Actualités

La nomination de la nouvelle directrice n’a pas encore reçu l’agrément de la Région

Direction de l’AGORAH

Témoignages.re / 17 avril 2012

Lundi 16 avril, une délégation composée de l’AJFER, l’ARCP, la CGTR et la CFDT ont manifesté devant les grilles du Conseil régional à Saint-Denis pour dénoncer la nomination d’une personne venue de l’extérieur à la Direction de l’AGORAH.

Après avoir bloqué l’entrée de la Région, la délégation a été reçue par Colette Caderby, conseillère régionale en charge de la Vie associative, en raison de l’absence du président de la Région Réunion, Didier Robert, en déplacement à Paris.

« Obtenir la position de la Région Réunion sur ce recrutement »

Depuis l’annonce de la nomination de la nouvelle directrice à l’AGORAH le 24 mars dernier, plusieurs organisations avaient dénoncé ce recrutement. Face à la polémique, Fabienne Couapel-Sauret, présidente de l’AGORAH et vice-présidente à la Région, avait confirmé, par courrier le 13 avril, la nomination d’une personne venue de France.

Pour la délégation, menée par Gilles Leperlier, président de l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion (AJFER), l’objectif était alors d’obtenir la position de la Région Réunion sur le recrutement de la directrice de l’Agence pour l’observation de La Réunion, l’aménagement et l’habitat.

Les représentants de l’AJFER, l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté, la CGTR et la CFDT ont fait remarquer qu’en début d’année, à l’occasion de ses vœux à la presse, Didier Robert s’était positionné en faveur de la « régionalisation des emplois à La Réunion ».

Après avoir exposé la situation à Colette Caderby, celle-ci a confirmé que la Région n’avait pas pris position en faveur de ce recrutement et que, pour le moment, la collectivité n’avait pas encore donné son agrément. Par ailleurs, cette dernière a rappelé que « le Conseil régional restait en phase avec les objectifs fixés en début d’année de favoriser l’emploi local ».

La mobilisation ne faiblit pas

Pour que ce recrutement soit validé, celui-ci doit recevoir l’agrément du Conseil général, de l’État et du Conseil régional. L’État et le Conseil général ont de leur côté accepté cette nomination, poussant la délégation, présente lundi à la Région, à se mobiliser dans les prochains jours pour demander des explications.

Pour le moment, la prise de fonction de la nouvelle directrice de l’AGORAH est suspendue à l’agrément — ou pas — du Conseil régional. Toutefois, la délégation a d’ores et déjà pris rendez-vous avec Didier Robert à sa descente d’avion, mercredi 18 avril. Car la décision lui appartient.

En effet, comme l’a expliqué Gilles Leperlier, « il faut que les paroles soient suivies des faits. Quand on fixe un objectif politique, on doit se donner les moyens et tout mettre en œuvre pour atteindre cet objectif politique. La procédure de recrutement doit être relancée et doit faire l’objet d’une grande campagne de communication à l’échelle de l’île, afin que tous les Réunionnais et Réunionnaises soient informés de la disponibilité de ce poste. Les Réunionnais qui habitent aujourd’hui partout dans le monde doivent également être informés de ce poste disponible ».

A la fin de la mobilisation, les membres de la délégation se sont dits « déterminés plus que jamais à donner rendez-vous au président de la Région mercredi prochain ». L’AJFER, l’ARCP, la CGTR et la CFDT ont décidé « d’aller jusqu’au bout de cette bataille pour que plus aucun poste disponible dans notre île n’échappe aux personnes capables d’occuper ces postes à La Réunion ».


Kanalreunion.com