Actualités

La rentrée scolaire toujours repoussée

Manque de contrats aidés

Témoignages.re / 11 août 2012

Les marmailles auront-ils droit à quelques jours de vacances supplémentaires ou non ? Les interrogations demeurent toujours suite à la réunion d’hier en préfecture entre une délégation de l’Association des maires de La Réunion et le secrétaire général de la préfecture, Xavier Brunetière, sur la problématique des contrats aidés. « Pour le moment, nous ne pouvons pas dire que la rentrée aura bien lieu le 16 août », a annoncé Roland Robert, Président de l’Association des maires de La Réunion. Toutefois, il a indiqué que Victorin Lurel, le Ministre des Outre-mer, s’est dit « prêt » à réévaluer les besoins en contrats aidés en perspective de la rentrée. Une prochaine réunion doit se tenir ce lundi 13 août 2012.

La rentrée scolaire est toujours reportée à une date ultérieure. C’est ce qu’il ressort principalement des trois heures de discussions entre Xavier Brunetière, Secrétaire général de la préfecture, et une délégation de l’Association des maires de La Réunion, composée de Roland Robert, Président de l’association, Daniel Gonthier, Maire de Bras-Panon, Paulet Payet, Maire du Tampon, et Guito Ramoune, Maire de Petite-Ile. Une réunion qui s’annonçait décisive. Il s’agissait, en effet, pour les différentes parties d’examiner la situation au regard des besoins de contrats aidés dans les écoles ainsi que les modalités de répartition de l’enveloppe les concernant pour le second semestre. Et pourtant, il n’y a eu aucune véritable avancée.

2.000 emplois manquent

« On ne peut pas dire “oui”, la rentrée aura lieu le 16 août », a ainsi annoncé Roland Robert, Président de l’Association des maires, à l’issue de la réunion. Toutefois, le seul élément nouveau, selon lui, est que le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, a indiqué aux maires dans un courrier qu’il était prêt à « réévaluer les besoins en contrats aidés » dans la perspective de la rentrée scolaire.
Plutôt « positif », le président de l’Association des maires a aussi déclaré que les maires feront « tout » pour que la rentrée scolaire soit bien maintenue le jeudi 16 août. « Il faut que nous ayons pour cela un certain nombre de contrats aidés — soit plus de 2.000, NDLR — à disposition », a-t-il rappelé.
Par ailleurs, interrogé sur la position de la Mairie de Saint-Denis de ne pas reporter la date de rentrée scolaire du 16 août, le président de l’Association des maires de La Réunion répond : « Je ne veux pas faire de polémique. Cela montre que Saint-Denis peut fonctionner sans contrats aidés. Ce n’est pas un problème de politique ». Roland Robert dit également être « persuadé » que Gilbert Annette les « rejoindra ».

Pour un accord-cadre avec l’État

Pour sa part, Xavier Brunetière, Secrétaire général de la préfecture, a envisagé la mise en place d’une commission de transparence sur les contrats aidés pour le mois de septembre.
À noter qu’une nouvelle réunion de travail sur la problématique des contrats aidés est prévue ce lundi 13 août. Il s’agira de travailler plus globalement sur les besoins de chaque commune, et vraisemblablement de confirmer ou non si les marmailles bénéficieront de jours de vacances supplémentaires.
Pour rappel, ce mercredi 8 août, ne pouvant assurer convenablement l’hygiène et la sécurité des enfants en raison de la suppression des contrats aidés, 23 communes de l’île sur 24 avaient décidé de reporter ultérieurement la date de la rentrée scolaire des écoles maternelles et primaires.
Les maires de La Réunion demandent notamment au gouvernement de reconsidérer en urgence le quota des contrats aidés mis à disposition des communes, mais aussi du tissu associatif qui accompagne ces politiques publiques.
Ils réclament également à ce que ces quotas tiennent compte dans les années à venir des besoins des communes et du contexte socio-économique, et la mise en place d’un accord-cadre avec l’État sur ces dotations annuelles, notifiées en début d’année sur la base de critères sociodémographiques.

Avec Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com