Actualités

Le droit au travail doit être respecté

Des annonces mais pas de solution à l’horizon

Manuel Marchal / 13 octobre 2014

Un membre du gouvernement arrive cette semaine en visite à La Réunion. Le chômage continue d’être le problème numéro un. Le droit au travail est loin d’être appliqué. Cette avancée essentielle n’a jamais été protégée par les gouvernements qui se succèdent à Paris.

JPEG - 42.1 ko
Carrefour de l’emploi à Saint-Paul, Réunionnais à la recherche d’un travail.

Depuis plusieurs décennies, La Réunion est en crise. Le chômage massif en est la manifestation la plus préoccupante. C’est le problème numéro un.
Notre île est passé d’une société de plein emploi à une économie de pénurie d’emploi dominée par les services. Le secteur moteur n’est pas l’industrie ou l’agriculture, mais la fonction publique. C’est là que se trouvent les principales marges de manœuvres en termes de création d’emploi du fait de la croissance démographique. Cela ne changera pas tant que des réformes de fond ne seront pas entreprises pour corriger plus de 60 années d’errements.

Depuis plus de 60 ans, les décisions prises par les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas eu pour résultat le développement du pays. Elles ont par contre augmenté la poids des monopoles exercés par des entreprises extérieures à La Réunion dans de domaines stratégiques. La France est gagnante, car ce sont des entreprises françaises qui sont souvent les bénéficiaires de ces choix. C’est ce que montrent ces trois exemples :

- la suppression du chemin de fer a ouvert la voie aux compagnies pétrolières, aux constructeurs de voitures et aux distributeurs.
- le refus d’accompagner la marche vers l’autonomie énergétique maintient les Réunionnais sous la dépendance des choix de deux sociétés extérieures pour la production de la majeure partie de l’électricité.
- la décision des socialistes de faire gagner l’UMP aux régionales de 2010 a enlevé aux Réunionnais l’espoir de maîtriser leur désenclavement aérien. Au lieu de l’Airbus A380 à 800 passagers exclusif à une compagnie réunionnaise, ce sont des subventions aux transporteurs aériens qui ne font pas baisser les prix.

Chômage de masse

La conjonction de ces décisions et de la croissance démographique amènent le chômage de masse. Près de 30% de taux de chômage, plus de 170.000 Réunionnais inscrits à Pôle emploi, plus de la moitié des jeunes privés de travail.
C’est l’illustration de la faillite d’un modèle.

La dernière visite d’un président de la République avait la question de l’emploi à l’ordre du jour. Le chef de l’État a fait à la télévision une annonce qui a mis le feu au poudre dans plusieurs villes du pays : 40.000 emplois d’avenir financés à 90% par l’État. Des jeunes ont alors demandé des comptes. La CGTR a décidé de les soutenir. La situation de la jeunesse réunionnaise est en effet dramatique. Le chômage ou l’exil sont bien souvent les seules alternatives alors que ces jeunes veulent travailler à La Réunion et faire avancer leur pays.

Après plus de 60 ans d’errements, le droit au travail est loin d’être appliqué à La Réunion. La puissance publique se donnera-t-elle un jour les moyens de régler cette question ?


Kanalreunion.com