Actualités

La majorité du Conseil général renforcée

Nouvel échec monumental d’Objectif Réunion

Manuel Marchal / 17 juin 2010

Objectif Réunion avait fait intervenir l’Élysée pour inscrire à l’ordre du jour d’une séance plénière extraordinaire le renouvellement de la Commission permanente. Le vote d’hier a signifié l’échec d’une manœuvre montée de toutes pièces et qui finit par jeter le discrédit sur l’Élysée.

En 2008, un groupe d’élus s’autoproclame majoritaire au lendemain des cantonales et des noms sont cités pour la composition du nouvel exécutif du Conseil général. Deux jours après ces "fuites", ce groupe est incapable de réunir le quorum lors de l’élection de la présidence de l’assemblée, et à la séance suivante, il est face à la réalité : il n’est pas majoritaire.
Depuis l’échec de ce coup de force, ce groupe qui s’appelle désormais Objectif Réunion s’est donné comme mot d’ordre de tout faire pour changer malgré tout la majorité au Conseil général.
Mais comme Objectif Réunion n’est pas majoritaire, il va dès lors s’appuyer sur des décisions judiciaires pour tenter d’imposer à la population sa volonté. Plusieurs élections municipales et cantonales partielles sont organisées l’an passé à la suite de décisions de justice. Dans tous les cas, tous les candidats soutenus par Didier Robert sont battus.
Malgré cela, le verdict des urnes n’est pas accepté. Objectif Réunion veut alors s’appuyer sur une conséquence de deux décisions de justice qui ont concerné deux vice-présidents du Conseil général. Il veut provoquer un renouvellement de la Commission permanente en espérant que ce vote fera éclater la majorité. Pour appuyer sa stratégie, Objectif Réunion utilise le basculement d’une conseillère générale de la majorité dans son camp. Mais malgré cela, ce groupe n’est toujours pas majoritaire.
Pour arriver à ces fins, Objectif Réunion fait convoquer il y a trois semaines à l’Élysée la présidente du Conseil général en présence de Didier Robert. C’est au cours d’une réunion impliquant le nouveau président de la Région que l’Élysée impose le renouvellement de la Commission permanente à l’ordre du jour d’une séance plénière exceptionnelle qui doit se dérouler le 16 juin. Et dans le même temps, des procédures judiciaires concernent des proches de conseillers généraux de la majorité. Autrement dit, Objectif Réunion met la pression pour obtenir ce que les urnes lui refusent depuis deux ans. Mais au lieu de créer les conditions pour l’application de ce diktat, toutes ces manœuvres vont avoir pour conséquence de renforcer la solidarité de la majorité.
Car hier, la stratégie d’Objectif Réunion a subi un échec cuisant. Lors d’un scrutin public qui ne souffre d’aucune contestation, le Conseil général a clairement réaffirmé sa volonté de ne pas renouveler la Commission permanente. Alain Zanéguy souligne que ce vote est en phase avec la priorité de la population : travailler pour améliorer le quotidien, mais pas pour briguer les postes.
Pour Nassimah Dindar, les choses sont claires. De manière visible, à travers un vote public et nominatif, le groupe majoritaire a réaffirmé ceci : « nous montrons aujourd’hui vis à vis de la population que nous assumons notre mandature jusqu’à son terme ». Thierry Robert constate que la manœuvre d’Objectif Réunion se retourne contre ses auteurs. En effet, loin d’être fragilisée par toutes ces attaques, la majorité du Conseil général sort renforcée de cette nouvelle épreuve.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com