Actualités

Le cadeau de 8 millions de Didier Robert sur le dos des Réunionnais

Continuité territoriale

Céline Tabou / 27 avril 2010

Dans le cadre de la continuité territoriale, Didier Robert décide d’offrir 8 millions d’euros à l’État. Or, la continuité territoriale est de la compétence de l’État qui a été incapable de faire voyager la moindre personne depuis 2 ans alors qu’il gère le dispositif. Cette décision est lourde de symbole car prise lors de la séance plénière. Elle démontre que la nouvelle direction de la Région privilégie les intérêts de Paris à ceux des Réunionnais, ce qui constitue un virage sans précédent depuis la création de la collectivité en 1983.

1. La continuité territoriale, qu’est-ce que c’est ?
L’État reverse aux Régions des DOM-TOM et à La Corse une dotation, dont le montant est défini par le gouvernement, afin de « faciliter les déplacements des résidents de ces collectivités entre celles-ci et le territoire métropolitain. Elle contribue à financer une aide au passage aérien des résidents dans des conditions déterminées par la collectivité », explique le site juridique de l’État, Legifrance.
L’objectif de la continuité territoriale est donc de faire baisser les prix, d’accéder à la formation professionnelle et aux stages, de garantir l’égalité des chances et d’augmenter la production locale.
Reprenant la gestion de la dotation sur la continuité territoriale depuis le vote de la LODEOM (Loi pour le Développement Ergonomique de l’Outre-Mer) en juillet 2008, le gouvernement a décidé en 2009 d’allouer des crédits pour un montant de 53,5 millions d’euros. La nouvelle équipe à la Région a quant elle décidé de faire faire des économies au gouvernement, en allouant 8 millions d’euros à la continuité territoriale. Ce sont donc 8 millions que l’État ne dépensera pas.

2. La Réunion défavorisée
La dotation de continuité territoriale est entrée en vigueur à La Réunion au 1er juillet 2005, après accord avec l’Union Européenne. De son côté, La Corse profite du système depuis 1976.
La différence de traitement est également visible sur le montant de la dotation versée par l’État. Pour l’année 2008, le montant de la dotation pour La Corse s’est élevé à 186 millions 999.000 euros, contre 54 millions pour tout l’Outre-mer, la même année. Cette différence de 132 millions 999.000 euros souligne l’écart qui existe.
Didier Robert va continuer à creuser le fossé dans le domaine de la continuité territoriale, notamment en ce qui concerne les jeunes diplômés qui souhaiteront aller étudier en France ou à l’étranger. « Les critères d’éligibilité et les modalités d’attribution et de gestion seront approfondis avec les partenaires du Groupement d’intérêt public », a indiqué le rapport de présentation de la décision modificative du budget, édicté par Didier Robert, président UMP de la Région Réunion. Autrement dit, l’État n’est pas prêt de payer puisque les critères d’éligibilité ne sont pas connus.
Or, depuis que l’État a repris la gestion du dispositif, les crédits votés par les parlementaires dont Didier Robert sont restés inutilisés. Aucun Réunionnais n’a pu voyagé avec ce dispositif en 2008, en 2009 et depuis le début de 2010. Au lieu d’exiger du gouvernement le versement des sommes inutilisées, Didier Robert fait un cadeau de 8 millions d’euros, prélevés sur les impôts des Réunionnais.

Céline Tabou


Kanalreunion.com