Actualités

Le PCR appelle à des mesures exceptionnelles

Visite du ministre de l’Emploi demain

Céline Tabou / 13 novembre 2013

Lors d’une conférence de presse, Maurice Gironcel, Ginette Sinapin et Yvan Dejean ont tenu à exprimer leurs attentes vis-à-vis de la visite de Michel Sapin, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, les 14 et 15 novembre prochain.

JPEG - 569.2 ko
Toutes les politiques menées jusqu’à présent ont pour résultat d’exclure la moitié des jeunes du droit au travail. La jeunesse de notre pays mérite autre chose que supplier pour obtenir un contrat précaire.

Face à « la gravité de la situation (qui, NDLR) est sans comparaison avec les régions de métropole, cette visite prend une importance particulière pour l’ensemble des acteurs socio-économique et la population » . Pour le PCR, « tous les problèmes essentiels et prioritaires de La Réunion relèvent des attributions de M. Michel Sapin ».

« Ce qui est fait pour les autres peut être fait pour nous »

Satisfait de la visite de Michel Sapin à La Réunion, Yvan Dejean a expliqué que ce dernier arrive dans un contexte grave, car « la situation sociale est une catastrophe, hors norme, et sans comparaison avec Marseille, ou la Bretagne ». Face à cela, le PCR « ne se contentera pas qu’un ministre de ce rang vienne ici pour passer dans les communes pour signer quelques contrats. Il ne peut pas venir pour faire un petit tour et puis s’en aller, alors que la situation est gravissime » , a indiqué ce dernier.

Yvan Dejean a pointé du doigt « les milliards attribués à Marseille et le doublement des aides européennes pour la Bretagne », des départements où la situation a été jugée dramatique par le gouvernement. Dans un document de la DIECCTE sur le marché du travail par commune, daté de septembre 2013, il est noté que 154.599 personnes sont à la recherche d’un emploi en fin de mois (toute catégorie), dont 84.511 sont en recherche depuis un an ou plus. Des chiffres pointés du doigt par Yvan Dejean, qui a expliqué que « le ministre Michel Sapin vient à La Réunion dans un contexte social difficile ».

Michel Sapin étant également ministre du dialogue social, Yvan Dejean a indiqué que « nous attendons des décisions concrètes » , face à la suppression prochaine du bonus COSPAR, ainsi que les exonérations de charges des entreprises. En effet, « nous allons profiter de cette visite pour que l’Etat donne un coup de pouce au dialogue social et suive les demandes faites par les élus, dont le Conseil général et régional concernant les exonérations de charges », a expliqué le secrétaire général.

Yvan Dejean a également demandé « le maintien du dispositif de défiscalisation du logement intermédiaire. On sait qu’il existe des débats sur le budget » . Mais face à « la situation hors norme de La Réunion, nous attendons la solidarité de l’Etat. Il ne faut pas inverser le problème ; car ce qui est fait pour les autres peut être fait pour nous, sur la base de revendications précises » telles que la défiscalisation et le bonus COSPAR.

Un projet « pertinent et courageux »

Présentant les propositions du Parti Communiste Réunionnais, Maurice Gironcel a expliqué qu’à la lecture du document de la DIECCTE, le nombre d’offres d’emploi enregistré depuis janvier ont diminué de 14%, « ce qui veut dire qu’on est dans une situation extrêmement difficile » , car faute d’activité et de création d’emploi, le taux de chômage risque de stagner, voir d’augmenter dans les mois à venir, a expliqué le secrétaire général. Le contexte réunionnais est « beaucoup plus difficile que dans les autres départements de France, comme en Bretagne où le taux de chômage est de 8%, soit trois moins qu’à La Réunion. Si on a pu trouver des solutions pour les Bretons, on peut en trouver pour La Réunion ».

Evoquant la rencontre prochaine entre Gilbert Annette et Michel Sapin, Maurice Gironcel a espéré que le ministre apportera des « réponses aux questions posées par Gilbert Annette lors de voyage à Paris, afin de parler de la situation réunionnaise ». « On espère que cette visite du ministre ne sera pas une visite comme les autres. Aujourd’hui, le temps est fini d’écouter. On a des propositions constructives, faites à partir d’une analyse de la situation et pour un développement durable et solidaire » de La Réunion.

« Seul le PCR a des propositions », qui ont d’ailleurs été présentées à François Chérèque, chargé du suivi du plan de lutte contre la pauvreté. Ce dernier a d’ailleurs indiqué que « votre projet est pertinent et courageux ». Raison pour laquelle, le PCR demande une expertise de ses propositions par le gouvernement, car « la situation est grave, ça peut péter à tout moment. On attend que le gouvernement prenne des mesures pour La Réunion ».

