Actualités

Le PCR entre en campagne

Meeting demain à Sainte-Suzanne avec Paul Vergès

Manuel Marchal / 17 avril 2015

Représenté par les secrétaires généraux Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel, le Parti communiste réunionnais a rendu compte publiquement de son Conseil politique de samedi dernier. Il a décidé d’entrer en campagne pour populariser les 25 propositions du programme présentées le 22 février dernier à Sainte-Suzanne. 5 d’entre elles constituent un socle pour une base de rassemblement aux régionales : lutter pour sauver la filière canne, construction d’un train, 6 % de hausse des bas revenus, les énergies renouvelables, et la création d’une instance de concertation des élus pour construire un projet : le Congrès. Rendez-vous est donné demain à Quartier-Français, Sainte-Suzanne, pour le premier meeting de la campagne.

JPEG - 63.3 ko
Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel.

Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel ont rencontré hier les journalistes. Le but de la conférence de presse était de dévoiler des décisions prises lors du Conseil politique du PCR de samedi dernier, et les premières applications concrètes. Après les élections, les réalités reprennent leurs droits. « Nous entrons dans une nouvelle phase de préparation de campagne électorale, les promesses vont reprendre de plus bel. Nous voulons nous adresser à la population et ne pas lâcher sur les problèmes concrets », a introduit Ary Yée Chong Tchi Kan.

Yvan Dejean a exposé la situation générale. Tout d’abord le contexte : « Tout s’accélère. Visite de George Pau-Langevin la semaine prochaine, de Manuel Valls en juin, dans deux mois la coupe de la canne ». Le PCR veut anticiper sur le long terme pour traiter les problèmes durablement. « Nous avons été lanceurs d’alerte. L’opinion nous a entendu. Au regard de nos résultats partout dans l’île, nous avons sauvegardé l’essentiel ce qui laisse pour nous des perspectives intéressantes ».

Une Convention canne sur 6 ans

Parmi les questions placées dans le débat par le PCR, la filière canne : « personne n’en a parlé, et maintenant dans deux mois la coupe s’ouvre et la convention canne n’est toujours pas signée. Cela inquiète les planteurs, les professions agricoles, les banquiers », rappelle Yvan Dejean. La fin des quotas et l’incertitude sur les mesures compensatoires empêche d’avoir une visibilité sur 6 ou 7 ans pour que les planteurs puissent renouveler leurs demandes de replantation, de matériel. Dans deux coupes, c’est la fin des quotas. Filière est en danger, ce sont 20.000 emplois. Le PCR rappelle des précédents historiques avec les épices, le café et le géranium. C’étaient des productions importantes à La Réunion, elles ont périclité.

« Notre revendication : la signature d’une Convention canne pour 6 ans », souligne Yvan Dejean.

Il faut pour cela « que le président de la République tienne ses engagements d’abonder les crédits de la filière canne des 38 millions d’euros de crédits supplémentaires ».

Crise du BTP

Ensuite, le PCR a abordé la crise du BTP. Les collectivités locales préparent et votent leur budget. « Des budgets contraints, avec une diminution des dotations de l’État qui dit qu’il faut continuer à recruter des contrats d’avenir. Toutes les communes sont à asphyxier et à terme à craindre que toutes les communes soient sous contrôle budgétaire de la Chambre régionale des comptes », déclare Yvan Dejean.

Avec la baisse des crédits, l’impact sera conséquent sur le développement et l’emploi, car les collectivités représentent 80 % de la commande publique. Dans ce contexte, c’est la grève générale d’une journée dans le BTP qui a perdu 10.000 emplois en 6 ans.
Où est le plan BTP pour La Réunion, interroge le PCR.

La ministre devra répondre à ces questions

Yvan Dejean revient sur les accords de partenariat économique. « Des accords signés sans consulter les Réunionnais, avec nos intérêts sacrifiés sur l’autel de la mondialisation », constate Yvan Dejean. C’est une logique qui obéit au même principe que la fin des quotas sucriers et du prix garanti. Que va devenir notre économie, demande le PCR.

JPEG - 63.3 ko
Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel.

« Quand la ministre sera à La Réunion, elle devra répondre à ces questions. Tout autre artifice ne fera qu’amplifier une situation déjà très grave », précise Yvan Dejean, qui rappelle que « cette crise politique s’est traduite par 50 % d’abstention, conséquence d’une crise économique doublée d’une crise sociale ».

Un projet fait par et pour les Réunionnais

Le PCR rappelle que François Hollande sera bientôt aux Antilles pour évoquer avec ces collectivités un Pacte territorial. « Nous voulons un projet de territoire fait par les Réunionnais, mis en œuvre par les Réunionnais », dit le secrétaire général du PCR « Nos propositions existent, elles ont été présentées le 22 février à tous les Réunionnais. Plus que jamais nous allons les populariser. « Nous entrons en campagne sur le front économique, social et électoral », ajoute Yvan Dejean, car « nous ne laisserons pas et ne nous rendrons pas complice de l’assassinat programmé de notre pays et nous réagirons parce que la situation sociale commande notre posture de fond ».

Parmi les 25 propositions du programme publié le 22 février, 5 d’entre elles constituent le socle d’une base de rassemblement : lutter pour sauver la filière canne, construction d’un train, 6 % de hausse des bas revenus, les énergies renouvelables, et la création d’une instance de concertation des élus pour construire un projet : le Congrès.
Rendez-vous est donné demain à Sainte-Suzanne, pour un meeting avec Paul Vergès.

5 propositions pour le socle du rassemblement

– lutter pour sauver la filière canne,
– construction d’un train,
– 6 % de hausse des bas revenus,
– les énergies renouvelables,
– la création d’une instance de concertation des élus pour construire un projet : le Congrès.


Kanalreunion.com