Actualités

La révolution technologique : une chance ou un danger pour l’humanité ?

9e Congrès du PCR - 5 février 2017 à Sainte-Suzanne

Ginette Sinapin / 30 janvier 2017

Dans le cadre du débat des thèses du 9e Congrès du PCR, c’est la camarade Ginette Sinapin qui donne son point de vue sur l’innovation technologique. Témoignages la remercie pour sa contribution.

JPEG - 36.4 ko
Photo Phovoir.

Au Parti communiste réunionnais et particulièrement avec Paul Vergès, nous disons constamment qu’il y a quatre évènements qui sont en train de bouleverser le Monde. Il s’agit des effets du changement climatique, des échanges capitalistes mondialisés, de la démographie et de la révolution technologique.

Les conséquences de ces phénomènes sont plus ou moins perceptibles pour l’opinion, mais elles sont bien réelles. En effet, qui peut nier que le réchauffement de la planète provoque des intempéries extrêmes, l’élévation du niveau des océans, la dégradation des barrières coralliennes etc. Face à cela il faut des mesures de précaution, d’adaptation et d’atténuation pour tous les peuples.

Quant aux échanges capitalistes mondialisés La Réunion en subit déjà les effets avec la crise sucrière qui s’annonce. Effectivement, dès cette année seront supprimés les quotas et le prix garanti du sucre. Que deviendra la filière canne-sucre et avec elle les 18 000 travailleurs qui en dépendent ? De même pour les 25 000 hectares plantés en canne ?

La démographie va bien évidemment changer le visage du monde et de notre environnement géographique. Ainsi, l’Afrique qui compte 800 millions d’habitants aujourd’hui en comptera 3 milliards dans 50 ans. Madagascar qui comte 26 millions d’habitants en comptera 50 millions dans une génération.

Progrès mal répartis

Le dernier phénomène que nous citons c’est la révolution technologique. Là aussi, personne ne peut nier que la science et l’innovation ont révolutionné notre mode de vie quotidien. Et chaque jour apporte une trouvaille nouvelle qui rentre dans les mœurs.

Les découvertes scientifiques constituent donc un patrimoine de l’humanité au service du bonheur des hommes et des femmes de la planète. Cependant, force est de constater que comme les autres richesses de la terre, celles des progrès de la science sont très mal réparties. Certains en bénéficient très largement et d’autres en sont ponctuellement et parfois totalement privés.

Cela tient à ce que certains ont considéré que la science, produit de l’intelligence humaine, est une marchandise qui peut rapporter beaucoup d’argent. Ce n’est pas un hasard si l’on constate qu’aujourd’hui les grosses fortunes personnelles se réalisent dans les secteurs de l’économie de l’intelligence : la téléphonie mobile, le numérique, la cybernétique, la robotique.

Il y a des milliers d’hommes et de femmes qui travaillent dans ces domaines. Comment se fait-il que les richesses qu’ils créent se concentrent en quelques mains seulement ? Il y a là manifestement une exploitation du travail des autres pour un enrichissement personnel. Se pose donc la question et le problème de la répartition des richesses.

Innovation et emploi

Ce problème n’est pas propre à ces domaines d’activités mais à tous ceux des activités humaines. Pourtant l’économie de l’intelligence est une opportunité à saisir pour la jeunesse de notre pays. Cette jeunesse souvent diplômée peut être orientée vers les secteurs de cette nouvelle économie où des milliers d’emplois peuvent être crées.

Cette économie de l’intelligence ou de l’innovation fait également peser une menace sur l’emploi. En effet, la science a inventé et elle continue à le faire des outils qui remplacent qui remplacent les hommes et les femmes dans certaines de leurs tâches, ce qui est une bonne chose parce que personne ne peut nier là encore la pénibilité de certains travaux.

Le développement de la robotique va amplifier ce phénomène. Mais la tentation est grande pour ceux qui ne pensent qu’à faire des profits de remplacer l’humain par la machine. Cela va aggraver le chômage dans chaque pays et d’une manière générale à l’échelle mondiale.

Car pour nous le développement de la science et la révolution technologique ne doit pas être synonymes de chômage accru et généralisé. Bien au contraire, ils doivent être mis au service de l’être humain pour son épanouissement, en un mot, pour son bonheur.

Ginette Sinapin