Actualités

La nouvelle direction de la CGT mobilise contre l’accord national interprofessionnel

50e Congrès à Toulouse

Témoignages.re / 23 mars 2013

Les congressistes ont élu une nouvelle direction de 56 membres, avec 40% de nouveaux et où la parité est appliquée. Thierry Lepaon succède à Bernard Thibaut à la direction de la CGT. Il s’était fait connaître au début du siècle dans la défense des travailleurs de Moulinex.

Lors d’un point presse de fin de congrès, Thierry Lepaon précise ce que sera le prochain défilé du 1er mai. « Avec l’accord national interprofessionnel, il y a une mini-fracture avec la CFDT et d’autres. (...) Cette fracture est marquée. Mais la volonté d’aider les salariés est intacte » , explique le nouveau secrétaire général de la CGT. Reprenant la notion de syndicalisme rassemblé, son fil rouge lors de ce congrès, il précise : « Il y a des désaccords avec certaines confédérations. Mais ça ne nous pousse pas à un repli sur une démarche identitaire. La raison est simple : dans les entreprises, quand les salariés voient que les syndicats sont unis, ils voient aussi qu’ils sont plus forts et peuvent plus peser » .

Dans ces conditions, le successeur de Bernard Thibault explique comment cela se pourra se traduire le 1er mai : « Nous allons essayé de construire un 1er mai le plus unitaire possible sur les salaires et les conditions de travail. N’oublions pas que c’est une journée internationale. Il faut une traduction concrête » . Il s’agira du second grand rendez-vous de Thierry Lepaon comme dirigeant de la CGT, après la nouvelle journée interprofessionnelle de mobilisation contre la réforme du marché du travail et l’ANI, prévue dans la deuxième quinzaine d’avril.

(Source "L’Humanité")

La résolution d’actualité

Agnès Naton, secrétaire confédérale de la CGT, chargée des questions de précarité, pauvreté, exclusion, présente la résolution d’actualité. Elle réaffirme

1. "l’invitation" de la CGT à "faire du 1er mai une journée de lutte et de manifestation". La veille, lors d’un point presse, Thierry Lepaon avait expliqué : "On peut envisager un 1er mai dynamique et unitaire. Il y a un point de désaccord (avec la CFDT sur l’ANI, ndlr), mais il y a beaucoup de sujets d’accord"

2. l’organisation d’une journée nationale d’action contre la réforme du marché du travail, lors de la première quinzaine d’avril. Initialement prévue entre le 2 et le 5 avril, cette journée devrait se tenir un peu plus tard, afin de répondre à la difficulté rencontrée par certains syndicats composant la CGT pour déposer un préavis de grève dans les délais légalement requis.

3. les revendications de la CGT en vue de l’ouverture de nouvelles négociations sur le financement des retraites ("ouverture des droits dès 60 ans, prise en compte de la pénibilité", souligne Agnès Naton)

4. la volonté de la CGT d’"empêcher la transposition dans la loi de l’accord national interprofessionnel, ou accord de sécurisation/flexibilisation de l’emploi signé par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC, qui "dynamite le droit du travail en France".


Kanalreunion.com