Actualités

Le co-développement cible d’une stratégie de démolition

Après la MCUR, le tram-train, la route du littoral et la recherche

Manuel Marchal / 20 novembre 2010

Le fiasco d’Adelaide est révélateur d’une politique de coopération régionale traitée avec légèreté. Cet amateurisme pourra être lourd de conséquences diplomatiques, car la nouvelle direction de la Région a décidé de faire des choix parmi nos voisins. Les projets avec Madagascar et les Comores sont à l’arrêt. L’Alliance va donc dire à nos partenaires que nos relations continueront à se faire sous le signe de l’égalité, malgré le discrédit jeté sur La Réunion par les frasques de Didier Robert et la majorité UMP de la Région.

Lors de sa conférence de presse d’hier, l’Alliance est revenue sur les conséquences de la politique menée par la nouvelle direction de la Région sur la stratégie de co-développement patiemment construite par la mandature précédente.
Le scandale du voyage de Didier Robert à la tête d’une délégation pléthorique de 140 personnes en Australie n’a pas fini d’éclabousser la Région. 332.000 euros pour trois jours passés dans un festival peu fréquenté avec pour seul résultat une déclaration d’amitié, même pas d’intention : voilà comment l’ami de Nicolas Sarkozy ridiculise La Réunion.
Catherine Gaud pose d’abord la question du choix de ce festival, “le French festival”, un parmi les 13 organisés chaque année à Adelaide. Et ce n’est pas le plus populaire, car la fréquentation était loin de se chiffrer en milliers de personnes. Et pourquoi d’ailleurs Adelaide, capitale du 5ème État d’Australie alors que l’ancienne mandature avait noué des contacts étroits avec Sydney, la plus importante ville d’Australie desservie directement par Air Austral ?

La Réunion discréditée

La conseillère régionale met l’accent sur des frais disproportionnés : 332.000 euros pour 3 jours au total, et sans compter le coût du voyage exploratoire de Jean-François Sita quelques semaines auparavant. Le seul papier ramené par Didier Robert de ce périple, c’est une déclaration d’amitié, même pas d’intention. C’est très loin du résultat obtenu par l’ancienne mandature lors de "Plaisirs d’hiver" sur la Grand Place d’une des capitales de l’Union européenne, Bruxelles. Pour 57.992 euros dépensés, le stand de la Région Réunion avait attiré 600.000 personnes en un mois, avec des pointes à 2.000 visiteurs par heure. C’est beaucoup plus que l’opération bat’karé de Didier Robert, pour cinq fois moins cher.
Le discrédit s’est d’ailleurs transformé en ridicule avec la prestation d’un char de La Réunion lors d’une parade, un char orné d’éléphants… Cela dénote une politique d’animation culturelle qui montre l’irresponsabilité de la nouvelle direction de la collectivité, constate Aline Murin-Hoarau. « C’est une opération folklorique, un fiasco », déplore la conseillère régionale.
Mais cette dépense somptuaire s’inscrit dans une nouvelle stratégie de la Région : privilégier certains pays parmi ceux avec lesquels l’ancienne mandature avait noué des partenariats allant bien au-delà des simples intentions. Catherine Gaud regrette que « Madagascar soit totalement oublié ». Le projet de câble Ravnal est au point mort. Où sont les projets lancés par l’ancienne équipe avec ce pays avec lequel nous partageons des liens étroits. Très nombreux sont en effet les Réunionnais à avoir un ancêtre et des cousins à Madagascar.

« Une grave erreur diplomatique »

Les conséquences de ces décisions pourront être très graves, commente Paul Vergès. L’ancienne mandature avait en effet lancé une politique de co-développement qui fonctionnait dans un cadre unique : une coopération entre 4 États indépendants et une collectivité de la République, chacun étant un partenaire à l’égal de l’autre.
Mais la nouvelle mandature décide de donner des priorités, et cite nommément Maurice comme État de la COI avec qui elle compte nouer des relations privilégiées. « C’est une grave erreur diplomatique », constate Paul Vergès.
« Nous ferons connaître à nos amis qu’il n’y a rien de changé ». À la différence de Didier Robert et les élus UMP, l’Alliance continuera à considérer tous les partenaires de La Réunion sur un pied d’égalité.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com