Actualités

La trahison de la fédération du PS éclabousse le gouvernement

Un ministre socialiste se sent obligé d’écrire à un président de Région UMP mis en place par une fédération socialiste

Manuel Marchal / 23 novembre 2012

Après le refus de la Région d’inscrire le Boulevard Nord de Saint-Denis dans ses orientations budgétaires, voici une nouvelle illustration des conséquences de la décision de la Fédération socialiste de choisir Didier Robert comme président de Région plutôt que Paul Vergès. Le ministre des Outre-mer est obligé d’écrire à un président de Région pour laver l’affront de l’absence de cet élu à une conférence économique et sociale organisée par le gouvernement.

JPEG - 31.2 ko

Les épisodes de conflit se succèdent entre la direction du Conseil régional et le gouvernement ou ses représentants. Tout semble partir d’une rencontre au mois d’août à Matignon entre le Premier ministre et Jacqueline Farreyrol, sénatrice proche de Didier Robert. Un mois plus tard, en septembre, des emplois verts financés par la Région manifestaient bruyamment devant la préfecture. À ce moment, la priorité était d’obtenir du gouvernement des moyens pour que la rentrée scolaire puisse se dérouler dans de bonnes conditions. Une Commission transparence sous l’égide du préfet devait travailler sur ce sujet. Mais les élus socialistes présents à cette réunion ont choisi de multiplier les attaques contre la Région.

Depuis le mois d’août, la tension

Cette passe d’armes était le prélude à la situation actuelle. Cette fois, c’est Didier Robert qui lance deux offensives contre le gouvernement et ses représentants. La première, c’est le boycott de la conférence économique et sociale. Malgré le fait que les organisateurs aient réservé deux présidences d’atelier à la Région Réunion, elle n’est pas venue.

La seconde, c’est la non-inscription du Boulevard Nord dans les orientations budgétaires 2013 de la Région. 2013, c’est pourtant l’année durant laquelle la majorité régionale dit vouloir donner un coup d’accélérateur au projet de nouvelle route du littoral. Sans le Boulevard Nord, les embouteillages à l’entrée de Saint-Denis seront encore plus graves. Didier Robert veut en effet une route du littoral à 6 voies au lieu de 4, et la non-inscription signifie que Saint-Denis va devoir faire preuve d’imagination pour le financement d’un tunnel de 300 millions d’euros. Saint-Denis, une ville dirigée par le PS, le parti du gouvernement.

C’est dans ce contexte que Victorin Lurel, ministre des Outre-mer, décide d’écrire à Didier Robert pour lui reprocher de ne pas avoir participé à la conférence économique et sociale. La Région a la compétence de la planification économique, rappelle-t-on. C’est donc une absence qui plombe d’entrée une démarche qui n’a pas vocation à être partisane.

Erreur sur le destinataire ?

L’identité du destinataire de la missive ne manque pas de surprendre. En effet, la présence de Didier Robert à la direction de la Région est la conséquence d’une décision qui n’appartient pas à ce membre de l’UMP. Si Didier Robert est président de Région, c’est parce que la Fédération socialiste de La Réunion l’a choisi en tant que tel. En effet, quand cette fédération refuse l’union des forces de progrès avec l’Alliance au second tour des régionales, elle joue clairement Didier Robert contre Paul Vergès.

La défaite de la liste de gauche la mieux placée livre la Région à l’UMP. La liste PS assume clairement cette décision, puisque lors de la première assemblée plénière de la Région renouvelée, la tête de liste prend la parole pour féliciter Didier Robert de son élection à la présidence de la collectivité.

Si un président de Région Réunion a boycotté la conférence économique et sociale, cela relève de la responsabilité de ceux qui l’ont mis en place. Sur ce point, la responsabilité de la Fédération socialiste est totale. La logique voudrait donc que le courrier du ministre lui soit destiné.

M.M.


Kanalreunion.com