Actualités

La responsabilité du gouvernement dans le déficit public

Les collectivités paient le prix de décisions du pouvoir central

Céline Tabou / 26 mai 2010

Les réformes fiscales, et la crise financière internationale ont eu un effet désastreux sur le déficit public, qui a augmenté de plus de 5 points entre trois ans. Le plan d’austérité lancé ce mois-ci par le gouvernement va tenter de ramener le déficit public de 7,9% à 3%. Mais cette rigueur va être faite sur le dos des collectivités territoriales.

La diminution des recettes de l’État a conduit les collectivités à emprunter pour pouvoir couvrir ses dépenses et investir. Aujourd’hui la décision de geler les dotations de l’État versées aux collectivités va entraîner un ralentissement de l’économie Réunionnaise touchée par un fort taux de chômage, la hausse démographique, et l’arrêt des chantiers.

Les mesures gouvernementales mises en cause

La nouvelle fiscalité mise en place par l’application du programme de Nicolas Sarkozy, diminue volontairement les recettes de l’Etat. S’ajoutent les effets de la crise qui creusent la situation financière du pays. En effet, le déficit public de la France a augmenté de 5,8 points, passant de 2,7% en 2007 à 8,5% prévisionnel pour 2010. Cette hausse considérable du déficit public n’est pas seulement due à la crise, mais bien à une politique. Tout d’abord, les dépenses de fonctionnement ont augmenté. Lorsque la crise est arrivée, le gouvernement n’a pas hésité à aider les grosses entreprises, notamment les banques.

Année Dette publique en % du PIB Solde public en % du PIB (Déficit Public) Dette publique(milliards d’euros) Solde public (milliards d’euros)
2006 63,70% -2,40% 1149,9 -42,6
2007 63,80% -2,70% 1208,8 -50,3
2008 67,40% -3,40% 1327,1 -55,9
2009* 77,60% -7,90% 1489 -138
2010* 84,00% -8,50% -149,2

*prévisions.

Selon l’Insee, l’écart entre 2008 et 2009, “s’explique pour l’essentiel par la progression de la trésorerie de l’État”, notamment les prêts accordés par le gouvernement au secteur automobile, et aux banques. Le "cadeau" fait aux banques a permis à ces dernières de faire d’importantes plus-values, comme BNP Paribas qui a publié en février 2010, un bénéfice net atteint 5,83 milliards d’euros en 2009.
Pour se dédouaner de ses responsabilités, l’Etat accuse les collectivités de dépenser trop. Mais à La Réunion, elles doivent faire face à la constante hausse démographique, à un taux de chômage élevé (37,6% de taux de chômage à La Réunion au troisième trimestre 2009), ainsi qu’à un transfert de fonds qui ne couvre pas le transfert de compétences opéré du pouvoir central vers les collectivités. Ainsi, l’Etat a mis à la charge des Conseils Généraux, le RMI et l’APA, mais des centaines de millions manquent à l’appel. De plus, le gel des dotations de l’Etat aux collectivités concerne les institutions qui investissent le plus, et contribuent donc le plus à l’activité économique.

Céline Tabou


L’endettement, qu’est ce que c’est ?

A l’instar de l’endettement des ménages et des entreprises, l’endettement de l’état est le montant total des dettes contractées par celui-ci. Aussi appelé dette publique, elle augmente chaque année à cause des nouveaux emprunts faits pour financer toutes les dépenses de l’Etat. Les besoins de financement de l’Etat peuvent trouver leur origine dans le décalage en cours d’une année entre le rythme de perception des recettes et le calendrier des dépenses, le déficit budgétaire constaté en fin d’année, et le remboursement de ses emprunts passés.


Kanalreunion.com