Actualités

La Possession reviendra-t-elle 40 ans en arrière ?

Des orientations inquiétantes

Témoignages.re / 28 mai 2014

Après l’abandon des promesses électorales, la démolition de projets et la volonté de ne plus accueillir de nouveaux habitants. Ce sont les orientations de mandature officiellement annoncées en conférences de presse par la nouvelle maire de La Possession. Est-ce l’amorce du déclin de La Possession ?

JPEG - 57.3 ko
Une annonce : un coup de frein aux projets immobiliers.

Pendant 42 ans, Roland Robert a œuvré pour faire de La Possession la ville la plus attirante de La Réunion. Des importants travaux d’infrastructure ont développé le secteur. Roland Robert a su instaurer un climat de confiance avec les investisseurs. Cela a permis la construction de logements sociaux pour mettre fin aux bidonvilles d’une part, mais aussi de lotissements destinés à des fonctionnaires ou des cadres ayant un fort pouvoir d’achat. Cela explique pourquoi des personnes appartenant à la classe sociale de Vanessa Miranville se sont fixées par milliers dans la commune. Au bout de 40 ans, cette classe sociale est devenue prépondérante et elle a placé un des siens à la tête de la Mairie.

Pour 2014-2020, Roland Robert avait prévu plusieurs réalisations à destination des classes populaires, sans négliger ceux que le système a privilégié. C’est ainsi que le nouveau Cœur de ville devait abriter des logements sociaux et de standing, ainsi qu’une piscine olympique.

L’ancien maire de la commune lançait toujours ses campagnes électorales depuis Dos d’âne. Ce choix était symbolique de l’attention portée à ce quartier le plus éloigné du littoral, et souffrant davantage de la pauvreté. Pour soutenir le développement de Dos d’Âne, il avait lancé le chantier d’un centre sportif.

La Possession ville fermée ?

Mais avec l’arrivée d’une maire des riches, tout est remis en cause. Depuis le début de son mandat, elle a fait deux conférences de presse qui ont marqué les esprits. La première, c’était pour calmer ceux qui avaient cru à ses promesses. Prenant prétexte d’une soi-disant mauvaise santé financière de la commune, elle a annoncé que les promesses attendront, notamment les embauches.

Mardi, elle a lancé le plan de démolition de plusieurs projets lancés par Roland Robert. Les Possessionnais n’auront pas leur piscine au centre-ville, et Dos d’Âne va rester à l’écart, car le centre sportif est purement et simplement annulé. Cette fois, le prétexte invoqué est de ne pas augmenter les impôts. Comme pour les promesses non tenues, cette affirmation ne repose sur rien, à moins que la nouvelle municipalité puisse prouver que Roland Robert ait fait voter une hausse des impôts pour financer ces projets.

Enfin, le clou est la volonté de lutter contre la progression démographique en mettant un frein « à la multiplication des projets immobiliers », selon le "JIR".

La nouvelle équipe avoue donc son impuissance à faire face à un problème qui touche toute La Réunion : la croissance démographique. Et au prétexte que l’ancien maire n’aurait pas prévu de nouvelle écoles, alors il faut tout figer plutôt que d’aller à la recherche de financements pour construire.

Tout cela donne en passant l’image de riches voulant rester en petit comité, afin de garder pour eux seuls le bénéfice des 40 ans d’investissements légués par Roland Robert et son équipe : pas question de partager le gâteau avec de nouveaux habitants.

L’égoïsme de classe ouvre la voie du déclin

Ces décisions ne sont pas étonnantes. Elles reflètent un égoïsme de classe. Le mérite de la nouvelle maire est d’avoir fait tomber rapidement les masques. Les Possessionnais savent donc quelle est l’idéologie derrière l’image.

La cerise sur le gateau, c’est la venue à la tête des services d’un agent venu de France pour remplacer un Réunionnais.

Promesses non tenues, démolition de projets et volonté de dire « stop à la progression démographique » à en croire le "JIR", manifestement ce programme fait craindre un retour 40 ans en arrière. La base du succès de La Possession, c’était son attractivité. De telles décisions n’empêcheront pas le nombre de cadres et de fonctionnaires de continuer à augmenter à La Réunion. S’ils ne peuvent plus venir à La Possession, ils iront ailleurs. La Possession perdra donc rapidement son statut de commune la plus dynamique de La Réunion, ce qui ouvre la perspective d’un déclin si les annonces de la nouvelle municipalité sont réellement mises en application.


Kanalreunion.com