour. Michel Vergoz tire cette conclusion sans prendre en compte le taux de participation entre 2004 et 2010, et les résultats finaux entre les deux dates.

2004 2010 Différence
Votants 314.641 328.657
Blancs/Nuls 12.050 13.048
Exprimés 302.591 315.619 + 13.128
VERGES 135.706 112.201 - 23.505
UMP 99.315 143.485 + 44.170
VERGOZ 67.570 59.933 - 7.637

A partir de ce tableau, Michel Vergoz claironne que les voix de l’Alliance se sont reportées sur la liste de Didier Robert. Mais cette comparaison est erronée, car le PS ne prend pas compte les deux taux de participation. En 2004, c’étaient 67,86% de personnes qui sont allées voter contre 59,70% cette année. Bien que le tableau indique le nombre de votants, le PS n’en tient pas compte dans son analyse. Car Paul Vergès perd certes 23.505 électeurs, mais il se positionne à la seconde place en 2010, et la première en 2004. En dépit du fort taux d’abstention cette année, l’Alliance reste largement devant le PS.
Depuis 2004, Michel Vergoz a voulu tenter sa chance aux élections régionales. Mais il n’est pas parvenu à rafler la première ou la seconde place lors de ses deux tentatives. Sa stratégie d’attaque contre l’Alliance, et contre Paul Vergès, ne l’a pas mené à la tête de la Région. Au contraire, il a réussi à hisser Didier Robert à la présidence de la Région.
Les chiffres fournis par le PS amènent à une conclusion bien plus plausible que le raisonnement de Michel Vergoz. On peut en effet remarquer que l’union de la Gauche (112.201 + 59.933 = 172.134) aurait battu à plate couture Didier Robert, à 28.649 voix de différence. L’entêtement de Michel Vergoz a donné une Région de plus à l’UMP de Nicolas Sarkozy, ce dont les porte-parole, Dominique Paillé et Frédéric Lefebvre, se sont félicité en conférence de presse, le 21 mars dernier.

Le PS perd du terrain dans les communes qu’il dirige

Michel Vergoz a repris les chiffres au niveau départemental, mais n’a pas regardé les données plus en détail. En effet, le Parti socialiste perd du terrain dans "ses" principales communes, dont Saint-Denis, dirigée par Gilbert Annette, ou encore Saint-Joseph. Dans la ville de Patrick Lebreton, le PS perd 6,26 points entre 2004 et 2010 par rapport à la participation, qui est plus faible en 2010.

2004 2010
Nb voix % Nb voix % Nb voix +/- Points
Michel Vergoz 8.475 59,96% 8.914 53,70% + 439 - 6,26
Paul Vergès 2.958 20,93% 2.985 17,98% + 27 - 2,95
A. Bénard/D. Robert 2.702 19,12% 4.702 28,32% + 2.000 + 9,2

Le Parti socialiste n’a pas convaincu dans son propre camp. Mais Michel Vergoz préfère attaquer une liste sortie à la seconde place des élections de mars 2010, avec 35,55% contre, 18,99% pour le PS.
Le PS devrait revoir sa propre stratégie, comme cela a été proposé en 2007, lors des élections législatives, où l’Alliance s’est désistée au profit du Parti socialiste dans toutes les circonscriptions où cela était possible, ce qui a permis l’élection des deux députés PS.

Céline Tabou


Kanalreunion.com