Actualités

Le PCR dénonce la politique d’austérité du gouvernement

Annonce du plan d’économies

Céline Tabou / 19 avril 2014

A l’occasion d’une conférence de presse, Ginette Sinapin, Yvan Dejean, Camille Dieudonné et Ary Yée Chong Tchi Kan ont dénoncé les mesures engagées par le gouvernement de Manuel Valls, qui « auront un impact aggravant sur la situation économique et sociale de La Réunion ».

JPEG - 25.5 ko
Camille Dieudonné, Yvan Dejean, Ginette Sinapin et Ary Yée Chong Tchi Kan ont donné hier la position du PCR sur le plan présenté par le Premier ministre.

Le 10 avril, la Commission européenne a refusé catégoriquement d’accorder un délai à la France, l’exhortant de tenir ses engagements. Se voulant confiant, Michel Sapin, ministres des Finances et des Comptes publics a expliqué à l’Agence France Presse, « j’ai toujours dit que je n’ai pas cherché de délai », réaffirmant l’objectif de 3% du déficit de fin 2015.

La Réunion « n’a rien à voir avec la France »

Pour Yvan Dejean, l’intervention de Manuel Valls survient après l’annonce de Bruxelles, raison pour laquelle, l’Etat a décidé de faire des économies de 18 milliards d’euros auprès de l’Etat, 11 milliards auprès des collectivités locales et 21 milliards supplémentaires sur la protection sociale. « L’argument de l’Etat pour engager ces mesures est l’inflation. Et compte tenu de son niveau bas » le gouvernement a décidé de lancer ces mesures, a expliqué le secrétaire général du PCR.

Cependant, l’inflation en France est moins forte qu’à La Réunion, « on voit de suite le décalage entre ce qui est annoncé pour la France, et une situation économique précise et un taux d’inflation plus élevé ici ». « On dit d’emblée que ce qui est peut être bon pour la France ne l’est pas pour La Réunion », a affirmé Yvan Dejean. Evoquant l’absence de revalorisation des prestations sociales, dont les retraites, ou encore « le report d’un an des mesures prévues dans le plan pauvreté », ce dernier a assuré que « l’austérité va toucher toutes les classes sociales ».

Le public, en ligne de mire

Les fonctionnaires sont également concernés, ces derniers n’auront pas « de cadeau à attendre du gouvernement Valls ». « Dans le même temps pour atteindre 18 milliards d’économie, le gouvernement engage des coupes sombres dans les services publics », a indiqué Yvan Dejean. Au PCR, « on ne voit pas une seule mesure positive pour améliorer le pouvoir d’achat et la situation de pauvreté de 42% de la population. C’est le contraire, les mesures tendent a aggraver la situation ».

Pour les secrétaires généraux du PCR, en dépit de la prolongation de l’octroi de mer, qui « alimente le budget des collectivités, les 11 milliards en moins sont des éléments qui vont aggraver la situation ». « Par ailleurs, rien n’est réglé pour les planteurs, avec la fin des quotas prévus en 2017 », a expliqué Yvan Dejean.

Les mesures engagées par le gouvernement sont « décriées par les députés socialistes eux mêmes, qui menacent de ne pas voter le plan. Ils disent que c’est grave pour la France, mais nous disons que c’est encore plus grave pour La Réunion ». Cela pose la question pour le PCR « que font nos députés socialistes, ils sont au pied du mur et les réunionnais les regardent », a évoqué Yvan Dejean. Pour conclure, ce dernier a affirmé que « ce plan est dangereux pour La Réunion. C’est dans ce contexte que l’on parle d’austérité ».

 Céline Tabou  


Kanalreunion.com