Actualités

La reconstruction à Saint André

Parti Communiste Réunionnais

Témoignages.re / 30 novembre 2012

Communiqué de la direction collégiale

 

 

La Direction collégiale du Conseil de la Reconstruction du Parti Communiste Réunionnais a pris acte de la disparition de fait de l’ancienne section du PCR de Saint-André.

Elle a décidé de répondre à l’appel de plusieurs militants (es) saint-andréens (nes) qui ne se résignent pas à cette situation et de leur apporter son appui pour les aider à reconstruire une grande section, selon les principes arrêtés par le Conseil de la Reconstruction.

 

D’ores et déjà une structure provisoire a été officiellement mise en place avec pour tâche immédiate de préparer l’assemblée générale de la nouvelle section en janvier 2013.

 

Cette structure provisoire appelle tous (tes) les anciens (nes) militants (es) et les sympathisants(es) saint-andréens(nes), hommes, femmes, jeunes, chômeurs, travailleurs, tous les habitants soucieux de l’avenir de La Réunion, à la rejoindre et à se rassembler pour un véritable changement dans notre pays.

 

 

Fait le 26 novembre 2012

Jean-Paul Ciret : « Il y a une morale en politique que le Parti doit incarner »

Il ne s’agit pas de réorganiser, mais de tout reconstruire. D’abord, privilégier le militantisme par rapport aux plans de carrière. Puis, il faut retrouver une tradition essentielle : le dialogue, l’échange et la démocratie. Ce sont des valeurs fortes, ce sont ces valeurs qui ont permis à la section de Saint-André de faire face à la répression, à la corruption, aux violences des nervis. On n’imagine pas Saint-André sans une section du Parti communiste réunionnais. La terre est riche de luttes, riche des combats des militants, dont certains ont payé de leurs vies leur engagement communiste… Le Parti doit porter des valeurs de fidélité. Lorsqu’on s’engage, lorsqu’on a fait bouger des gens, lorsqu’on leur fait prendre des risques, on ne peut pas abandonner les gens. La solidarité : quand Paul venait dans les années 1970, on le raccompagnait aux limites de la commune. On ne laissait pas un camarade aller tout seul. Autre valeur : l’intégrité et le désintéressement. L’enthousiasme s’est déclenché autour du Parti, dans la lutte contre la fraude. Les fonctionnaires qui militaient vraiment se servaient de leurs moyens pour les mettre au service du Parti. Pour acheter du matériel, pour aider matériellement à la lutte. Est-ce encore imaginable aujourd’hui ? Pour moi, il y a une morale en politique : le Parti doit continuer à incarner cette morale…


Kanalreunion.com