Actualités

La jeunesse se lève dans le monde

Mobilisation contre la casse sociale et l’avenir bouché

Manuel Marchal / 23 mai 2011

La mobilisation s’amplifie en Espagne. Comme en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la jeunesse se révolte contre l’aggravation de la situation et occupe la rue. A La Réunion, le PCR appelle les jeunes à prendre leurs responsabilités.

Les scènes du fameux Printemps arabe se déroulent désormais sur le continent européen. En Tunisie et en Égypte, la jeunesse avait pris le pouvoir dans la rue, exigeant le départ du gouvernement avant tout retrait. Dans ces mouvements, il n’était pas possible d’identifier un chef de file, et les acteurs traditionnels tels que les syndicats et les partis politiques ont été immédiatement dépassés.
En Espagne, la jeunesse a aussi décidé de prendre le pouvoir. Depuis plusieurs jours, elle a décidé d’occuper des places dans plusieurs grandes villes. Elle proteste contre les décisions qui aggravent la situation. La crise financière a en effet entrainé l’effondrement de l’économie. Le chômage dépasse 21%, et il atteint désormais 40% chez les jeunes. Ces derniers refusent cette précarité, et ils ont bravé l’interdiction de manifester. En effet, le mouvement a commencé quelques jours avant la tenue d’élections locales. En Espagne, la loi interdit les manifestations la veille d’un scrutin. Le gouvernement a dit qu’il comptait faire respecter la loi tout en nuançant ses propos, affirmant que la police ne va pas tenter de régler un problème en en créant un autre.
En effet, à la différence de ce qui s’est passé de l’autre côté de la Méditerranée ou au Moyen-Orient, le gouvernement n’a pas donné ordre de tirer sur la foule. Dans la nuit de samedi à dimanche, 30.000 personnes ont occupé la Puerta del sol, une grande place de la capitale Madrid.

Et à La Réunion ?

Les données de la crise en Espagne rejoignent celles de la réalité à La Réunion. Cela fait déjà bien longtemps que le taux de chômage a dépassé les 20%, et que plus de la moitié des jeunes sont privés d’emploi.
À cette crise structurelle se sont additionnées les conséquences des mesures prises par le gouvernement et la Région : arrêt des grands chantiers, suppressions de postes dans la fonction publique, diminution des subventions accordées au logement social, suppression de la retraite à 60 ans… Les possibilités d’emploi pour la jeunesse se réduisent, sa situation est encore plus dramatique qu’en Espagne.
Il reste moins d’un an avant la prochaine Présidentielle. Le PCR mobilise actuellement pour présenter un projet à tous les candidats des forces du changement. Parmi les priorités affichées, il y a la place de la jeunesse réunionnaise dans son pays. Dans un contexte de pénurie d’emplois, l’arrivée chaque année de nombreux contingents de fonctionnaires mutés de France a une conséquence : renforcer le sentiment d’injustice éprouvé par les jeunes capables d’occuper ces emplois et pousser au chômage ou à l’exil.
Le moment de l’action est venu.
Dans le monde, face à la casse sociale, l’avenir bouché, les jeunes se révoltent et réclament le changement. À La Réunion, le PCR appelle la jeunesse à sauver le pays en assumant ses responsabilités.

Manuel Marchal