Actualités

La jeunesse priorité de l’Union des Forces de Progrès

Succès du rassemblement de la jeunesse à Sainte-Anne

Témoignages.re / 27 octobre 2015

Le week-end dernier, l’Union des Forces de Progrès pour le Développement et l’Égalité a donné la parole à la jeunesse. Elle est victime d’un système qui bloque La Réunion, et condamne au chômage la majorité des jeunes qui restent au pays.

JPEG - 78.8 ko

À 6 semaines des élections régionales, la jeunesse est revenue au premier plan avec le rassemblement de dimanche dernier. Des jeunes ont pu rencontrer des responsables de l’Union des Forces de Progrès pour le Développement et l’Égalité à Sainte-Anne, liste conduite par Patrick Lebreton aux prochaines élections régionales, ainsi que Jean-Claude Fruteau du Comité de Parrainage. Beaucoup de jeunes venaient de l’Est, une région oubliée depuis l’arrivée de Didier Robert à la tête de la Région Réunion. Ce dernier a beaucoup communiqué sur le thème de la jeunesse. Il a tenté de se construire une popularité avec des distributions de bons de réduction pour l’achat d’un ordinateur ou d’un billet d’avion. Mais dimanche, les jeunes ont montré qu’ils ne se laissent pas prendre au piège. Ils soulèvent une réalité concrète : leur situation ne s’est pas améliorée.

Le système à bout

C’est la conséquence d’un système qui les laisse en marge de la société. Incapable de créer suffisamment d’emplois pour tout le monde, ce système pousse chaque année plus de 1.500 jeunes à l’exil. Ceux qui cherchent à rester sont bien majoritairement condamnés au chômage. Ils sont alors à la merci de candidats aux élections qui utilisent les promesses d’emploi pour accéder au pouvoir ou s’y maintenir.
Mais ce système est à bout. Comme l’a rappelé Maurice Gironcel dimanche, les rendez-vous sont inévitables : filière canne-sucre menacée, remise en cause de la défiscalisation qui permet de financer la construction des logements, hausse du niveau de la mer à cause du changement climatique. Tout cela va se produire dans les années à venir. Ces événements vont pousser à bout un système incapable de régler les injustices.
Dimanche à Saint-Benoît, l’Union des Forces de Progrès pour le Développement et l’Égalité a souligné que la rupture est nécessaire. Jean-Claude Fruteau a donné une traduction concrète : c’est une réforme institutionnelle afin de débloquer la situation à La Réunion.

Les jeunes méritent mieux

La Martinique et la Guyane ont déjà obtenu cette réforme. Au lieu d’élire deux assemblées cette année, les citoyens de ces pays n’auront participé qu’à une seule élection en 2015 : celle de la collectivité unique.
Cela donne une idée d’un des enjeux du prochain scrutin. C’est la question de l’organisation institutionnelle. Dès le début de l’année prochaine, le gouvernement proposera un projet de loi pour réformer les institutions. Les responsables politiques réunionnais cautionneront-ils par leur silence le maintien d’un statu quo qui ne satisfait plus depuis longtemps les forces vives du pays ?
L’élection régionale ouvre la possibilité de désigner une nouvelle direction qui veut sortir de cet immobilisme. Car la jeunesse réunionnaise ne mérite pas d’hériter d’un système impossible à réformer.


Kanalreunion.com