Actualités

La section PCR de Saint-André ancrée dans le paysage politique

Après le premier tour des élections départementales

Céline Tabou / 26 mars 2015

Crédités de 5,60 % des votes au premier tour des départementales dimanche dernier, les candidats PCR de Saint-André ont tenu à faire une conférence de presse pour annoncer leur fierté vis-à-vis de ce résultat qui confirme « notre présence dans le paysage politique de Saint-André », a indiqué son secrétaire, Jacky The Seng.

JPEG - 47.2 ko
Jacky The-Seng et Mylène Mulot.

Le point presse de la section PCR de Saint-André a été l’occasion de tirer les leçons des dernières élections mais surtout des attitudes envers les dirigeants et militants du PCR, qui déplorent « le mépris, les insultes » de Joé Bédier. Un comportement “arrogant” selon Paul Dennemont, qui a conduit la section PCR de Saint-André à ne pas soutenir la candidature de l’UDSA au second tour des départementales dimanche prochain.

Un taux d’abstention record

Saint-André a connu un record d’abstention, avec 58,94 % des inscrits qui n’ont pas été votés. Cette abstention peut s’expliquer par « l’incompréhension de la population vis-à-vis du découpage, le changement des bureaux de vote, de nouveaux bureaux de vote ou encore la création d’un centre de vote qui ont bouleversé » les habitudes des électeurs. Ces raisons expliquent en partie pourquoi « ils ne s’y sont pas retrouvés », a expliqué Jacky The Seng.

D’autant plus pour ce dernier que « le conseil général n’a pas expliqué le redécoupage à la population ». Sans compter sur la centaine de cartes qui n’aurait pas été donnée à temps à Saint-André. D’autres raisons expliquent également le résultat de 5,60 % du PCR à Saint-André.

« II y a un mécontentement de la population face à la politique du gouvernement, avec toutes les mesures impopulaires », prises depuis le début de mandat de François Hollande, en mai 2012. Pour les candidats Jacky The Seng, Mylène Mulot, David Gauvin et Sandra Soupaya, « on aurait aimé un taux de votants de 60 %", au lieu des 41,06 % du premier tour, « mais c’était un nouveau mode de scrutin ». Ce faible taux pourrait s’expliquer par la lassitude des électeurs, qui « en ont marre de voter tous les deux ans, et que rien ne change ».

« On a franchi la barre des 5 %, c’est une victoire »

« Nous sommes allés dans la bataille dans des conditions extrêmement difficiles, avec les antécédents » de la section PCR de la commune. En effet, le secrétaire de section Jacky The Seng a rappelé « la division, la trahison qui a secoué l’électorat communiste ». En 2012, « nous avons dû recréer la section, remobiliser l’électorat. Aujourd’hui, nous avons une centaine d’adhérents. C’était une première candidature pour le PCR après plusieurs années », particulièrement l’élection municipale de 2008.
Face à « la trahison d’Eric Fruteau, l’électorat PCR a été désorienté et rien ne s’est arrangé avec Joé Bédier » a expliqué Jacky The Seng. Ancien secrétaire de section du PCR, Joé Bédier, a jouit d’une image auprès de la population, qui n’a pas encore été clarifiée, a expliqué l’actuel secrétaire.

« Tout cela est dans la balance » et justifie le résultat du PCR à Saint-André, « il ne faut pas le nier ». Cependant désormais « la section est forte avec le score que nous avons eu. On a franchi la barre des 5 %, pour nous, c’est une victoire ». « On estime aujourd’hui qu’on existe dans le paysage politique de Saint-André », ont affirmé les candidats.

Pour eux, cette élection était une première, comparé aux autres candidats « plus connus de la population », tels que Robert Nativel (ancien conseiller général et élu à la mairie en 2008), Jean-Marie Virapoullé (fils de Jean-Paul Virapoullé) et Jean-François Ramassamy (ancien journaliste sportif). Une notoriété qui « n’a pas arrangé les nouveaux candidats, comme nous ».

Confusion de genre

Les candidats du PCR ont dû faire face à la confusion. D’une part, « Eric Fruteau a encore une image néfaste au sein de la population et il est encore associé au PCR », a déploré Paul Dennemont. « Il y eu une confusion entretenue par Eric Fruteau et Joé Bédier qui sème le trouble dans l’électorat », ces derniers « se font passer pour des communistes ». Alors que Joé Bédier « avait déclaré dans la presse qu’il n’était pas communiste. Il avait aussi critiqué Gélita Hoarau (colistière aux municipales, ndlr), Paul et Pierre Vergès », s’est indigné Jacky The Seng.

Les candidats ont également dénoncé le sondage réalisé par Le Quotidien, mettant en duel Jean-Paul Virapoullé et Joé Bédier. Une confrontation qui s’est concentrée sur des questions municipales. Il n’y a eu « aucun débat démocratique avec les petits partis, cela a joué dans la balance » lors du scrutin.

D’ailleurs « pendant la campagne, il y avait un tiraillement entre les deux candidats », qui s’est avérée plus être « une joute sur la municipalité qu’une campagne départementale ». Malgré des contraintes, « on n’a pas à rougir de notre score ». D’autant qu’Eric Fruteau « savait qu’il n’avait pas de chance de gagner, c’est pourquoi il a envoyé Robert Nativel à sa place ».

De son côté « Joé Bédier, peut toujours taper sur son estomac, mais il est à 7,24 % des inscrits, loin des 12,5 %" imposé par le scrutin. « Il a été repêché pour aller au second tour » a indiqué Jacky The Seng, ajoutant qu’il « n’a pas de quoi être fier ». Mais pour la section PCR de Saint-André l’attitude de Joé Bédier est difficile à accepter : « Il est aujourd’hui dans l’opposition grâce au PCR, tous les militants ont mouillé la chemise pour qu’il soit au conseil municipal et aujourd’hui, il méprise et insulte le PCR et ses militants ».

Dans un tel contexte, « la section PCR de Saint-André, qui s’est réunie mardi 24 mars, a décidé collectivement et à l’unanimité qu’elle refusait d’apporter son soutien à Joé Bédier et laisse les électeurs libres de leurs choix », a rapporté le secrétaire de section, Jacky The Seng. Ce dernier a ajouté : « On dit à Joé Bédier, qu’il faut savoir assumer ses actes et ses paroles. Pour nous, PCR de Saint-André, on est fier de notre résultat, l’élection n’est qu’un moment de la lutte politique ».


Kanalreunion.com