Actualités

La Nouvelle Route littoral sera la ruine du Sud

Collectif pour le développement de la Micro-région Sud et Collectif Nou Vé Nout Tram

Témoignages.re / 21 novembre 2013

Le Collectif pour le développement de la Micro-région Sud et le Collectif Nou Vé Nout Tram ont tenu hier matin une conférence de presse commune au sujet des conséquences de la NRL (Nouvelle Route Littorale) sur le développement du Sud, d’une part, et sur l’alternative ferroviaire, d’autre part.

JPEG - 50.2 ko
Cindy Porto, Krishna Damour, Gigant Nadège, Denise Porto ont expliqué l’impact désastreux du projet de Didier Robert sur le Sud.

Le Collectif pour le développement de la Micro-région Sud et le Collectif Nou Vé Nout Tram ont souligné le fait ce projet de NRL, si elle se réalise, aura des conséquences à la fois sur le ralentissement du développement du Sud et à la fois sur l’impossibilité d’une alternative ferroviaire…

Concernant le premier point, ils ont exprimé leur sentiment que le Sud, depuis sa création au début du 18ème siècle, est délaissé au profit chef-lieu.

Encore une fois, en effet, le Sud devra être vigilant, car une menace réelle pèse sur les fonds du FEDER destinés au Sud et de manière générale sur les fonds régionaux et d’État.

« Un déséquilibre Nord/Sud »

Le collectif craint le pire avec le choix de la Région de tout miser sur la route du littoral. Soit à terme en 2020 plus de 2 milliards 449 pour 12 km de route, « conséquence de cela, il restera que des miettes pour le Sud », déplore-t-il, qualifiant cette future route dans sa configuration à 6 voies sur mer de « gouffre financier qui risque d’hypothéquer et de compromettre le développement harmonieux du Sud par faute de finance ». Et de s’interroger sur la légitimité de mobiliser autant d’argent pour 60.000 usagers quotidiens sur la route du littoral (correspondant à environ 40.000 véhicules), car il n’en reste pas moins 300.000 autres véhicules se déplaçant non sans difficultés.

Aujourd’hui, le déséquilibre Nord/Sud risque de s’alourdir avec la volonté de l’État et de la Région de financer le boulevard Nord estimé à 450 millions, estime le collectif, qui craint que la partie FEDER issue du protocole de Matignon 2 prévue pour le financement des aéroports, soit 100 millions d’euros, c’est-à-dire celui de Gillot et de Pierrefonds, soit affecté au Boulevard Nord de Saint-Denis.

Front pour le développement de l’aéroport de Pierrefonds


Le collectif annonce son intention de se mobiliser en transmettant à chaque commune du Sud une motion qui, en substance, demandera aux maires d’être vigilants à la préservation des fonds du FEDER déjà actés pour le financement du développement de l’aéroport de Pierrefonds. La modernisation de l’aéroport et l’allongement de la piste de Pierrefonds pour un positionnement stratégique sur les moyen-courriers afin de permettre à de nouvelles compagnies de desservir à partir du Sud les pays émergents de la zone pour offrir notamment de nouveaux marchés à la filière agricole et agroalimentaire.

Par ailleurs, craignant réellement que les fonds du FEDER prévus pour l’aéroport de Pierrefonds risquent de basculer au profit du boulevard Nord, il compte interpeller le député-maire Patrick Lebreton, et qui plus est président du syndicat mixte de Pierrefonds, pour qu’il agisse au plus haut niveau afin de préserver ces fonds FEDER au profit de l’aéroport du Sud.

Pour une alternative à la NRL


Concernant la réalisation de la NRL qui nous condamne au tout-automobile et tire un trait définitif sur le réseau ferroviaire, sans parler des raisons financières, environnementales et écologiques, le collectif appelle tous les sudistes et l’ensemble des Réunionnais de profiter de l’enquête publique pour contrer ce projet et offrir d’autres choix aux Réunionnais.


Kanalreunion.com