Actualités

Le Parti communiste réunionnais porte plainte contre les « emplois magouilles »

Contre l’utilisation de la détresse à des fins électoralistes

Sophie Périabe / 10 février 2011

À quelques semaines d’échéances électorales, le Parti communiste réunionnais dénonce la politique de l’emploi menée par la Région Réunion. Des centaines de contrats aidés ont été distribués dans les cantons renouvelables, par le biais d’associations, à des fins électoralistes. Une plainte en ce sens va être déposée auprès du garde des Sceaux.

Dans le contexte actuel de crise économique où le taux de chômage atteint des niveaux record dans notre île, le PCR dénonce l’utilisation « de la détresse humaine à des fins électoralistes ». Julie Pontalba, membre du Comité central du PCR, affirme que toute l’île est concernée, « dans les cantons renouvelables, on assiste à des embauches massives », comme l’a dénoncé récemment la députée-maire de Saint-Paul, Huguette Bello. Dans cette commune, 360 contrats auraient été distribués à 6 nouvelles associations.
Selon le PCR, des milliers d’emplois sont actuellement attribués à des associations nouvellement créées dans les cantons soumis bientôt au vote. « Les dirigeants de la Région se servent des contrats aidés. Quels sont les critères d’attribution ? », demande Ary Yee Chong Tchi Kan. « Il n’y a eu aucune publication d’appel à candidature, sans diffusion publique, aucun cadre de l’emploi à occuper n’a été défini », soutient Krishna Damour.
Et, selon le PCR, il s’agit là d’une pratique courante chez ces élus. Chiffres à l’appui, Ary Yee Chong Tchi Kan dénonce cette politique « discriminatoire ».
« Au premier semestre 2008, à la veille des municipales, 5.016 mois de CES ont été attribués à la commune du Tampon, 2.700 à Saint-Paul, 1.500 à Saint-Pierre, 1.452 à Saint-Louis, des communes tenues à l’époque par des maires UMP ».
Alors qu’à la fin 2007, « le préfet de La Réunion avait déclaré qu’il y a des emplois magouilles » dans l’île. « Le parquet ne s’est pas saisi de l’affaire, aucune enquête n’a été diligentée, on n’a pas vu la Cour des comptes », se rappelle le membre du secrétariat du PCR.

« Ces élections font peur à nos adversaires »

Le Parti avait bien « préconisé la création d’une institution qui serait chargée de la gestion de tous ces contrats aidés pour éviter les dérives », notamment à travers un service public de l’environnement, de l’aide à la personne notamment.
« Ces élections font peur à nos adversaires, ils emploient donc tous les moyens », affirme Krishna Damour.
Le PCR demande donc toute la transparence sur ces attributions de contrats. « Un courrier sera adressé au garde des Sceaux pour qu’une enquête soit diligentée en urgence, avant les élections cantonales », car ces pratiques dignes d’un autre temps pourraient biaiser les résultats.
Pour rappel, des élections municipales avaient été annulées déjà pour ce motif en 1995 dans les communes de Saint-Paul ou encore de Saint-Philippe.

SP


Kanalreunion.com