Actualités

Le début de la fin pour l’économie réunionnaise ?

Politique : après la mise en service du pont de la rivière Saint-Etienne

Manuel Marchal / 12 juin 2013

Quand Didier Robert inaugure un chantier lancé par Paul Vergès, n’est-il pas en train de signifier aux acteurs économiques la fin de leurs dernières illusions ? Car depuis l’arrivée à la Région d’une nouvelle majorité, les grands chantiers sont arrêtés. La politique d’austérité imposée aux pouvoirs publics ne laisse place à aucun espoir au modèle économique en place à La Réunion.


L’inauguration du pont de la rivière Saint-Etienne marque un tournant. C’est l’achèvement du dernier grand chantier lancé par Paul Vergès et l’Alliance qui dirigeaient la Région jusqu’en mars 2010. Cet ouvrage d’art ce n’est pas rien, et pourtant quel contraste avec l’enthousiasme soulevé quatre ans plus tôt par l’ouverture de la route des Tamarins. La différence ne tient sans doute pas seulement au montant des dépenses. Alors est-elle l’illustration d’une prise de conscience ?

Quand l’Alliance ouvre la route des Tamarins, les Réunionnais savent qu’elle n’est qu’une étape. C’est la fin du premier grand chantier de toute une série. Doivent suivre le tram-train, la nouvelle route du littoral, la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, de nouveaux lycées… ce sont plus de trois milliards d’investissements que l’équipe dirigée par Paul Vergès a réussi à obtenir. Dans ce programme, le pont de la rivière Saint-Etienne n’est qu’un élément.

Après le pont, que reste-t-il ?

Mais quand des conservateurs se disant de gauche décident de donner la présidence de la Région à l’UMP, ils cassent tout le programme. Didier Robert arrête tous les chantiers. Il ne reste alors plus que deux projets en cours de réalisation : le pont de la rivière Saint-Etienne et la déviation de Saint-Joseph.

Ce pont est le seul aspect concret de toute la communication de l’actuelle direction de la Région, car la route du littoral à 6 voies promise ne reste que très hypothétique. Maintenant que ce pont est terminé, que reste-t-il au modèle économique en place à La Réunion ?

Ce n’est pas de Paris que pourra venir le salut. En effet, l’ancien gouvernement avait remis en cause deux secteurs moteurs de l’économie : la construction de logements et les énergies renouvelables. La réorientation de la défiscalisation vers le logement social n’a pas eu les effets annoncés. Plus de 10.000 emplois ont été supprimés dans le BTP, et la pénurie de logements sociaux n’a pas diminué. En France, la tendance est à la politique d’austérité, et la défiscalisation n’a pas bonne presse. Plusieurs propositions sur son évolution ont fuité dans les "Echos". Elles ne vont pas dans le sens de celles des patrons réunionnais. Bercy souhaiterait stopper la défiscalisation dans le logement, et changer radicalement les règles de celles de l’investissement. Sous la pression de l’Union européenne, sommé de faire un rapport à Bruxelles tous les 6 mois sur le redressement de ses comptes publics, le gouvernement va-t-il batailler pour maintenir la défiscalisation outre-mer ? Si c’est appliqué, ce sera la fin d’une époque.

Baisse des recettes des collectivités

Dans sa dernière lettre, l’IEDOM illustre une nouvelle aggravation de la crise. Tous les indicateurs plongent (voir encadré). C’est la conséquence des décisions politiques qui ont privé les Réunionnais de trois milliards d’euros d’investissements. Les responsables de ce gâchis ont accéléré la crise du modèle en place à La Réunion. Elle se manifeste notamment par des grèves qui se succèdent, pour demander que les hausses de salaire suivent au moins l’inflation. Quant à ceux qui sont privés de travail, ils sont de plus en plus nombreux chaque jour. Les perspectives se ferment au même rythme. Les collectivités vont subir une baisse de leurs dotations, et elles doivent déjà se débrouiller avec une diminution de plus de 5% des recettes de l’octroi de mer. Or, ce sont elles qui sont le moteur de l’activité du BTP et du secteur privé.

Toutes ces données façonnent une réalité à laquelle personne ne peut échapper. L’inauguration du pont de la rivière Saint-Etienne marque-t-elle le début de la fin pour un modèle économique ? Sans commande publique et sans défiscalisation, que peut-il faire ?

