Actualités

Le gaspillage règne à la Région Réunion

Bilan désastreux de cinq ans de Didier Robert à la tête de la collectivité régionale

Témoignages.re / 2 décembre 2015

Hier lors de la conférence de presse de Pour une Réunion nouvelle, Catherine Gaud, conseillère régionale sortante, a fait le bilan de 5 ans de gestion de la Région Réunion par Didier Robert.

JPEG - 68 ko
Catherine Gaud.

Catherine Gaud revient sur la gestion de la Région épinglée par la Chambre régionale des Comptes. C’était déjà le cas après son passage à la mairie du Tampon et à la CA Sud. « Nous avons assisté avec beaucoup de peine à la dégradation financière de la région, à la distribution pour des raisons copains-coquins et électoralistes ». Elle dénonce « Didier Robert roi de la communication, avec un budget multiplié par trois en com, mais qui devenait très désagréable quand on lui mettait sous le nez les faits ».
La conseillère régionale sortante égrène quelques chiffres révélateurs. Entre 2010 et 2015, les frais de personnel sont passés de 65 millions à 120 millions, quasiment le double. La justification des transferts de personnels du fait de la décentralisation sont très loin d’expliquer les recrutements, car ses transferts étaient déjà faits en 2010.
Pour Catherine Gaud, cette croissance importante découle de nombreux recrutements sur une base politique.

Explosion des dépenses de fonctionnement

La gestion de Didier Robert, c’est l’explosion des dépenses de fonctionnement.
Le budget prévisionnel de l’Alliance en 2010 prévoyait 272 millions d’euros. Celui de 2015 provisionne 379 millions d’euros.

Elle rappelle ensuite la hausse du budget de fonctionnement au regard des comptes administratifs. Il était de 250 millions d’euros en 2010, de 372 millions d’euros en 2012, de 394 millions en 2014. Le dernier correctif budgétaire fait monter ces dépenses de fonctionnement à 405 millions d’euros pour 2015.

Entre 2010 et 2014, ce sont donc 55 % d’augmentation du budget de fonctionnement.
« Didier Robert est pris en flagrant délit de mensonge budgétaire », poursuit-elle. La trajectoire budgétaire issue du rapport Klopfer préconisait ce qui était soutenable si le coût NRL ne dépassait pas 1,6 milliard d’euros. La référence est l’épargne brute, qui doit être en 2015 de 162,2 millions d’euros.
« Didier Robert a affirmé dans la presse que ce montant est de 165 millions. Il ment, c’était le chiffre de 2014. Pour 2015 la réalité c’est une épargne brute de 141,6 millions. Avec toutes les dépenses faites, la Région n’a pas la capacité de financer la NRL au prix 2010 si elle ne serre pas les boulons ailleurs ».
Et de rappeler que sous la majorité précédente, malgré la réalisation de la route des Tamarins, l’épargne brute était de 186,2 millions d’euros en 2010.

Salaires, subventions…

Catherine Gaud pointe aussi le doigt sur l’explosion des SPL, sociétés publiques d’aménagement, avec des PDG rémunérés. 4 ont été créées. L’exemple le plus scandaleux est la SPL Maraina, avec Didier Robert PDG de 2010 à novembre 2014 qui percevait une rémunération estimée à 8.000 euros qui n’était pas soumise à l’écrêtement, et donc allait intégralement dans la poche du président de Région. De plus, Maraina déficitaire pendant toutes les années où Didier Robert en était le PDG. Catherine Gaud rappelle que quand Paul Vergès présidait Maraina, il avait refusé de percevoir une rémunération.

Maraina déficitaire pendant toutes les années où Didier Robert était PDG.
Le gaspillage d’argent public touche aussi les opérations immobilières. C’est l’exemple de l’île de La Réunion Tourisme, association subventionnée par la Région Réunion, qui paie un loyer de 35000 euros par mois. Celui de la Maison des grands chantiers, un espace de réalité virtuelle au public très rare, reste inconnu des représentants du peuple.

Catherine Gaud souligne aussi le scandale de l’achat du domaine de Montgaillard pour 13 millions d’euros hors taxes, soit largement au-dessus du prix estimé par les Domaines.

Elle revient aussi sur les 350.000 euros dépensés pour des voyages en Australie à Adelaide avec zéro euro de retour sur investissement. Elle constate également les 11 voyages aux Seychelles dont 8 du président de Région sans aucun rapport pour La Réunion. Le carnaval des Seychelles était aussi un moyen de dépenser de l’argent des Réunionnais pour y participer, mais aussi pour financer son organisation à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’euros pour l’organisation du carnaval des Seychelles.

La politique des copains-coquins trouve une autre illustration dans la suppression du service de coopération régionale de la Région Réunion, et la sous-traitance confiée au Club Export, dirigé par le frère de Fabienne Couapel-Sauret, vice-présidente de la Région. Rien que pour 2015, la structure du frère de Fabienne Couapel-Sauret a reçu 600.000 euros de subventions sans compter le coût des missions.

Le président voyageur

Hawaï, Shanghai, New York et même Montélimar… la liste des voyages de Didier Robert payés par le contribuable sans aucun retour pour La Réunion est impressionnante.

Tous ces séjours n’ont donné lieu à aucun compte rendu de mission. Cette opacité contraste avec la transparence qui était la règle sous la présidence de Paul Vergès.
Sur la continuité territoriale, les 24 millions votés lors du budget prévisionnel sont déjà complétés par un ajout de 7 millions suite à une décision modificative. Fin 2010, la part de la Région était de 8 millions à parité avec l’État pour un total de 16 millions.
Plutôt que de lutter pour une égalité des Réunionnais aient droit à la continuité territoriale comme les Corses, Didier Robert est allé pêcher dans la poche des Réunionnais.

« Cette gabegie explique que l’épargne ait diminué. Il est plus que temps de mettre un terme à cette gestion ».



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Reunionnous autour de qui :
    Autour d’un homme, DIDI 1er
    - Qui ment
    Quant à la création d’emplois pour le BTP et pour les transporteurs,
    Quant à l’exploitation des seules carrières autorisées à la Réunion,
    Quant au délai de livraison de la NRL en 2020,
    Quant à la maîtrise des coûts plafonnés à 1,6 milliard d’euros.
    - Qui manipule la population en faisant croire que son ordinateur a été volé, que la perquisition à son domicile est une procédure normal sur les malversations de la NRL.
    - Qui trahit ses amis : tak et vira et bientôt le tour de sini viendra car il sera remplacé par Patel pour être à la tête de la mairie de saint Paul,
    - Qui gaspille l’argent public des contribuables réunionnais avec les frais de bouche en nette augmentation, des salaires de haut fonctionnaire alloués a l’élue qui dirige un spl qui produit aucun résultat (délibération n° 579 du 23 décembre 2014), qui donne 800000 euros à la Saga du Rhum dont la directrice se trouve sur sa liste, puis 600000 euros donnés à deux goyaves de France avec un capital de 1 euro pour acheter un bateau pour battre carré.
    - Qui n’a construit aucun lycée pendant sa mandature, il s’en four de la jeunesse réunionnaise.
    Mon pays bato fou ou sa band didi y râle a nous. Les carottes sont cuites pour didi 1er. Heureusement les élections sont là pour l’enlever avec sa bande de profiteurs de l’hôtel de région avec 20 points de retard, il est impossible que le pharaon refait surface, son canard le noir, DIDI le cuit et bien cuit.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com