Actualités

Le Front de gauche accueille Alexis Tsipras

Solidarité entre les peuples

Céline Tabou / 21 mai 2012

Sous l’égide du Parti de la Gauche européenne, le Front de gauche accueille aujourd’hui le leader du Groupe Syriza au Parlement grec, Alexis Tsipras. Un rassemblement public se tiendra devant l’Assemblée nationale, Place Edouard Hériot.

Le vice-président de la Gauche européenne, Alexis Tsipras, doit rencontrer aujourd’hui le président du Parti de la Gauche européenne, Pierre Laurent, et Jean-Luc Mélenchon, chef de la gauche radicale française.

Syriza : fer de lance contre l’austérité

A la veille du Sommet européen du 23 mai, les deux parties présenteront des mesures pour une réorientation sociale, écologique et démocratique de l’Europe. S’opposant à la rigueur prônée par l’Europe et le FMI et imposée en Grèce depuis 2010, Syriza a été la grande révélation des législatives du 6 mai en arrivant deuxième avec 16,8% des voix derrière la Nouvelle-Démocratie (18,9%). La coalition de la Gauche radicale dénonce le mémorandum, qui n’est autre que le plan d’assainissement de l’économie grecque basé sur une austérité stricte, dictée par l’UE et le FMI.

Les résultats de Syriza ont été salués par le Front de Gauche, notamment Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Président du PGE, qui a expliqué dans un communiqué de presse qu’« après les résultats électoraux en France, en Grèce et en Allemagne, des millions d’Européens attendent une renégociation sérieuse du pacte Sarkozy-Merkel ».

Une Europe sociale, écolo et démocratique

Le groupe Syriza ainsi que le Front de Gauche vont rendre publiques des propositions pour « une réorientation sociale, écologique et démocratique de l’Europe et lancer un appel à l’unité de toutes les forces disponibles pour agir en ce sens en Europe dans ce moment crucial ». Ces propositions sont destinées à « répondre aux attentes » de la population qui a voté pour des politiques contre l’austérité et pour le changement, notamment en France, en Allemagne et en Grèce.
La Gauche européenne préconise l’abandon des politiques d’austérité qui « plombent la croissance et la justice sociale » de l’Europe. Les deux parties proposent également que la Banque centrale européenne ait un nouveau rôle au service d’un développement solidaire ainsi qu’une émancipation de la tutelle des marchés financiers.

Céline Tabou


Kanalreunion.com