Actualités

« La Réunion debout »

Élie Hoarau : Secrétaire général du PCR

Céline Tabou / 6 juillet 2013

Introduisant, Élie Hoarau, Patricia Coutandy a rappelé que « la vie d’un parti est intimement liée aux convictions du dirigeant, à sa capacité d’analyse et de réflexion ». Ovationné, Élie Hoarau est monté à la tribune pour expliquer à la nouvelle génération que « la tâche qui vous attend est exaltante, soyez à la hauteur de cette tâche. À vous de faire comme les anciens », en donnant « espoir en l’avenir et en la jeunesse de notre pays ».

JPEG - 47.4 ko
Élie Hoarau, Secrétaire général du PCR : « le combat social à La Réunion s’alourdit de plus en plus, les grèves sont de plus en plus dures et de plus en plus longues. C’est la manifestation d’un mécontentement à La Réunion »…

Élie Hoarau a tenu à saluer « particulièrement Paul Vergès qui est pour moi celui qui a fondé notre parti, mais au-delà de cela, je crois que ce que je retiens fondamentalement, c’est qu’il est celui qui a su donner à la population de notre pays, une conscience réunionnaise. La conscience que l’on est un peuple, un peuple réunionnais ».

Des inégalités de « plus en plus criantes »

Ce dernier est revenu sur les raisons d’un second Congrès, deux ans après le précédent au Gol à Saint-Louis, « parce qu’entre temps, beaucoup de choses se sont passées, il était important et nous étions obligés de réagir en interpellant directement nos militants et militantes ». Sur le plan politique, les élections présidentielles ont été « une perspective de changement, pas parce qu’on se remettait à quelqu’un de providentiel, mais parce qu’on a su mobiliser la population sur un projet », a expliqué Élie Hoarau.

JPEG - 52.6 ko
Parmi les militants à prendre la parole Jean-Max Hoarau.
JPEG - 86 ko
Un retour à des valeures capitales qui sont « la solidarité, l’égalité, la justice ».

Un projet présenté et adopté le 19 février 2012 à Sainte-Suzanne, « des engagements du candidat (François Hollande-NDLR) sur les grandes lignes du projet ont été obtenus », à Saint-Louis. Parmi ces « points essentiels : le tram-train, l’autonomie énergétique, l’aide à la personne », entre autres. Cependant, « un an après, le changement souhaité n’est pas intervenu. Pire, la situation s’est aggravée », a souligné Élie Hoarau, ajoutant le taux de chômage croissant, la pauvreté grandissante, la dégradation de la situation du logement et les inégalités dans notre pays qui « sont de plus en plus criantes ». Élie Hoarau a rappelé que « dans toutes les régions de la République française, c’est à La Réunion que l’on connaît les inégalités les plus grandes. Mais les choses vont malheureusement s’aggraver encore ».

JPEG - 75.1 ko
Présents à ce grand rendez-vous Eugène Rousse et Bruny Payet.

Précisant, les perspectives budgétaires en baisse pour les collectivités locales, il s’est inquiété des « perspectives sombres, pour un avenir immédiat et pour un avenir plus lointain ». Élie Hoarau a indiqué que « le combat social à La Réunion s’alourdit de plus en plus, les grèves sont de plus en plus dures et de plus en plus longues. C’est la manifestation d’un mécontentement à La Réunion », devant laquelle, « nous devons nous interroger et dire ce que l’on doit faire. On ne peut pas, en tant que formation politique et en tant que PCR, se résigner à cette politique qui nous mène vers la catastrophe ».

Pour conclure cette première phase de son allocution, Élie Haorau a indiqué que « les signes de mécontentement, voire de désespoir, se font de plus en plus sentir. Si on n’entend pas cet appel au secours, alors on en portera une lourde responsabilité. Notre congrès doit s’efforcer de démontrer qu’il y a une autre, voir d’autres perspectives, à condition d’avoir le courage de rompre avec un système qui a montré ses limites ».

