Actualités

La marche de Paris doit lancer l’appel « Changeons de politique : liberté et démocratie pour tous »

Scènes de guerre hier à Paris, manifestation demain dans la capitale française

Manuel Marchal / 10 janvier 2015

48 heures après l’attaque terroriste contre Charlie Hebdo, la France a connu de nouveau des scènes de guerre en plein Paris et dans une zone industrielle dans la banlieue de la capitale française. Deux prises d’otage se sont conclues par des bains de sang. Au moins 7 personnes sont décédées dont les ravisseurs. Deux d’entre eux sont suspectés du massacre de la rédaction de Charlie Hebdo, de deux policiers et d’un agent d’entretien. Le troisième pourrait être l’auteur du meurtre d’une policière. L’émotion est considérable et légitime. Demain, une grande marche pour la démocratie et la liberté est prévue à Paris. Un million de personnes sont attendues. Les partis républicains, les syndicats et des chefs d’État et de gouvernement européens seront dans la manifestation. Ils diront sans doute « plus jamais ça ». Cette marche sera-t-elle donc le point de départ d’un changement de politique des dirigeants occidentaux pour que la liberté et la démocratie puissent s’appliquer partout dans le monde ? Cela passe par l’éradication de la pauvreté et des inégalités à l’échelle du monde.

JPEG - 36.7 ko
Hier à Paris, c’était la guerre. Demain à Paris, les dirigeants occidentaux vont-ils s’engager à changer de politique pour sortir de l’impasse ? (Image France Télévisions)

Hier vendredi, trois Français ont organisé en France deux prises d’otages qui se sont conclues par des bains de sang.
A Dammartin, dans la banlieue parisienne, deux personnes suspectées d’être les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo se sont retranchées le matin dans une imprimerie avec un otage. Elles ont été tuées lors d’un assaut lancé en fin d’après-midi par le GIGN.
Hier à la mi-journée, une fusillade éclate Porte de Vincennes. Un autre Français prend plusieurs otages dans un magasin fréquenté par des personnes de religion juive. Il est suspecté d’être le responsable des tirs qui ont tué une policière et blessé gravement un agent municipal la veille à Montrouge, en banlieue parisienne. À la même heure qu’à Dammartin, les policiers lancent aussi un assaut. Cinq personnes sont tuées dont le preneur d’otages, et quatre autres sont grièvement blessées.

Bain de sang à Paris

Hier, la France a vécu des scènes inédites pour la majeure partie de sa population. La région de Dammartin, ville de 8.000 habitants, a été décrétée zone de guerre. Le survol de cette commune proche de l’aéroport de Roissy était interdit. Les habitants devaient rester cloîtrés chez eux. Une force de plusieurs centaines de gendarmes et de policiers était concentrée, appuyée par des hélicoptères. Des dizaines d’ambulances étaient également déployées à proximité.
À Paris, c’étaient les mêmes scènes de guerre autour du supermarché, lieu de la prise d’otage. La route la plus fréquentée en France, le boulevard périphérique, était fermé à hauteur de la Porte de Vincennes. Tout le quartier était bouclé, avec circulation interdite dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Pendant ce temps, les services de secours installaient un hôpital de campagne.
Ce que les Parisiens ne voyaient habituellement qu’à la télévision se passait sous leurs fenêtres. Paris était devenue le théâtre d’une opération de guerre.

Les preneurs d’otages ont grandi en France

Les tueurs de Charlie Hebdo et de la policière de Montrouge sont des Français qui sont nés et ont grandi en France. Pendant la majeure partie de leur jeunesse, ils ont fréquenté l’école de la République. Selon les témoignages des voisins de deux d’entre eux à Reims, ils étaient des garçons sans histoire qui avaient l’air d’être bien intégré.
Comment alors expliquer qu’ils aient pris les armes, massacré la rédaction de Charlie Hebdo et des policiers, puis pris des personnes en otage lors d’une opération pour laquelle ils s’étaient sans doute préparés à mourir ?
Tant que les origines d’actes de ce genre ne seront pas combattues, alors d’autres Français recommenceront à s’en prendre à la France. Car à n’en pas douter, la mort de ces trois Français sera utilisée par les djihadistes pour en faire trois martyrs pour pousser d’autres jeunes Français à basculer dans l’extrémisme.

Grande marche demain

La première réponse à la succession d’événements tragiques de ces trois derniers jours, c’est l’annonce d’une grande marche pour la liberté et la démocratie demain dans la capitale française. François Hollande a relayé l’appel. Seront présents plusieurs chefs de gouvernement européen, le président du Conseil européen et le président de la République. Ils défileront aux côtés des syndicats, des associations et des partis politiques républicains.
Ces différentes attaques suscitent une émotion légitimes. En trois jours, ce sont une vingtaine de personnes qui sont mortes à Paris et dans ses environs. La marche sera donc le moment d’un hommage solennel à toutes ces victimes. Mais elle doit aussi marquer un tournant.
Car ces massacres montrent aussi l’impasse dans laquelle se situe la France et plus généralement les gouvernements occidentaux et la nécessité d’en sortir.
Les gouvernements représentés à la marche pour la liberté et la démocratie font partie de l’OTAN, une organisation militaire sous direction des Etats-Unis, responsable de la mort de centaine de milliers de personnes au Moyen-Orient, en Afrique et en Afghanistan au cours de ces 10 dernières années. L’OTAN dit vouloir se battre au nom de la liberté et de la démocratie, mais elle nie ces principes en bombardant des populations innocentes. L’OTAN laisse aussi l’armée israélienne massacrer les Palestiniens. Plus grave encore, elle lui fournit des armes.

L’occasion sera-t-elle saisie ?

Les images de cette guerre aux peuples du Sud suscitent une large émotion dans le monde entier. Cette guerre vient d’être portée en France par des Français. C’est une illustration de la crise mondiale et de son développement dans un pays européen.
C’est pourquoi le rassemblement de Paris peut donner l’occasion d’ouvrir de nouvelles perspectives pour que la liberté et la paix puissent s’appliquer partout. Cela passe par un changement de politique des dirigeants des pays qui marcheront demain à Paris. Ces responsables occidentaux sauront-ils se rassembler autour d’un plan d’actions pour que la liberté et la démocratie s’appliquent partout dans le monde ? Vont-ils présenter demain leur contribution à la lutte contre la pauvreté et les inégalités dans le monde et au sein de leurs propres pays ? S’ils arrivent à répondre favorablement à ces deux questions, alors ils pourront faire reculer la crise qui amène de jeunes Occidentaux à lancer des attaques suicides contre leur propre pays.


Kanalreunion.com