Actualités

La Réunion : Non à la répression ! Non aux brutalités policières !

Motion des sections communistes de Saint-Louis et de La Rivière

Témoignages.re / 8 octobre 2009

Face à une situation d’urgence, les membres des sections communistes se sont réunis hier, à Saint-Louis, en assemblée générale extraordinaire et à l’issue des travaux ont décidé d’adopter la motion ci-dessous.

Dans le prolongement du climat de violence institutionnelle entretenu sur Saint-Louis, hier matin, mercredi 7 octobre, des policiers du GIPN, armes aux poings, ont totalement défoncé la porte de la maison d’une famille qui habite dans le quartier de la ZAC Avenir. Il s’agit de la maison de madame Isabella Françoise.

Sans ménagement et sous les yeux de son jeune enfant, âgé de sept ans, les policiers du GIPN ont braqué un fusil à pompe, chargé à balle réelle, sur sa poitrine pour qu’elle avoue des faits dont elle n’avait aucunement connaissance. Ce fait, d’une extrême gravité, est en réalité une très grosse bavure policière.

Isabella Françoise, son enfant, son voisinage immédiat ont été gravement choqué et elle a décidé de porter plainte pour violation de domicile, brutalité policière et destruction de ses biens. Pour des raisons qu’on ignore, les policiers du GIPN ont agi avec la même brutalité chez monsieur Roger Derfla, voisin d’Isabella Françoise, chez monsieur Josian Sioche qui habite au Ouaki et ce toujours sous les yeux de leur enfant. Messieurs Jean Noé Coupaye et Gérald Ramalingom ont été maltraité de la même manière.

Les méthodes violentes employées par les policiers du GIPN sont inacceptables dans une démocratie qui se respecte. Et là, force est de constater qu’il y a eu ni respect pour les personnes violemment interpellées, ni pour leurs enfants, ni pour la population.

C’est pourquoi, face à cela, les sections communistes de Saint-Louis et de La Rivière :

- Apportent leurs entières solidarités à Isabelle Françoise, Josian Sioche, Roger Derfla, Jean Noé Coupaye et Gérald Ramalingom dans l’épreuve.

- Dénoncent les brutalités policières subies par Isabella Françoise, Josian Sioche, Roger Derfla, Jean Noé Coupaye et Gérald Ramalingom.
La section communiste de Saint-Louis
La section communiste de La Rivière

Le mercredi 7 octobre 2009



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Lecture et explications de texte.
    "Dans le prolongement du climat de violence institutionnelle entretenu sur Saint-Louis" : c’est ici reconnaître l’existence même d’un climat de violence, mais par qui est-il entretenu ?

    "des policiers du GIPN, armes aux poings, ont totalement défoncé la porte de la maison d’une famille qui habite dans le quartier de la ZAC Avenir. " : pour ceux qui connaissent un minimum l’institution policière savent que le GIPN fait partie de l’élite de la police, ce sont des hommes surentrainés qui n’interviennent pas pour un vendeur à la sauvette et n’avance pas la fleur au fusil.

    "Sans ménagement et sous les yeux de son jeune enfant, âgé de sept ans, les policiers du GIPN ont braqué un fusil à pompe, chargé à balle réelle, sur sa poitrine pour qu’elle avoue des faits dont elle n’avait aucunement connaissance" : j’ai du mal à imaginer le GIPN se pointer le matin chez M ou Mme X en disant : « Bonjour, c’est le GIPN, nous devons procéder à une interpellation, pourriez-vous nous ouvrir s’il vous plaît ? Nous avons des armes mais ne vous inquiétez pas, ils sont chargés à blanc ». Je pense surtout qu’ils n’ont rien essayé de lui faire avouer mais lui ont juste demandé où était son mari croyant que c’était le bon appartement. Je comprends parfaitement le traumatisme subit.

    "Ce fait, d’une extrême gravité, est en réalité une très grosse bavure policière." : ce fait n’est pas imputable au GIPN mais plutôt aux enquêteurs.