M.M.

Principales données de la lettre de l’IEDOM

La dégradation du climat des affaires se poursuit au 1er trimestre 2013

L’indicateur du climat des affaires (ICA) se dégrade à nouveau au premier trimestre 2013. Son recul est toutefois moins prononcé qu’aux trimestres précédents. La composante future de l’ICA (qui résume les anticipations des entrepreneurs pour le trimestre à venir) explique intégralement la baisse de l’indicateur au premier trimestre 2013.

La dépense des ménages est mal orientée, dans un contexte de recul des prix à la consommation. Les prévisions d’investissement restent toujours en baisse. Le marché du travail se stabilise néanmoins, avec notamment une progression des offres d’emplois durables et un léger recul du nombre de Réunionnais inscrits à Pôle emploi.

Les exportations décélèrent en dépit d’une hausse des exportations des produits des industries agroalimentaires. En parallèle, les importations se contractent pour l’ensemble des regroupements de produits.

Pour le troisième trimestre d’affilée, l’ensemble des secteurs de l’enquête est touché par un affaiblissement de leur activité, à l’exception du BTP qui devrait être mieux orienté selon les entrepreneurs interrogés.

Hausse du nombre de dossiers de surendettement au 1er trimestre 2013

Au premier trimestre 2013, 297 dossiers ont été déposés devant la commission de surendettement, soit une hausse de 8,4% rapport au quatrième trimestre 2012 (+ 2,4% sur un an). 280 ont été jugés recevables, soit 94% des dossiers déposés. La commission a ouvert une procédure de rétablissement personnel pour 21% de ces dossiers.

Hausse du nombre de personnes physiques interdit bancaire au 1er trimestre 2013

Au premier trimestre 2013, le nombre de personnes physiques en interdit bancaire progresse de 3,2% par rapport au trimestre précédent, après deux trimestres de baisses. Suite à l’assouplissement des conditions de radiation du fichier central des chèques de la Banque de France, le nombre des interdits bancaires avait chuté au troisième trimestre 2010, pour progressivement retrouver les niveaux de 2 009. Sur un an, la hausse est de 1,8%.

Parallèlement, le stock d’incidents sur paiement par chèque augmente de 1,2% par rapport au quatrième trimestre 2012, tandis que le nombre de retraits de cartes bancaires pour usage abusif recule légèrement (- 0,3%).

Légère hausse de l’emploi salarié marchand au 4e trimestre 2012

L’emploi salarié marchand à La Réunion progresse de 0,2% au quatrième trimestre 2012, après un troisième trimestre négatif (- 0,5%). Les créations d’emploi se concentrent principalement dans le secteur du commerce (+ 2,8%), notamment le commerce de détail, traditionnellement bien orienté lors des fêtes de fin d’année. L’emploi augmente également dans l’intérim et la restauration, deux activités habituellement dynamiques en fin d’année.

Diminution du nombre de déclarations d’embauche à fin mars 2013

La caisse nationale de l’Urssaf enregistre fin mars 2013 une baisse de 18,1% sur un an du nombre de déclarations d’embauche à La Réunion (CDI et CDD de plus de 31 jours, hors intérim). Au niveau national, il diminue de 7,2%. Les embauches de plus d’un mois se réduisent dans la plupart des régions. Seules les régions Guadeloupe, Guyane et Corse affichent une croissance de leurs embauches.

Baisse de la masse salariale versée par les employeurs de salariés à domicile au 4e trimestre

Au quatrième trimestre 2012, la masse salariale nette versée par les employeurs de salariés à domicile diminue de 13,4% par rapport au quatrième trimestre 2011 selon la caisse nationale de l’Urssaf. De même, le volume horaire déclaré enregistre une nette diminution (- 16,5%). Au niveau national, la masse salariale et le volume horaire déclaré diminuent également, mais de manière moins soutenue (respectivement - 1,8% et - 4,4%).
Effondrement des recettes de l’octroi de mer

- 9,8% par rapport à mars 2012

- 5,8% en glissement annuel (mars 2012-mars 2 013 comparés à mars 2011-mars 2 012)


Kanalreunion.com