Actualités

La guerre contre le terrorisme sera longue et aura des conséquences à La Réunion

Le gouvernement annonce la prolongation de l’état d’urgence

Témoignages.re / 3 février 2016

Lors du Conseil des ministres de ce jour, le gouvernement a présenté un projet de loi pour prolonger l’état d’urgence. Ce dispositif permettant des mesures d’exception s’applique en France depuis le 14 novembre et à La Réunion le 18 novembre.

JPEG - 48.5 ko
Le Premier ministre Manuel Valls lors de sa visite à La Réunion en juin dernier.

Décrété la nuit des attentats du 13 novembre à Paris et étendu le 18 novembre dans les départements d’outre-mer dont La Réunion, l’état d’urgence a été prolongé de trois mois à la suite d’une loi adoptée le 20 novembre.

Dans un communiqué le gouvernement donne quelques chiffres : « 3 289 perquisitions administratives ont été menées. Elles ont permis la saisie de 560 armes, dont 42 armes de guerre. Elles ont conduit au placement en garde-à-vue de 341 personnes et donné lieu à l’ouverture de 571 procédures judiciaires. Par ailleurs, 407 assignations à résidence ont été prononcées, dont 303 sont toujours en vigueur, et plusieurs mosquées radicales et salles de prières ont été fermées ».

Rappelons qu’à La Réunion, sur les 8 perquisitions ordonnées sans l’accord d’un juge, une seule a débouché sur une procédure judiciaire sans rapport avec des actes terroristes supposés.

Attentats dans plusieurs pays

Le gouvernement justifie cette prolongation : « ce travail de ciblage et de déstabilisation n’est toutefois pas achevé, alors que la menace terroriste caractérisant le péril imminent, qui a justifié la déclaration initiale et une première prorogation de l’état d’urgence, demeure à un niveau très élevé ainsi que le rappelle l’actualité nationale et internationale ».

Et de citer « plusieurs projets terroristes en gestation sur le territoire national ont été déjoués, dont un à la suite d’une perquisition administrative menée dans le cadre de l’état d’urgence », ainsi que l’attaque d’un commissariat de police le mois dernier à Paris par un individu isolé.

« A l’étranger, plusieurs attentats ont été commis depuis le 13 novembre 2015 au nom de Daech ou d’Al Qaïda : à Bamako, à Istanbul, à Djakarta et à Ouagadougou. Trois ressortissants français ayant d’ailleurs trouvé la mort lors de cette dernière attaque ».

 

3 mois supplémentaires

« Le Gouvernement entend néanmoins limiter la prolongation de l’état d’urgence au temps strictement nécessaire. C’est pourquoi le projet de loi qui sera soumis au Parlement prévoit que cette prorogation soit à nouveau d’une durée de 3 mois », précise le communiqué, car « l’efficacité de la protection des Français ne saurait reposer à moyen-terme sur le recours à ces mesures que seules des circonstances exceptionnelles justifient. C’est la raison pour laquelle le Gouvernement entend, dans le même temps, renforcer les moyens dont disposent en tout temps les autorités judiciaires et administratives pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé ».


Kanalreunion.com