Actualités

« Le combat des abolitionnistes pour un idéal de justice et de tolérance »

Nombreuses actions à Sainte-Suzanne pour la célébration du 10 Mai

Témoignages.re / 10 mai 2012

La Commune de Sainte-Suzanne, en partenariat avec l’Office de la Culture et du Temps Libre (OCTL) de Sainte-Suzanne, organise depuis le 3 mai de nombreuses actions pour célébrer le 10 Mai comme "Journée nationale de mémoire de la traite, de l’esclavage et leurs abolitions". Ces actions, centrées sur le thème "Le combat des abolitionnistes pour un idéal de justice et de tolérance", ont été présentées dans "Témoignages" le 28 avril dernier et elles seront marquées aujourd’hui par plusieurs événements.

Dans le cadre de la commémoration du 10 Mai, pour cette édition 2012, la Municipalité de Sainte-Suzanne s’attachera à valoriser le combat des résistants à l’esclavage et des abolitionnistes ainsi que les cultures qui ont contribué à l’édification de notre société actuelle. En effet, la diversité de cultures sur l’île de La Réunion appelle à un dialogue interculturel et à l’esprit de tolérance pour le respect de chacun dans sa différence. Pour ce faire, une programmation diversifiée et décentralisée sur le territoire de Sainte-Suzanne a donc lieu du jeudi 3 mai au jeudi 10 mai 2012.
La Ville dirigée par le maire Maurice Gironcel a choisi, outre l’inauguration d’une plaque commémorative ce jeudi 10 mai devant la statue d’Edmond Albius au Bocage, d’organiser plusieurs ateliers d’échanges et de sensibilisation dans les écoles. C’est une manière d’exprimer la volonté des élus et de la population de Sainte-Suzanne d’en faire un temps pédagogique.

Une nouvelle volonté politique

Concernant les animations décentralisées — nouvelle volonté politique —, seront concernés, cette fois, les quartiers de Bras-Pistolet et de Bel-Air. Pour les jeunes, il y a déjà eu les prestations des groupes Zanaka Maloya et Kiltir.
Le groupe Zanaka Maloya est un groupe de Sainte-Suzanne qui a déjà acquis une certaine notoriété. Créé depuis février 2010, Zanaka Maloya a voulu officialiser sa présence, avec l’inscription du maloya au Patrimoine de l’UNESCO. Selon Mario Serviable, le maloya était à l’origine une expression musicale chantée, jouée et dansée des esclaves ; il symbolisait le culte des ancêtres et le regret de la terre perdue.
Cette année, la manifestation du 10 mai sur le territoire de Sainte-Suzanne comportera donc deux volets : un volet historique et un volet culturel. En effet, pour Sainte-Suzanne, lauréate des Rubans du Développement durable 2009-2013, la transmission de la Culture constitue un axe fort du développement territorial. Il y aura donc des prestations de danses par les enfants des quartiers et du groupe Kiltir, des ateliers ludiques sur le thème de l’esclavage, une exposition sur les abolitionnistes et leur combat pour la liberté, ainsi que des expositions autour de Madagascar, de l’Inde et de la Chine.


Kanalreunion.com