Des objectifs clairs pour ce Congrès

Élie Hoarau a exposé les deux principaux objectifs de ce 8ème Congrès du Parti Communiste Réunionnais. Le premier est de tenter de démontrer qu’il existe des solutions : « On ne dit pas que nous avons la solution à tout, et que l’on peut régler tous les problèmes. On dit que si on laisse aller les choses, comme aujourd’hui, on va aller droit dans le mur ». « Notre Congrès a comme ambition de dire qu’il est possible d’avoir une perspective, de mettre La Réunion sur une autre voie, de donner confiance au peuple réunionnais et surtout aux victimes de la politique actuelle », a-t-il insisté. Les congressistes vont débattre des propositions sur l’emploi, le logement, le pouvoir d’achat, le développement durable « de notre pays, et des moyens humains, financiers et institutionnels à mettre en œuvre pour réaliser ses projets et atteindre nos objectifs ».

Pour cela, « il faut tenir compte du contexte qui nous entoure, La Réunion n’est pas isolée du reste du monde. On doit comprendre ce qui se passe autour de nous et connaître les grands phénomènes qui vont peser sur l’avenir du monde », notamment la démographie, les changements climatiques, la mondialisation des échanges commerciaux et l’évolution et l’application rapide des découvertes scientifiques et des nouvelles technologies. « C’est de tout cela que l’on doit débattre aujourd’hui et demain ».

Le second objectif de ce Congrès est « interne à notre parti. La crise que l’on subit et qui dure depuis dix ans finit par ébranler nos convictions et créer une crise idéologique », a affirmé Élie Hoarau. « Devant ce désarroi, on ne doit pas perdre de vue l’essentiel. On ne doit pas se refermer dans l’individualisme, et on ne doit surtout pas rechercher à défendre nos intérêts personnels au détriment du bien commun », a-t-il indiqué.


Ainsi, « les valeurs traditionnelles, de solidarité, d’égalité, de justice qui ont fait la grandeur et la force du parti. On doit retrouver toutes ces valeurs, parce que l’on a de plus en plus tendance à croire qu’un parti est fait comme une machine à fabriquer des élus. Alors qu’un parti est un outil, une arme au service du peuple réunionnais pour la promotion et l’émancipation des hommes et des femmes de notre pays », a porté Élie Hoarau.

Céline Tabou

Revenir aux valeurs fondamentales


« Il faut que l’on revienne à ces valeurs fondamentales en redressant la barre, et en ne faisant pas comme d’autre, qui proclament qu’ils veulent être candidat à tel ou tel poste dans telle ou telle commune, où qui crée un parti dans cet objectif. Et quand on leur demande, c’est quoi leur projet ou programme, ils disent qu’ils n’en ont pas. On ne doit pas délaisser la bataille électorale, mais on doit occuper la bataille électorale pour servir encore mieux les Réunionnais. C’est ainsi qu’on sera de vrais communistes, c’est cela la reconstruction de notre parti. Certains camarades trouvent qu’on ne va pas assez vite, c’est possible, mais on dit qu’on a la volonté d’arriver. On dit qu’au lieu de rester à côte, vient avec nous, ensemble on va reconstruire le PCR sur ces valeurs fondamentales ».
Une année de travail qui va durer

•  « On a avancé, depuis qu’on a décidé de reconstruire le parti, pour cela, on a mis en place deux instances, le Conseil de la reconstruction et la Direction collégiale, avec des jeunes, des moins jeunes, des hommes, des femmes, qui ont travaillé dans la constance et l’abnégation pour arriver aux résultats que l’on connaît aujourd’hui », a expliqué Élie Hoarau. Parmi ces résultats, il y a les 4.300 adhésions à jour de cotisation, la création de nouvelles sections dans certaines villes, notamment à Saint-André et Saint-Paul. « Le résultat, c’est aussi ce congrès, on est environ plus de 400 délégués, venus de toute l’île ». « Une large discussion a été engagée avec les adhérents, des échanges ont été fructueux », a salué Élie Hoarau, qui a aussi remercié les personnes ayant contribué par oral ou par écrit. « Ces contributions seront prises en compte dans un document final, adopté à la fin de ce Congrès ».

