Actualités

Le PCR demande le même engagement du ministre pour La Réunion

Priorité à l’emploi des Martiniquais dans la fonction publique

Témoignages.re / 20 juillet 2012

Grâce à la mobilisation de leurs députés, les Martiniquais ont obtenu une avancée importante dans la lutte pour la priorité des Martiniquais dans les recrutements dans la fonction publique en Martinique. Dans un communiqué diffusé hier, le Parti communiste réunionnais demande aux députés d’agir pour l’engagement pris envers les Martiniquais soit étendu à La Réunion et aux autres départements d’outre-mer.

Comme La Réunion, la Martinique est confrontée au grave problème du chômage des jeunes. Et comme dans notre pays, le diplôme aussi élevé soit-il ne protège pas de cette exclusion. Cela explique que comme dans notre île, nombreux sont les jeunes diplômés qui doivent quitter la Martinique, notamment pour la France, pour espérer avoir un travail alors que leur compétence pourrait être mise au service du développement de leur pays.
C’est tout un système qui est en place pour amener les jeunes à s’exiler, alors que des emplois correspondant à leur compétence existent.
À la Martinique comme à La Réunion, des jeunes ayant obtenu un diplôme universitaire permettant d’enseigner sont employés en tant que contractuel. Et quand ils réussissent le concours de recrutement de professeur dans l’Éducation nationale, il n’est pas rare qu’ils soient expédiés à Créteil ou ailleurs en France alors qu’ils ont déjà démontré qu’ils sont capables d’être enseignants dans leur pays.
C’est ce problème qu’Alfred Marie-Jeanne, député de la Martinique, a posé mardi au gouvernement à l’Assemblée nationale, en demandant que des mesures soient prises pour que cesse enfin ce scandale.
Dans un communiqué publié hier sous le titre « Affectation dans l’Éducation Nationale : l’engagement du Ministre de l’Éducation Nationale Vincent Peillon pour la Martinique doit s’appliquer également pour La Réunion », le PCR estime que la réponse favorable du ministre au député de la Martinique est une avancée dans cette lutte. « Elle montre qu’il est possible d’appliquer de façon pragmatique la loi pour prendre en compte la situation exceptionnelle des départements d’outre-mer et la revendication de priorité au recrutement local », souligne le Parti communiste réunionnais qui demande aux députés de La Réunion d’agir « afin d’obtenir du Ministre le même engagement pour La Réunion ».


Communiqué du PCR

« Affectation dans l’Éducation Nationale : l’engagement du Ministre de l’Éducation Nationale Vincent Peillon pour la Martinique doit s’appliquer également pour La Réunion »

C’est avec intérêt que nous avons pris connaissance de la déclaration à l’Assemblée Nationale du Ministre de l’Éducation Nationale Vincent Peillon répondant au député de la Martinique Alfred Marie-Jeanne :

« … Afin de remédier aux difficultés qui blessent les territoires ultra-marins, j’ai pris la décision pour la rentrée 2012 de permettre que tous les contractuels ayant réussi le concours et ayant exercé en Martinique, soient affectés en Martinique »

La situation de l’accès des jeunes aux postes de la fonction publique dans leur département prévalant à La Réunion comme dans les autres départements d’outre-mer étant comparable à la Martinique, il serait juste et légitime que l’engagement du Ministre pour la Martinique vaut pour La Réunion et tous les autres départements d’outre-mer.

Cette décision pour la rentrée 2012 représente une avancée dans la lutte menée pour l’accès des ultra-marins aux emplois de la fonction publique, et surtout elle montre qu’il est possible d’appliquer de façon pragmatique la loi pour prendre en compte la situation exceptionnelle des départements d’outre-mer et la revendication de priorité au recrutement local.

Le PCR demande aux députés Réunionnais d’agir sans délai à l’instar de leur confrère Alfred Marie-Jeanne, afin d’obtenir du Ministre le même engagement pour La Réunion.

Le 19 juillet 2012,
Le Bureau de presse du PCR


Kanalreunion.com