Actualités

“La gravité de la situation économique et sociale”

Motion présentée par l’Alliance à l’assemblée plénière du Conseil régional

Témoignages.re / 30 avril 2011

Officiellement, La Réunion compte 146.000 demandeurs d’emploi ! Cette situation déjà grave risque de s’amplifier surtout lorsque l’on décide de l’abandon de chantiers créateurs d’emplois comme la Rocade, la MCUR, la géothermie… Cette décision, les élus de l’Alliance la dénoncent et déplorent. Ils demandent également au président de la Région de publier le Programme pluriannuel d’investissements de la collectivité, afin que les acteurs économiques puissent savoir à quoi s’en tenir.

Considérant la détérioration de la situation économique et sociale de La Réunion depuis un an,

Considérant l’augmentation et l’ampleur du chômage qui a dépassé le chiffre de 140.000,

Considérant plus particulièrement le ralentissement de l’activité dans le BTP au regard des années précédentes,

Considérant l’extrême gravité d’une telle situation qui est potentiellement explosive,

Considérant les compétences de la Région en matière de développement économique,

Considérant la contribution essentielle qu’elle doit apporter en matière de relance des investissements et de l’activité économique,

Les Conseillers régionaux :


- regrettent l’abandon par la Région de chantiers générateurs d’emplois et d’activités qui étaient prêts à démarrer : Tram Train, Rocade du Tampon, géothermie, MCUR,…

- constatent les conséquences dramatiques de ces décisions qui ont mis en difficultés de nombreuses entreprises et projeté des milliers de travailleurs dans la précarité ou le chômage

- déplorent que des priorités annoncées, comme la modernisation de la RN3 entre Saint-Benoit et Le Tampon, n’avancent pas au rythme attendu

- s’inquiètent plus particulièrement des choix opérés pour le nouveau tracé de la Route du littoral, dont les modifications générées notamment par la mise à 6 voies se traduisent déjà par des retards dans le calendrier par rapport au projet initial

- s’interrogent sur la capacité de la Région à tenir financièrement ses engagements au regard de sa gestion actuelle et des décisions budgétaires opérées, comme par exemple le financement de la continuité territoriale, qui risquent à terme d’obérer les capacités budgétaires d’investissement de la collectivité

- demandent au Président de la Région de communiquer aux élus le document relatif à la Programmation Pluriannuelle des Investissements et d’organiser à cet effet un débat en assemblée plénière afin de programmer les décisions budgétaires qui en découlent dans une perspective pluriannuelle et d’aboutir à une programmation réaliste et concrète des investissements, permettant ainsi d’offrir une lisibilité aux acteurs économiques.


Les autres motions

Outre celles concernant le prix des carburants et la situation économique, l’Alliance a présenté deux autres motions en séance plénière du Conseil régional jeudi dernier. En voici le résumé.

• “Les suppressions de postes dans l’Éducation nationale”, avec l’annonce par le gouvernement de la suppression de 16.000 postes à la prochaine rentrée scolaire, dont 162 postes d’enseignants et d’agents administratifs dans l’Académie de La Réunion (…), également les fermetures de classes décidées par le Rectorat dans de nombreuses écoles de La Réunion et qui portent gravement atteinte aux conditions d’accueil et d’enseignement des élèves de ces écoles.
Ces décisions vont générer des perturbations à la prochaine rentrée scolaire.
(…) Les conseillers régionaux demandent au gouvernement « de prendre en compte la situation particulière de La Réunion caractérisée notamment par l’importance de la population scolaire et de la place de l’Éducation nationale dans la société réunionnaise et le développement de La Réunion » et « de répondre positivement à la demande unanime de la communauté éducative et des Réunionnais, d’annuler les décisions de fermeture de classes et de suppressions de postes prévues pour la prochaine rentrée scolaire ».

• “La nomination des Réunionnais de l’IUFM aux postes à pourvoir dans l’Académie de La Réunion”. (…) Chaque année, des Réunionnais issus de l’IUFM « sont nommés dans des Académies métropolitaines alors que des centaines d’enseignants venus de Métropole sont nommés dans l’Académie de La Réunion dans le cadre de la mobilité au sein de l’Éducation nationale ». Considérant « l’aspiration légitime des Réunionnais diplômés et formés à pouvoir occuper les emplois à pourvoir dans leur île » et l’orientation affirmée par le Conseil interministériel de l’Outre-mer qui « exprime clairement la volonté de donner la priorité d’emplois aux Ultramarins dans leur département d’origine », (…) les conseillers régionaux réaffirment « l’importance de permettre aux jeunes Réunionnais, diplômés et formés, d’accéder prioritairement aux emplois à La Réunion, notamment dans le secteur de l’enseignement » et demandent au Président du Conseil régional « d’intervenir auprès du gouvernement pour que ce principe soit concrètement mis en œuvre lors de la prochaine rentrée scolaire ».


Kanalreunion.com