Actualités

Le PCR appelle à s’unir sur l’essentiel

Après la publication de l’étude sur la pauvreté

Manuel Marchal / 30 août 2013

Yvan Dejean, Fabrice Hoarau, et Ary Yee Chong Tchi Kan, trois secrétaires généraux du PCR ont rencontré la presse hier. Ils ont donné la position du PCR suite à la publication d’une enquête de l’INSEE sur la pauvreté.

JPEG - 34 ko
Ary Yee Chong Tchi Kan, Yvan Dejean et Fabrice Hoarau ont rencontré hier la presse.

Si l’actualité est aujourd’hui dominée par la Syrie, la réforme des retraites, ou la préparation du budget 2014, le PCR est revenu sur l’impact de la publication d’une étude sur la pauvreté. Elle dit que La Réunion est dans « une situation sociale hors-norme » . Fabrice Hoarau rappelle que « depuis des années, nous attirons l’attention du gouvernement sur la situation spécifique de La Réunion » . Par exemple, tous les ans, ce sont 10.000 personnes de plus, soit 100.000 de plus en 10 ans.

Se basant sur des données de 2010 et 2012, l’étude dit que 343.000 personnes sont en dessous du seuil de pauvreté. Et quand l’INSEE compare les chiffres de La Réunion à ceux d’autres départements en France, l’écart est considérable : 42% de taux de pauvreté à La Réunion contre 14% dans le département de France le plus touché. Là où le manque d’emploi frappe le plus durement en France, le taux de chômage est de 14%, contre 28,5% ici.

« À situation hors normes, il faut des mesures, des propositions hors normes » , souligne Fabrice Hoarau. C’est pourquoi on ne peut pas se contenter de recopier des propositions qui s’appliquent en France.

« À situation hors normes, des mesures hors normes »

« Cette médiatisation du rapport de l’INSEE est arrivée comme une claque » , poursuit-il, « nous pensons que dans la population, beaucoup de gens ont été surpris » . En un mot, « la situation aujourd’hui est catastrophique » .

Or ce sont des chiffres de 2010. La situation s’est encore plus dégradée à La Réunion. L’INSEE ne prend pas en compte les chiffres de 2013, avec la suppression du RSTA, et la prime COSPAR est en sursis.

Autrement dit, « les revenus moyens des Réunionnais vont encore baisser, pour plusieurs dizaines de milliers de familles, la situation va s’aggraver » , précise le secrétaire général du PCR.

D’autant plus qu’en terme de pouvoir d’achat, c’est encore pire, car le coût de la vie à La Réunion est plus élevé qu’en France. « Nous pensons qu’il est l’heure de sensibiliser tout le monde. La crise structurelle existe depuis des décennies. À cela s’ajoute une crise économique » . D’où un appel à rassembler les Réunionnais pour créer le débat.

Quand, on a une situation hors-norme, on doit mettre en place un projet avec des solutions hors-normes.

Les municipales ne doivent pas primer

Yvan Dejean a exposé les propositions. Devant une telle situation, le PCR appelle toute affaire cessante à en débattre, précise le secrétaire général, « nous ne pouvons pas dire qu’il y a le feu dans la maison et continuer à faire comme si de rien. C’est impensable de continuer avec le train-train quotidien.

Yvan Dejean dit que le PCR a des propositions pour faire face à l’urgence sociale et pour des projets structurants. Et pour mettre en œuvre ces propositions, le PCR propose une gouvernance adaptée à la situation avec une assemblée. Ce débat est bien amorcé, comme le rappelle la conférence tenue mardi à Saint-Pierre par le Professeur André Oraison.

Il ne faut pas que les contingences municipales prennent la primauté sur les problèmes soulevés par l’INSEE, estime le PCR qui veut continuer à expliquer, mobiliser à débattre des propositions.

D’où l’appel lancé aux Réunionnais à ne pas se diviser.

Grand rassemblement en octobre

La première mise en application de cette orientation ne tardera pas avec un double rendez-vous : la venue de François Chérèque dans le cadre de sa mission sur la lutte contre la pauvreté, et celle du ministre des Outre-mer pour une conférence sur la coopération régionale.

Que vient faire François Chérèque ? Dire ce qui a été décidé sur des critères parisiens ou il vient écouter les propositions des Réunionnais ?

Il faut que les Réunionnais se retrouvent et parlent d’une même voix, soutient Ary Yee Chong Tchi Kan. Fabrice Hoarau abonde dans le même sens. Il serait « insupportable » que le chargé de mission du gouvernement vienne avec des mesures déjà faites, d’où la nécessité de se rassembler pour débattre afin de parler d’une même voix.

Au-delà de ces événements, le PCR poursuit la feuille de route qu’il s’est fixé lors de son 8e congrès, avec l’organisation au mois d’octobre d’un grand rassemblement. La date sera connue après le prochain Conseil politique du PCR.

M.M. 

Les rendez-vous à venir

François Chérèque arrive. Il est missionné par le Gouvernement pour recueillir les remarques des Réunionnais sur le traitement de la pauvreté. Il arriverait dans le courant du mois de septembre.

Dans le milieu du mois d’octobre, c’est le ministre des Outremer qui vient pour une conférence sur la coopération.

Pour le PCR, ces deux rendez-vous sont l’occasion pour les Réunionnais de parler d’une même voix face aux représentants du gouvernement.

Quant au PCR, après le 8ème Congrès, il a pris la décision de populariser davantage ses propositions et c’est dans ce cadre qu’il a tenu 3 meetings et qu’un grand rassemblement est prévu au mois d’octobre.

D’ici là, diverses activités populaires vont ponctuer le calendrier. La situation est trop grave et il faut parler au peuple. D’ailleurs, dans l’urgence le PCR va réunir le Conseil Politique le 7 septembre prochain.

Enfin, le PCR rappelle la nécessité de réunir une table ronde sur le RSTA et le Bonus COSPAR et élargir le débat à la venue de François Chérèque.

La situation est suffisamment grave : il faut s’unir sur l’essentiel.
Propositions pour le débat

- Maintenir le RSTA et ouvrir des négociations.

- Augmenter les minima sociaux et les petites retraites.

- Titulariser les emplois communaux.

- Le moratoire dans la fonction publique. Pendant une période donnée, les postes ouverts ne sont plus dans le mouvement national, mais sont attribués selon d’autres critères pour qu’à compétence requise, les Réunionnais puissent être embauchés.

- La bataille du rail.

- La création de 2 grands services qui peuvent être gérés par un pool comprenant les employeurs, les financeurs et Pôle emploi pour arrêter le clientélisme avec les emplois aidés.
Syrie : pour une solution politique

« Nous réaffirmons notre position : toujours privilégier les sorties de crise politique plutôt que les guerres », a dit Fabrice Hoarau qui a rappelé un grand rassemblement de la jeunesse de l’océan Indien à l’initiative du PCR sur le mot d’ordre "océan Indien zone de paix."
Retraites : qui pourra cotiser 43 ans ?

Sur la réforme des retraites, les propositions du gouvernement n’ont satisfait personne estime le PCR.

Pour La Réunion, la plupart des travailleurs passent par des périodes de chômage relativement longues. Comment quelqu’un qui commence par 6 à 7 ans de chômage peut s’intéresser à savoir s’il doit cotiser 41,5 ou 43ans ? De toute façon, il ne pourra pas y arriver.


Kanalreunion.com