« Au-delà du Congrès, dans le cadre de la reconstruction, nous avons multiplié les rencontres, de manière à renforcer nos analyses, confronter nos expériences et nous unir sur le plan idéologique ». « C’est essentiel dans la vie d’un parti, il faut que sur chaque problème évoqué, on ait la même analyse, qu’on la partage et que l’on fasse ressurgir les mêmes propositions de manière à être efficace dans notre lutte ». Le militant a rappelé les actions des dirigeants, élus, sections, militants, toute la bataille menée, tout au long de cette année de reconstruction aux côtés des travailleurs et des plus pauvres. Un bilan et un résumé de ces actions seront publiés et distribués aux sections de l’île.

«  On n’est pas totalement satisfait »

«  On n’est pas totalement satisfait, il y a encore des insuffisances, des manquements au respect des règles et des engagements dans l’organisation. On doit voir des représentants d’une vingtaine de communes, donc il en reste encore quatre à combler ». « Il y a malheureusement encore beaucoup de manquement. Camarades, je vous dis avec tristesse, que le problème du respect des règles concernant les indemnités, des manquements ont été observés. Ce n’est plus possible, ni acceptable, notre Congrés devra débattre et discuter de cette affaire ». D’ailleurs, « la solidarité vis-à-vis de KOI et de “Témoignages” n’a pas été à la hauteur de ce que l’on a espéré. Il y a eu des sections qui ont travaillé et donné des résultats exemplaires. Il y a la possibilité de faire comme ces camarades et comme ces sections dans toute l’île. Les manquements et insuffisances doivent être au cœur du débat et des préoccupations, mais si on a pu rattraper certaines erreurs, insuffisances, surmonter quelques manquements ». Cela « montre qu’on peut surmonter les autres insuffisances ». 

« Un parti reconstruit doit être uni sur les idées, les valeurs »

«  Camarade, un parti reconstruit doit être uni sur les idées, les valeurs », a déclaré Élie Hoarau. Il faut une « organisation forte et structurée, voilà ce qui doit ressortir de ce 8 ème Congrès pour porter à La Réunion, un message d’espoir et de renouveau, car notre pays attend de nous ». « Ainsi, on va rester fidèle à nos aînés. Dans des conditions difficiles, les communistes de La Réunion ont su montrer la voie de l’avenir, cela a été le cas, en 1946 avec Raymond Vergès et Léon de Lépervanche, depuis les communistes ont réalisé de belles choses pour La Réuunion, on doit être fier et reconnaissant ». « On remercie nos anciens qui ont lutté quelques fois au prix de leurs vies pour faire de nous ce qu’on est aujourd’hui, un peuple debout et fier d’être réunionnais ».

Le devoir de la nouvelle direction

«  Camarades, ce sera du devoir de la nouvelle direction du parti de restituer toute cette histoire aux Réunionnais. C’est ce qu’on appelle réaliser le devoir d’inventaire de tout ce que le parti a fait. Chers camarades, si de belles choses ont été accomplies par les anciens, les nouvelles taches tout aussi nobles et belles attendent les communistes d’aujourd’hui. Redonner espoir au peuple, réaliser les grands projets pour notre pays. Nos propositions et notre projet doivent répondre à tout cela. Le temps de la responsabilité est venu pour les Réunionnais, soyons responsables dans notre pays. Camarades, ce sont les jeunes communistes qui seront responsables dans notre parti, ils seront les véritables héritiers des combats menés par nos anciens, pour la liberté de La Réunion. Voilà ce qui vous attend, on sera ensemble, on apportera notre expérience et nos contributions, nous serons avec vous et ensemble on va mener cette lutte ».


Kanalreunion.com