    "Pour des raisons qu’on ignore, les policiers du GIPN ont agi avec la même brutalité chez monsieur Roger Derfla, voisin d’Isabella Françoise, chez monsieur Josian Sioche qui habite au Ouaki et ce toujours sous les yeux de leur enfant. Messieurs Jean Noé Coupaye et Gérald Ramalingom ont été maltraité de la même manière." : les raisons que vous ignorez se trouvent dans la première phrase de votre motion ! « climat de violence institutionnelle entretenu sur Saint-Louis » ! Je vais vous donner encore deux raisons, la première, violences volontaires sur agents dépositaires de l’ordre public et la seconde, agression du chauffeur de bus de l’adversaire politique de C. Hoareau. Les enfants ont maintenant conscience qu’on ne rigole pas avec la loi.

    "Les méthodes violentes employées par les policiers du GIPN sont inacceptables dans une démocratie qui se respecte." : présentez-moi des mecs qui interviennent lors de prise d’otages ou des braquages en cours en ayant que des méthodes "douces".

    "Et là, force est de constater qu’il y a eu ni respect pour les personnes violemment interpellées, ni pour leurs enfants, ni pour la population." : où est le RESPECT dans la chasse aux sorcières qui se passent sur saint-louis ?

    Si "les membres des sections communistes se sont réunis hier, à Saint-Louis, en assemblée générale extraordinaire" pour nous pondre ça , qu’ils appellent "travaux".
    Je vois déjà ce que ça va donner sur saint-louis.
    Je ne suis plus con maintenant.

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Lecture et explication de texte :

      « Je vais vous donner encore deux raisons, la première, violences volontaires sur agents dépositaires de l’ordre public et la seconde, agression du chauffeur de bus de l’adversaire politique de C. Hoareau. Les enfants ont maintenant conscience qu’on ne rigole pas avec la loi » :

      Voilà une interprétation quelque peu hâtive du résultat de la procédure. Si de tels faits s’étaient réellement produits, pensez-vous réellement que tout le monde serait libre ? Cyrille Hamilcaro et ses complices ont tenté un coup pour faire peur aux électeurs afin qu’ils ne se déplacent pas aux urnes. Faire peur pour empêcher les gens d’aller voter, c’était pour C. Hamilcaro la seule manière de tenter de gagner des élections perdues d’avance. Mais la grossière manipulation de Cyrille Hamilcaro et ses amis n’a pas marché, les électeurs sont venus à plus de 85% pour dire qu’ils ne veulent plus de ces méthodes de haine. Et c’est ainsi que se finit la carrière politique d’un apprenti-ultra à qui il a manqué le soutien d’un Papa Perreau-Pradier pour frauder aux élections.

      Je comprends donc toute la détresse de notre "expert" en procédure du GIPN. Son favori a été battu et dans son énervement il accuse sans preuve des personnes atteintes dans leur honneur. Désolé Monsieur, la fin de la carrière politique de C. Hamilcaro, cela s’appelle la démocratie et il est regrettable que trois jours après un résultat aussi incontestable, la répression se déchaîne. Veut-on encore annuler les élections ? Faudra-t-il voter autant de fois que nécessaire pour que gagne le "bon" candidat ? Pourquoi cet acharnement sur la population de Saint-Louis ? Qui a intérêt à créer de toutes pièces un climat de violence ? Toute ressemblance avec la création de toutes pièces d’un mouvement social contre les élus pendant la visite du Premier ministre est bien entendu fortuite...

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • Lecture et explication de texte
      Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, je tiens à préciser que je n’appartiens à aucun parti politique. Ce que je constate c’est que le nom de Cyrille Hamilcaro vient encore hanter vos écrits. Pourquoi ? Je ne suis fan d’aucun C.H..Maintenant commençons.