Propositions du PCR

Maurice Gironcel a mis en avant quatre propositions pour le développement de La Réunion. Face à l’urgence sociale, « le PCR propose la création de deux grands services d’aide à la personne et de protection de l’environnement », car « il existe énormément d’emploi à créer » avec la hausse démographique, le vieillissement de la population et la préservation du patrimoine naturel de l’île.

Le PCR demande un moratoire sur 15 ans pour prioriser l’emploi aux Réunionnais. Ce dernier a évoqué le rapport de Patrick Lebreton sur l’emploi des Ultramarins sur leur territoire. Un « rapport attendu. On sait que Michel Sapin va le rencontrer, on attend que des décisions soient prises ».

Dans le cadre du développement social et solidaire, le PCR propose la relance des grands projets, car lors de la visite de François Hollande à Saint-Louis, le 1er avril 2012. Ce dernier, alors candidat, avait promis les deux grands services, le tram-train, l’autonomie énergétique, la MCUR et la route du littoral, d’après les accords de Matignon I. Enfin, pour pouvoir financer toutes ces mesures, Maurice Gironcel a proposé la création d’un Fonds d’investissement réunionnais, composé de la Banque de développement, des flux de capitaux sortant de La Réunion notamment de la Française des jeux et des compagnies pétrolières. Le PCR propose la sauvegarde de la surrémunération afin que l’argent reste à La Réunion et soit utilisé pour le développement de l’île, a conclu le secrétaire général.

Céline Tabou

La réappropriation de l’Histoire de La Réunion par le peuple

Ginette Sinapin a rappelé la motion portée le 30 septembre 2012, lors de l’assemblée générale du PCR, « qui a lancé la reconstruction du parti ». Cette motion « solennelle consacrée au 350ème anniversaire du peuple réunionnais demandait que soit célébrée tout au long de l’année 2013, ce 350ème. On constate avec satisfaction des évènements organisés dans toute l’île. C’est une bonne chose, on doit le souligner, mais les commémorations ne peuvent pas se résumer à des évènements festifs. Il faut ancrer durablement cet évènement dans la mémoire ».

Au delà des célébrations, le PCR propose de « mobiliser tous les acteurs afin de dresser un plan d’action pour la valorisation du peuple réunionnais » . La secrétaire générale a rappelé que la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise (MCUR) avait pour objectif de faire connaitre l’Histoire de La Réunion et de son peuple, « c’est fondamental pour l’unité du peuple réunionnais », a précisé Ginette Sinapin. Cette dernière a dénoncé la suppression de ce projet, dont le but est de « valoriser, d’unir le peuple. Il faudra remettre ce projet en priorité ».
Les changements climatiques, un défi pour La Réunion

Face aux changements climatiques et aux récentes catastrophes qui ont touché l’Asie, dont les Philippines avec le typhon Haiyan, les Etats-Unis ou encore le nord de l’Europe, le Parti Communiste Réunionnais a décidé d’organiser un séminaire d’information, jeudi 14 novembre 2013, à l’Espace Citoyen de Saint-Paul. Le but est d’informer « les cadres du Parti d’un sujet très important » pour La Réunion, au moment où la saison cyclonique arrive.
Attention aux « manœuvres électorales »

Pour Yvan Dejean, « si Michel Sapin ne fait rien et vient pour barboter à La Réunion et faire campagne dans les communes où ses amis se présentent, le PCR n’hésitera pas à dénoncer les manœuvres orchestrées ». Muni de l’agenda du ministre, le PCR avertit Michel Sapin sans pour autant « jeter le discrédit sur sa visite. Nous nous faisons l’écho d’une population qui souffre, c’est notre rôle d’alerter le gouvernement des moindres manœuvres que l’on peut observer » en cette période électorale. Le secrétaire général se dit prêt à dénoncer les « manœuvres électorales faites avec les moyens de l’Etat. Pour le moment, ce n’est pas le cas, mais quand on voit où le ministre doit se rendre, nous disons qu’il y a des risques ».

Yvan Dejean a indiqué que le ministre « doit prendre en compte la gravité de la situation économique et sociale. La Réunion est assise sur un baril de poudre, il suffit de la moindre étincelle pour que ça explose. Ce ne sont pas les quelques contrats qui résoudront le problème de fond. D’autant plus que les espoirs suscités par François Hollande ont été réduits à néant ». « La situation appelle à des solutions d’urgence et des mesures qui préparent l’avenir », a conclu ce dernier.


Kanalreunion.com