Actualités

Le changement climatique c’est maintenant à La Réunion

Vers une vague de chaleur exceptionnelle en pleine campagne électorale des régionales

Témoignages.re / 24 septembre 2015

Mardi dernier, Paul Vergès avait rappelé les rendez-vous qui attendent La Réunion au cours des 6 prochaines années et au-delà. Les phénomènes sont prévus. C’est en particulier le cas du changement climatique. Le jour de la conférence de presse de Paul Vergès, Météo France a donné une information montrant que La Réunion fait bien partie du monde. D’après ces prévisions, les trois derniers mois de l’année seront plus chauds que la normale. C’est l’application dans notre île d’une tendance planétaire : 2015 s’annonce comme l’année la plus chaude jamais observée. Le changement climatique, c’est maintenant, avec des conséquences immédiates.

JPEG - 92.7 ko
Quel sera l’impact de la vague de chaleur sur la canne à sucre et ses 18.000 emplois directs et indirects ? Un candidat aux régionales ne peut se désintéresser de cette question. (Photo Toniox)

Météo France est maintenant capable de diffuser des prévisions de températures un trimestre à l’avance. À cause du phénomène El Niño présent dans le Pacifique, les températures moyennes seront plus élevées dans notre région. Météo France annonce un degré de plus que la normale. Il fera donc plus chaud que l’an dernier qui était déjà une année exceptionnelle sur ce plan.
Cette annonce reflète une tendance mondiale. 2015 bat tous les records de chaleur, elle sera probablement l’année la plus chaude jamais mesurée. Voilà qui rappelle la responsabilité des représentants de plus de 190 pays qui seront rassemblés dans deux mois à Paris pour la COP21. Le changement climatique c’est maintenant, les conséquences sont immédiates et des décisions doivent être prises sans tarder.

Adaptation

Lors de sa conférence de presse mardi, Paul Vergès a rappelé que la question du changement climatique, de ses conséquences et de l’importance de s’y préparer est absente du débat des élections régionales. Or, l’assemblée qui sera élue au début du mois de décembre a d’importantes compétences qui touchent à l’atténuation et à l’adaptation du changement climatique.
L’atténuation, c’est de prendre des décisions qui amènent à limiter les émissions de gaz à effet de serre. C’est par exemple la construction d’un train fonctionnant à l’électricité, plutôt que de privilégier la promotion des automobiles à pétrole pour les déplacements.
L’adaptation, c’est aménager le territoire pour protéger la population des effets du changement climatique. Cela veut dire ne pas construire en bord de mer, et penser dès maintenant à déplacer les infrastructures et les logements qui seront situés en zone inondable à cause de la montée du niveau de la mer.

Chaleur exceptionnelle

La montée du niveau de la mer vient du réchauffement accéléré des glaciers qui fondent et dont les eaux finissent par se déverser dans l’océan. Les relevés constatent que les années les plus récentes sont également généralement les plus chaudes. La Réunion est également concernée par des records de température. C’est ce qui s’annonce pour les trois derniers mois de l’année, dit en substance Météo France.
Chaque année, la CGPER explique les conséquences de la chaleur sur la récolte de la canne à sucre. Elle pénalise le coupeur qui voit son rendement baisser. Le modèle de Météo France suggère également un été plus pluvieux que la normale dans le Sud, mais ne peut pas encore prédire ce qu’il en sera dans le Nord. Quelle seront les conséquences pour l’agriculture ?
Quant à la population en général, devra-t-elle se préparer à des restrictions d’eau ? Ou alors verra-t-elle ses journées perturbées par des pluies abondantes ?

L’événement de la campagne électorale ?

Ce sont autant de questions dont il est nécessaire d’anticiper les réponses possibles. C’est là que se situe l’enjeu de l’adaptation au changement climatique.
Si les prévisions se vérifient, la vague de chaleur sera présente tout au long des dernières semaines précédent les élections. Aidera-t-elle tous les candidats aux régionales à prendre enfin en considération la réalité pour tenter de répondre aux préoccupations de la population ?



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Ce qui fait monter le niveau des océans c’est essentiellement la fonte des glaciers du Groenland et de l’antarctique et bien entendu des glaciers continentaux . Ce n’est pas la fonte des banquises constituées principalement d’eau de mer gelée.
    Or les scientifiques qui observent la fonte des glaces du Groenland ont constaté une hauteur de fonte de plus de 6 mètres de hauteur au cours de l’été qui vient de se terminer . Sachant que ce qui se passe sur le Groenland se produit également sur l’Antarctique avec quelques mois de différé, et sachant que leur surface cumulée s’élève à 16 273 723 Km2 , on peut calculer approximativement la quantité d’eau douce qui a été déversée dans les océans au cours de la dernière année . Mais comme le réchauffement climatique s’accélère avec la fonte de la banquise polaire, qui, si elle n’augmente pas le niveau de l’océan , elle diminue la capacité de réfléchir les rayons du soleil qui arrivent sur les pôles, et par conséquent augmente la quantité de chaleur retenue par les océans et par l’atmosphère dans les régions polaires , il est difficile de calculer avec précision la quantité d’eau douce qui qui sera déversée dans les océans l’an prochain . Car pendant chaque été la surface de la banquise polaire diminue un peu plus pour finir par disparaitre complètement d’ici une dizaine ou une quinzaine d’années . Ce qui est donc certain c’est que sauf le cas d’une ou plusieurs grandes éruptions volcaniques qui pourraient projeter dans l’atmosphère une grande quantité de poussière qui arrêterait les rayons du soleil , l’an prochain les glaciers des pôles Nord et Sud ainsi que ceux des continents , vont continuer déverser dans les océans une quantité d’eau douce encore plus importante que celle qui aura été déversée cette année . Et ce phénomène va aller en augmentant chaque année tant que le réchauffement climatique continuera .

    Il faudra certainement plusieurs centaines d’années, peut être des milliers d’années , pour que toutes les glaces qui ont été stockées sur les pôles au cours des milliers d’années précédentes fondent totalement , mais si on n’arrête pas le réchauffement climatique cette fonte des glaciers va continuer inexorablement jusqu’à ce que le socle rocheux de l’Antarctique et du Groenland soit complétement mi à nu . Lorsque cela se produira la température de la surface de la terre sera devenue probablement trop chaude pour permettre le maintien de la vie , qui devra se réfugier dans les cavernes .
    Mais d’ici là chaque année il faut s’attendre immanquablement à ce que le niveau des océans augmente un peu plus .
    Quelle sera l’importance de l’élévation du niveau de la mer à la fin du 21eme siècle ou à la fin du 22eme siècle , personne ne peut le dire vraiment avec certitude , mais il sera certainement supérieur à 1,5 m à la fin du siècle en cours et de plus de 4m à la fin du 2eme siècle et probablement beaucoup plus si les pays de la terre n’arrivent pas à s’entendre sur un programme de réduction conséquente des gaz à effet de serre , et s’il n’y a pas d’autres phénomènes comme les éruptions volcaniques sous marines ou aériennes ou des tempêtes solaires qui viendraient augmenter le réchauffement climatique tel qu’il se produit actuellement .

    Ceux qui doutent encore de la nécessité de prendre en considération sans tarder les conséquences du réchauffement climatique doivent se rendre à l’évidence que ce phénomène aura un impact considérable sur toute la planète et touchera particulièrement ceux qui vivent sur les bords de mer et qu’il faudra déplacer certains équipements très couteux .

    Quel doit être le budget à prévoir pour chaque habitant de la terre dans la lutte contre le réchauffement climatique et contre ces conséquences naturelles ? Personne ne doit rester indifférent à cette question ?

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com