      "Voilà une interprétation quelque peu hâtive du résultat de la procédure. Si de tels faits s’étaient réellement produits, pensez-vous réellement que tout le monde serait libre ?" : je n’interprète rien du tout, d’une part car la procédure n’étant pas terminée, je ne puis me vanter d’en avoir les résultats et d’autre part pensez-vous réellement que si de tels faits ne s’étaient pas produits le GIPN viendrait perdre son temps à Saint-Louis ? Sous quels prétextes ?
      Contrairement à certains, ça me m’intéresse pas de calomnier, et je vais être très clair cette fois pour que vous compreniez : si le GIPN s’est déplacé pour les appréhender c’est qu’ils sont à coup sûr des suspects, et suspects ne veut pas dire coupable mais ça ne veut pas dire innocent non plus....... Et comme tout suspect qui se respecte, ils ont eu droit à leur audition et leur garde à vue. Le juge nous donnera le verdict. Voilà pour ce que vous appelez "interprétation hâtive".
      "Je comprends donc toute la détresse de notre "expert" en procédure GIPN"  : non, vous n’avez rien compris ou peut être faites-vous semblant d’avoir compris. Merci pour le titre "d’expert" que vous m’accordez, j’en suis vraiment flatté mais je n’en demandais pas tant !
      Non, créole lé pi couillon !
      Merci de me publier

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • Wesley dis pas n’importe quoi. Jamais en France le GIPN i rentre comme ça té. Si en face le gars est armé, paré à tirer OK, ou grand Al Qaïda, mais là c’est vraiment gonflé.
      La même chose en France, c’est l’émeute assurée, alors respect Wesley.

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • Ce qui arrive à cette famille est proprement scandaleux. Comment peut-on couvrir de la sorte de tels agissements ? C’est une question de dignité humaine... Où sont les otages à délivrer, où sont les terroristes ? Décidément, en France, où est la patrie des droits de l’homme ?

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • J’ai déjà un fan ! super ! Lecture et explications de texte
    Tout d’abord, je tiens juste à préciser que je ne suis partisan d’aucun parti politique. C’est pour le contexte. Ensuite je n’ai pas cité une seule fois le nom de Cyrille Hamilcaro et je me demande pourquoi ce nom paraît vous hanter !

    "Voilà une interprétation quelque peu hâtive du résultat de la procédure. Si de tels faits s’étaient réellement produits, pensez-vous réellement que tout le monde serait libre ?"  : je n’interprète rien du tout, car d’une part la procédure n’étant pas terminée, je ne peux me vanter d’avoir les résutats et d’autre part pensez-vous réellement que si de tels faits ne s’étaient pas produits, le GIPN viendrait perdre son temps à Saint-Louis ? Sous quels prétexte ? Contrairement à certains, je ne me permettrai pas de calomnier, c’est pour cela que je n’ai jamais accusé personne. Si ces personnes se sont faites interpellés par le GIPN, une chose est sûre, c’est qu’elles sont suspectées d’avoir participé aux violences ! Et suspect ne veut pas dire coupable. Mais ça ne veut pas dire innoncent non plus ..... .

    "Je comprends donc toute la détresse de notre "expert" en procédure du GIPN."  : désolé mais vous n’avez rien compris ou peut être vous faîtes semblant d’avoir compris. Merci de me qualifier "d’expert", cela me touche sincèrement, je n’en demandais pas tant.

    Au lieu d’accuser à tout va, essayer plutôt d’argumenter, d’étayer et de donner des exemples pour que l’on comprenne mieux.

    Merci

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Et suspect ne veut pas dire coupable. Mais ça ne veut pas dire innocent non plus ..... .

      Existe-t-il donc un moment où un suspect n’est pas innocent ? Je pensais que la culpabilité était décidée par le jugement d’un tribunal... à moins qu’à la Réunion de nouvelles règles de droit s’appliquent depuis mercredi matin.

      Et puisque justement ces faits ne se sont pas produits, car tout ce que vous dites est loin d’être démontré, avez-vous donc une explication pour l’intervention du GIPN à Saint-Louis ? Et pour la méthode employée ? La Réunion est-elle un pays en guerre ?

