Actualités

Le bilan exceptionnel de la mandature de l’Alliance

68% d’investissements et 136 millions d’épargne en 2009

Manuel Marchal / 23 juin 2010

Demain, jour de manifestation contre la casse sociale, se tiendra une assemblée plénière de la Région. Hier, l’Alliance a donné son point de vue sur deux dossiers à l’ordre du jour : le vote du compte administratif et le projet de route du littoral à six voies.

À l’avant veille de l’assemblée plénière du Conseil régional, l’Alliance a fait part de ses observations concernant deux dossiers qui seront abordés demain.
Le compte administratif démontre que l’ancienne équipe a placé la barre très haut, ce qui a fait de la Région le chef de file des collectivités réunionnaises en matière de gestion. L’épargne brute dépasse 130 millions d’euros, 68% du budget a été consacré à l’investissement, et l’endettement a diminué ; tout cela, sans augmenter les impôts.
Concernant le nouveau projet de route du littoral à 6 voies, il n’y a qu’une seule certitude. Si ce chantier pharaonique estimé à plus de 2 milliards d’euros pour 12 kilomètres de route dans le Nord de l’île est faisable, alors le chantier ne pourra pas démarrer avant la fin de la mandature du Conseil régional.
Enfin, la décision de convoquer une assemblée plénière le jour d’une grande mobilisation contre la casse sociale soulève la protestation. L’Alliance portera malgré tout la solidarité.
Voici ce que les représentants de l’Alliance ont dit en substance sur ces différents dossiers.

M.M.


Zot la di

Catherine Gaud : «  Que va-t-il rester de tout cela ?  »
La conseillère régionale constate que beaucoup de décisions prises par la nouvelle majorité ne font que « piocher dans la caisse » qui est le résultat de la bonne gestion de l’équipe précédente. C’est par exemple se substituer à l’État pour financer la continuité territoriale, créer des emplois verts sans lendemain, ou la distribution d’ordinateurs. Que va-t-il rester de tout cela, interroge l’élue.
Elle note également que la participation de l’État aux projets de Didier Robert, et en particulier la route du littoral à 6 voies, sera possible si ces réalisations entrent dans le cadre du Grenelle de l’environnement. « Cette clause suspensive n’existait pas dans le Protocole de Matignon », rappelle Catherine Gaud. Le vote de demain sur la route du littoral à 6 voies est un vote sur un projet qui n’est pas financé, précise-t-elle.

Camille Sudre : «  la Région a toujours été un modèle de gestion  »
136 millions d’euros d’épargne brute, 68% du budget dans l’investissement, diminution de la dette : le bilan de la majorité sortante souligne sa bonne gestion. C’est sa marque de fabrique, indique Camille Sudre, « la Région a toujours été un modèle de gestion ».
Cette rigueur a permis d’éviter d’augmenter les impôts. Mais elle a également débouché sur la réalisation de la Route des Tamarins, du Boulevard Sud, de la déviation de Grand-Bois notamment.

Philippe Berne : retard considérable pour la route du littoral
L’ancien vice-président de la Région délégué à l’aménagement rappelle que le travail de l’Alliance avait fait avancer ce grand chantier, et l’enquête publique devait avoir lieu cette année pour un début des travaux en 2012.
Mais Didier Robert remet en cause le projet avec deux voies supplémentaires, qui signifient également des études supplémentaires, et un coût pharaonique. Ce seront au minimum 2 milliards d’euros pour une route de 12 kilomètres.
Subsistent des incertitudes sur la faisabilité technique de cet ouvrage, quant à son financement, rien n’est garanti.

Michel Lagourgue : où mettre les 2.000 bus ?
Le conseiller régional s’interroge sur ce qu’il adviendra des bus qui déboucheront de la voie réservée sur la route du littoral. Où stationneront-t-ils à Saint-Denis ? C’est une question qui n’est pas évoquée dans le dossier sur lequel les élus devront délibérer.

Béatrice Leperlier : «  porter la solidarité  »
La conseillère régionale constate que la direction de la Région convoque une assemblée en plein mouvement social. C’est se moquer de la population, affirme-t-elle.
Béatrice Leperlier rappelle l’importance de la journée d’action de demain, notamment pour une prise en compte des spécificités réunionnaises. Car avec le chômage de masse, quelle retraite espérer demain. L’élue a fait part de la volonté de l’Alliance de porter la solidarité auprès des manifestants.


Kanalreunion.com