Actualités

La Réunion mobilisée face au danger

2 milliards d’investissements menacés

Manuel Marchal / 17 mars 2010

Quand en janvier 2007, la Région signe avec le gouvernement le Protocole de Matignon, c’est l’assurance de plus de 2 milliards d’investissements à La Réunion. Alors que La Réunion est touchée encore plus fortement que la France par la crise, les adversaires de l’Alliance veulent jeter par la fenêtre ces 2 milliards d’euros, qui représentent des milliers d’emplois.

Depuis le début de la campagne électorale, les adversaires de l’Alliance ont ciblé les attaques contre le Protocole de Matignon. Entre annonce d’adaptation, de renégociation ou de réaffectation des crédits, tous ces mots d’ordre visent à faire appliquer une décision : priver les Réunionnais de plus de 2 milliards d’euros en pleine crise. Car tous les adversaires de l’Alliance le savent, toute remise en cause du Protocole de Matignon pour quelque raison que ce soit fournira un argument en or à Paris pour économiser ces 2 milliards d’euros. Une remise en cause, c’est par exemple la volonté de changer un des termes du contrat, en refusant le tram-train par exemple.
Il est important de ne pas perdre de vue que la France est en effet touchée par la crise, elle doit faire des économies drastiques sur ses dépenses publiques si elle veut voir son déficit public passer de plus de 8% à 3% de son PIB. La priorité de Paris est donc de faire face à l’urgence en France pour ne pas que la crise économique se traduise en déroute électorale au moment de la Présidentielle.
Pour se donner une idée de ce que représente cette somme de 2 milliards, c’est l’équivalent de 20 fois la Rocade du Tampon.
Cela signifie que le refus de ce chantier n’aurait pas uniquement des conséquences sur l’aménagement du territoire de La Réunion du million d’habitants. Il plongerait l’économie réunionnaise dans ce qui serait sans doute la pire crise depuis de très nombreuses années.
Tout le monde a pu constater ce que peut coûter à La Réunion le refus par Didier Robert de construire la Rocade du Tampon. Alors que tout le budget était bouclé et que le chantier était prêt à démarrer, il a décidé de rejeter ce chantier de plus de 100 millions d’euros.
Ce précédent est là pour faire réfléchir tous les Réunionnais. Ce que la tête de liste de l’UMP a fait dans sa commune, elle n’hésitera pas à le faire en toute connaissance de cause si elle est à la tête de la Région.
Nul doute que pareille décision serait le coup de grâce portée à l’économie réunionnaise. Le secteur du BTP a déjà été durement touché par l’abandon de plusieurs centaines de millions d’euros de commandes publiques liées à des décisions politiques comme l’abandon de la rocade, l’arrêt du Pôle océan et du Zénith. Il a aussi subi de plein fouet l’impact de la réforme de la défiscalisation qui eut pour conséquence de réorienter des investissements précieux pour La Réunion vers la France.
Ceci montre le danger qui guette La Réunion en cas de victoire de l’UMP.
Face à ce danger, le peuple réunionnais va se dresser en masse dimanche pour placer largement en tête l’Alliance, la seule liste capable de défendre les intérêts des Réunionnais, dont le respect du droit du peuple à développer son pays.

M.M.


Kanalreunion.com