      Quant à mes arguments, je vous rappelle qu’au lendemain des élections de mars 2008, un candidat a déposé un recours, puis les élections ont été annulées.

      Cette fois, vu l’ampleur du retard de ce candidat, difficile pour lui de faire un tenter d’annuler par un recours. Donc je me demande à qui profite cette intervention, car pour une personne qui ne suit pas l’actualité de près et qui voit le GIPN débarquer en tirant dans les portes, il est facile de lui faire croire que règne un climat de violence alors que c’est totalement faux.

      Entre les deux tours, la stratégie de la tension choisie par le candidat battu dans les urnes en mars 2008 n’a pas marché. Il voulait faire peur aux électeurs, ils se sont mobilisés pour son adversaire. Pourquoi donc faire intervenir le GIPN pour demander à une personne de répondre à une convocation ? Et pourquoi tirer à coup de fusil dans une serrure ? En général, on ne frappe pas comme cela avant d’entrer, ce ne sont pas les méthodes habituelles des fonctionnaires dépositaires de l’autorité publique à qui nous, le peuple, confions une partie de notre pouvoir.

      J’ai le souvenir de camionneurs qui ont bloqué la Réunion pendant cinq jours. Je me rappelle d’une personne qui a perdu un temps précieux dans une ambulance bloquée à un barrage avant de décéder. Ces mêmes camionneurs ont recommencé leur cinéma pendant la visite de François Fillon. Mais à chaque fois, pas l’ombre du GIPN... alors que je suis sûr que la seule vue d’un fusil braqué sur ces transporteurs les auraient fait déguerpir... et je suis sûr que le peuple, qui délègue son pouvoir d’autorité à des fonctionnaires, voulait que ces camionneurs déguerpissent au plus vite.

      Alors je m’interroge, pas vous ?

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • waaaaaoouuu, mi débark tèr là et kosa mi wa, kosa mi antan ? alalala, lo répresion li arvien. Alon bord a li kom nou la bord tout ban gars lafrod. Wesley, ou travay pou ki ? Kom ou di an ba, kréol lé pi couillon.

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • Lecture et explications de texte
    "Existe-t-il donc un moment où un suspect n’est pas innocent ?" : Oui à partir du moment où sa culpabilité a été établie ou à partir du moment où il a avoué.

    "Je pensais que la culpabilité était décidée par le jugement d’un tribunal" : exact et on en sera plus le 3 décembre.

    "Et puisque justement ces faits ne se sont pas produits, car tout ce que vous dites est loin d’être démontré" : donc si je suis votre raisonnement, ces faits dont des centaines de personnes ont été témoins et qui ont été relayés par la presse ( télé, journaux....) ne sont que purs inventions, propagandes, bref rien de réels. Les images vues à la télé ne sont que fictions et le chauffeur était dans le brancard des pompiers suite à un mal au crâne. A-t-on déposé plainte contre la presse pour diffamation ? Si oui, qui l’a fait ? Si non, qu’attendez-vous ? Propagande, quand tu nous tiens....

    "avez-vous donc une explication pour l’intervention du GIPN à Saint-Louis ? Et pour la méthode employée ? La Réunion est-elle un pays en guerre ?" : le GIPN intervient à la demande du préfet. Demandez-le lui, il doit avoir une bonne explication pour faire appel à l’élite. Le GIPN intervient une bonne centaine de fois par an sur le territoire métropolitain et pourtant la France n’est pas en guerre. Ils utilisent partout la même technique d’intervention.

    Encore une fois, je n’ai rien à voir avec M. Cyrille Hamilcaro, mais comme vous l’avez dans la peau, allons-y.

    "Il voulait faire peur aux électeurs," : qu’a-t-il fait ? expliquez-vous ? arguments et exemples. S’est-il pris pour Flavien Sioche, qui sème la terreur en ce moment ? Étayer vos propos, c’est trop facile de "balancer".

