Actualités

La politique d’austérité continuera en 2016

Les vœux du président de la République

Manuel Marchal / 2 janvier 2016

Lors de ses vœux jeudi soir, François Hollande n’a pas annoncé de remise en cause de la politique d’austérité et a confirmé le prolongement de l’état de guerre. Ses principales annonces sur l’emploi ne dépendent pas de l’État, mais des Régions.

JPEG - 32.8 ko
François Hollande le 31 décembre 2015 à l’Elysée.

Jeudi soir, François Hollande a présenté ses vœux aux Français. Lors de sa déclaration, le président de la République a insisté sur l’état de guerre. « Nous n’en avons pas terminé contre le terrorisme, (…) nous continuerons autant que nécessaire », a-t-il dit. Autrement dit, la guerre sera longue. Le chef de l’État a également justifié l’inscription dans la Constitution de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité.

C’est la conséquence du basculement opéré l’an dernier qui va peser sur les autres décisions. L’État renforcera les moyens de la police, de l’armée et de la justice. La priorité à l’état de guerre réduit donc les marges de manœuvre financières de l’État. Cela se voit dans les annonces faites par le président de la République. Les plus importantes ne relèvent en effet pas de la compétence de l’État et donc de ses finances.

Pour lutter contre le chômage, François Hollande a annoncé plusieurs mesures. La première est celle de former 500.000 demandeurs d’emploi à des métiers d’avenir. La seconde est de développer l’apprentissage, de manière à ce que tous les apprentis puissent avoir un employeur, et que toutes les entreprises aient dans leur effectif au moins un apprenti.

Des promesses qui dépendent des Régions

La mise en œuvre de la formation et de l’apprentissage ne sont plus depuis longtemps des compétences de l’État, mais des Régions. Ce serait donc à ces dernières de financer la création de ces centaines de milliers de stages. Or, depuis les élections des 6 et 13 décembre derniers, la majorité des Régions est dirigée par des présidents se situant dans l’opposition au gouvernement. La responsabilité de l’application des principales annonces en termes de lutte contre le chômage est donc renvoyée à des collectivités qui subissent depuis plusieurs années la diminution des dotations de l’État. La rencontre prévue ce mois-ci entre le président de la République, le Premier ministre et les présidents de Région donnera une première indication sur la portée réelle de la nouvelle promesse du président de la République.

Dans la lutte contre le chômage, la seule annonce relevant directement de la compétence de l’État est une « simplification du Code du travail ». Elle se heurte aux revendications des syndicats de travailleurs qui refusent que soient remises en cause les conquêtes sociales du Front populaire et du Conseil national de la Résistance. Les syndicats s’opposent à ce que, sous couvert de simplification, ait lieu un démantèlement des protections sociales, fragilisant les droits des travailleurs.

NRL incompatible avec la cause du climat

Le dernier point abordé a été les suites de la Conférence de Paris sur le climat. François Hollande s’est félicité de l’Accord de Paris à la COP21. Il a décliné une feuille de route pour son application. Le président de la République a annoncé un plan de rénovation des bâtiments existants, et le développement des énergies renouvelables. Cela devrait être un programme de « grands travaux pour la croissance verte ». Selon François Hollande, la cause du climat sera un grand chantier pour l’emploi. À La Réunion, cet engagement mettra-t-il à l’épreuve une politique menée en totale contradiction de cette proclamation ? Car pour être traduite en acte, cette annonce impose la remise en cause de la NRL et la réaffectation des crédits prévus sur ce projet dans de grands travaux pour la croissance verte.

Par ailleurs, le président de la République n’a annoncé aucune inflexion de la politique d’austérité appliquée depuis l’époque de la présidence de Nicolas Sarkozy. Avec le prolongement de l’état de guerre, cela augure donc de difficultés encore plus grandes pour la population qui subit les effets de cette politique.


Kanalreunion.com