Actualités

« Le népotisme à la sauce Bello »

Saint-Paul : des élus de la majorité municipale font le bilan du mandat

Céline Tabou / 4 mars 2014

A l’occasion d’une conférence de presse, les anciens conseillers de la majorité sortante d’Huguette Bello ont dénoncé la « malhonnêteté intellectuelle », la « lâcheté », le « népotisme » et l’absence de « morale » et « d’éthique » de la députée-maire de Saint Paul.

JPEG - 50.8 ko
Jean Claude Minet, Christian Félicité et Arthur Payet affirment que la liste conduite par Huguette Bello est composée de « béni oui oui » qui désigneront maire Emmanuel Séraphin quand la députée devra choisir entre ses deux mandats.

Christian Félicité, adjoint de quartier délégué aux affaires sociales et vice-président du CCAS, Arthur Payet, conseiller municipal délégué à l’Environnement dans les hauts, et Jean-Claude Minet, conseiller municipal délégué au suivi des actions dans le domaine social, ont évoqué leurs expériences auprès d’Huguette Bello.

Un bilan de mandature amer

Un bilan amer pour les trois hommes qui affirment que « la député-maire s’est servi de nous comme de marche pied pour servir ses intérêts égoïstes ». D’après ces derniers, d’autres conseillers municipaux avaient décidé de se joindre à cette conférence de presse, lundi 3 mars, mais suite aux pressions et intimidations, « ils ont préféré ne pas venir ».

D’ailleurs, la conférence était initialement prévue, rue Labourdonnais, derrière la mairie. Les conseillers ont appris qu’un ordre avait été donné aux employés municipaux pour qu’ils prennent en photo les participants de cette conférence de presse. Une manœuvre dénoncée par les protagonistes qui montrent, selon eux, la méthode d’Huguette Bello.

Pour Christian Félicité, la coupe a été pleine en janvier 2013 lors qu’Huguette Bello « a dénoncé la vie privée d’un élu sortant à son niveau le plus bas, le caniveau ». Ce dernier a dénoncé les méthodes de la député-maire qui « au lieu de s’occuper de politique, dans le sens noble du terme, préfère proférer des attaques ». L’élu a d’ailleurs répondu aux propos d’Huguette Bello qui restera « attentive aux propos tenus par les élus évincés ... et qu’elle se réserve le droit d’y riposter ».

Les intimidations n’y feront rien

Christian Félicité a ainsi affirmé que « ce n’est pas intimidant ou en faisant pression sur nous que nous allons nous taire. Nous savons que la vérité fait mal. Si elle profite de la protection fonctionnelle grâce encore à l’argent public, nous ne resterons pas bâillonnées, comme l’étaient nos ancêtres ».

L’ancien adjoint de la maire a d’ailleurs expliqué, à travers son dossier de presse, que cette dernière a cherché à « avec lâcheté à porter atteinte à la réputation de ma famille, violant notre intimité avec outrecuidance ». Christian Félicité évoque ainsi l’annonce dans la presse de la député-maire des références cadastrales de la famille Félicité, « tout juste, n’a-t-elle pas demandé la couleur préférée de mes chaussettes et mon tricot de peau ».

Les trois ont pointé du doigt « l’art du double jeu » de la député-maire, lui demandant qu’elle « respecte davantage les électeurs en annonçant dès maintenant lequel de ses deux mandats elle conservera » et « en nous expliquant pourquoi elle a célébré le premier « mariage pour tous », fortement médiatisé, alors qu’elle avait boycotté l’Assemblée nationale le jour du vote de la loi ».

« Manipulés par la députée-maire »

Arthur Payet a tenu à définir le népotisme, « caractérisé par les faveurs qu’un homme ou une femme au pouvoir montre envers sa famille ou ses amis ». Un qualificatif qui définit Huguette Bello pour ce dernier. Evoquant l’application de la loi contre le cumul des mandats en 2017, les aspirations ministérielle de la député-maire, « un rêve qu’elle caresse », ou sa volonté de présider la Région, « afin de prouver qu’elle fait aussi bien que Vergès », Arthur Payet a affirmé qu’Huguette Bello a déjà prévu d’introniser Emmanuel Séraphin, à la tête de la mairie de Saint Paul.

L’ancien élu de la majorité a ainsi expliqué qu’elle « a missionné son dauphin (Emmanuel Séraphin, NDLR) pour préparer une liste béni oui-oui faisant fi du travail accompli par les élus sortant qui ont eu le courage d’émettre certaines critiques au cours de la mandature ». Ces derniers n’ont pas été reconduits sur la liste de la député-maire, cependant « il n’y a pas de vengeance » ont ils affirmé, dénonçant « la manipulation », « le manque d’élégance », « l’arrogance » et « le manque de respect » de cette dernière.

 Céline Tabou 


Huguette Bello, anti-sociale ?


Lors de son allocution, Jean-Claude Minet, conseiller municipal délégué au suivi des actions dans le domaine social, a affirmé que dès le début de la mandature d’Huguette Bello, « la priorité n’était pas le social, mais l’aménagement du territoire ». Ce dernier a d’ailleurs affirmé : « quand elle m’a jeté, elle dit que je faisais du social, mais surtout que je dépensais trop pour les pauvres et les plus démunis ». D’ailleurs, Christian Félicité a dénoncé le changement annuel des présidents du CCAS, « cinq en cinq ans », pour « tout faire pour me casser au sein du CCAS » et « empêcher l’avancement des projets ». Ce dernier pointe du doigt « une politique sociale peu fiable ».

Pour Arthur Payet, « on a été des vases à fleur, c’est elle et son cabinet qui ont tout géré et depuis le début, on n’a jamais été écouté ». D’ailleurs, sur les 36 logements sociaux construits à Chemin Cresence/Tanrouge, seul quatre personnes du quartier ont eu le droit d’y habiter, « alors que j’avais fait une liste de 32 noms ». « Huguette Bello a choisi son monde pour loger dans ces nouveaux logements sociaux », a conclu Arthur Payet.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Messieurs les conseillers municipaux : apprenez que lorsque Mme Bello vous a choisi, c’était pour 6 ans. Si elle s’est débarassée de vous, c’est que la raison était valable.
    De là à faire une conférence de presse, et par dessus le marché déballer des mensonges grotesques !
    vous n’avez pas honte !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • De quels mensonges parlez vous cher Lucas ? Ces conseillers ont raison de dénoncer l’inacceptable. Pourquoi Huguette Bello ne dit pas publiquement ce qu’elle reproche aux personnes qui ont été élues avec elle ? Et pourquoi refuse-t-elle de s’engager à être maire jusqu’en 2020 ? Elle veut mettre Séraphin maire, mais personne ne veut de Séraphin, qu’est-ce qu’elle répond. Pourquoi Mme Bello n’a pas présenté Séraphin contre Sinimalé à la Saline aux cantonales ? La peur du ridicule sans doute...

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com