    "Donc je me demande à qui profite cette intervention" :j’espère juste que vous ne sous-entendez pas que c’est Cyrille Hamilcaro qui a fait intervenir le GIPN. Ce serait lui donner trop d’importance. Ils sont intervenus parce que des policiers en service ont été blessés par des "hommes en rouge". On ne rigole pas avec l’institution policière. Elle profite aux Saint-Louisiens qui croient encore à la justice de ce pays et qui craignaient que Saint-Louis ne devienne une zone de non-droit.

    "il est facile de lui faire croire que règne un climat de violence alors que c’est totalement faux." : elle est bonne celle-là !! Relisez la première phrase de la motion de vos camarades. Ce sont eux qui le disent.

    "Et pourquoi tirer à coup de fusil dans une serrure ? En général, on ne frappe pas comme cela avant d’entrer, ce ne sont pas les méthodes habituelles des fonctionnaires dépositaires de l’autorité publique" : Tout à fait. Ce sont pas les méthodes du fonctionnaire de police "lambda" mais bien celles de l’élite.

    En ce qui concerne le "faux" parallèle avec les camionneurs, ça ne m’intéresse pas, je reste concentrer sur la soit disant motion.

    Merci de me publier.

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Manifestement, si j’en crois vos écrits, vous disposez donc d’informations qui ne sont pas données à tout le monde. Il serait bon sans doute que vous puissiez les partager. Irez-vous jusqu’à nommer vos sources et faire des offres de preuves ?

      Pour ce qui est de la culpabilité, tout le monde reconnaît la fragilité des aveux. D’ailleurs, il n’est pas rare que la justice innocente une personne qui a dû avouer quelque chose que manifestement elle n’avait pas commis.

      Quant au parallèle avec les camionneurs, je persiste : c’est là que se trouve le noeud de toute l’histoire avec un grand H, et chaque jour, les Réunionnais comprennent mieux ce qui s’est réellement passé au mois de novembre et au mois de juillet lors de ces manifestations et quel était le but recherché par les meneurs. L’affaire de la porte enfoncée à coup de balles de fusil par des policiers à Saint-Louis, c’est la pièce qui manquait au puzzle. Désormais, tout est clair.

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • Lecture et explication de texte
    Manifestement, si j’en crois vos écrits, vous disposez donc d’informations qui ne sont pas données à tout le monde. Il serait bon sans doute que vous puissiez les partager. Irez-vous jusqu’à nommer vos sources et faire des offres de preuves ? :Vous avez raison sur toute la ligne. Et ma réponse à votre question est oui !!! Mais pas pour le moment, chaque chose en son temps ! De toute manière, ce que j’ai dit est vérifiable par tous !

    Ce que j’essayais de vous faire comprendre à travers ma démarche, c’est que l’on ne peut pas me dire qu’il a fallu reunir une assemblée générale extraordinaire pour nous "pondre" un écrit pareil que vous osez appeler travaux !! Soyons sérieux une seule minute, ce qui est écrit plus haut , "cette motion" n’est pas le fruit d’un travail, ce n’est pas possible !! ou alors je devrai changer ma définition du mot "travail" !!! Si nous avons des élus issus de cette section et qui à chaque fin de travaux nous présente un truc pareil, où allons-nous ? Ce n’est même pas de l’information, aucune ligne n’est crédible (d’où ma démarche) !! Au mieux c’est de la désinformation, au pire c’est de la propagande !
    Je n’ai rien contre Témoignages qui un journal où l’on peut trouver de bonnes infos et que je lis parfois, mais excusez-moi cet article est le bide de l’année ou alors je ne sais pas lire !!!
    Je suis cependant heureux que nous ayons pu échanger en toute courtoisie !! Je vous remercie de m’avoir laisser m’exprimer sur votre site et j’espère que ça cotinuera !!

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Désolé de vous décevoir mais ce communiqué est le résultat d’un travail collectif, élaboré par ses signataires. Et il s’appuie sur des témoignages vérifiés. Et quand on voit l’état de la porte....

      Impatient de connaître vos infos. A bientôt peut être.

      Article
      Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com