Actualités

Le PCR propose un signe concret du changement

Une conférence sociale, économique et environnementale

Manuel Marchal / 13 juillet 2012

Mercredi, le Parti communiste réunionnais a proposé l’organisation d’une conférence sociale, économique et environnementale dans chaque région d’Outre-mer. Les propositions issues de ce débat pourront inspirer le contenu de la prochaine loi-programme. C’est une méthode en rupture avec tout ce qui a été fait jusqu’à présent.

Depuis 1960, quasiment tous les gouvernements ont voulu appliquer à l’Outre-mer une loi particulière. Loi de programme ou loi d’orientation se sont donc succédé depuis. Aucun de ces textes n’a permis d’inverser la tendance de la crise. Celui mis en œuvre par le précédent gouvernement a même contribué à accélérer les difficultés. En effet, en choisissant de réduire considérablement l’aide de l’État dans la construction privée, et en faisant dépendre une partie du financement du logement social par la défiscalisation, l’UMP a donné un sévère coup d’arrêt au secteur du BTP.
À La Réunion, cela s’est ajouté à l’arrêt des grands chantiers initiés par Didier Robert au Tampon, et amplifiés à Saint-Denis et à Saint-Paul à partir de 2008. Avec l’arrivée de l’UMP aux commandes de la Région, c’était la décision de stopper le chantier du tram-train et de remettre en cause celui de la future route du littoral.

Une grande attente

Des milliards ont été brutalement enlevés à notre pays, et des milliers d’emplois ont été supprimés. Face à cette catastrophe, tout le BTP s’est mobilisé avec comme réponse du gouvernement la création d’un Haut conseil à la commande publique. La poursuite de la courbe ascendante du chômage démontre qu’au-delà des effets d’annonce, rien n’est réglé.
Ce résultat n’est guère étonnant lorsque l’on regarde la méthode employée. Quand un mouvement social se déclenche en février 2009 dans les Outre-mer, le gouvernement décide de faire voter dans l’urgence une loi programme. Sachant que cette loi avant déjà pris plus d’un an de retard, Paris aurait pu très bien sursoir en attendant le résultat de la concertation que le gouvernement venait de lancer : les États généraux de l’Outre-mer.
L’arrivée d’un nouveau président de la République et celle d’un nouveau gouvernement correspondent à une volonté de changement. La Réunion a choisi résolument d’être à l’avant garde de ce changement, avec un vote à 71% pour François Hollande au second tour de la présidentielle.
C’est l’expression d’une grande attente.

Quel accueil ?

Dans sa proposition n°3 pour l’Outre-mer, le président de la République s’engage à une loi de programmation déclinée par un contrat passé avec chaque région.
Dans cette perspective, le Parti communiste réunionnais propose l’organisation dans chaque région d’une conférence sociale, économique et environnementale. Puisque cette loi doit donner la feuille de route de ce gouvernement avec les différentes régions d’Outre-mer, autant qu’elle soit élaborée en tenant compte de ce que les Réunionnais ont à proposer. C’est là que se situe une des conditions du changement. C’est un signe fort que le nouveau pouvoir a la possibilité de valider dès maintenant.
Car pour la première fois, un membre du nouveau gouvernement arrive à La Réunion. L’accueil qui sera réservé à la proposition du PCR sera donc suivi attentivement.

M.M.


Proposition n°3 de François Hollande pour l’Outre-mer

« Je développerai l’artisanat, l’industrie touristique. Je proposerai une loi de programmation engageant l’État dans la durée et créant de la stabilité pour les opérateurs économiques. Cette loi sera déclinée localement par un contrat passé avec chaque région d’outre-mer ».


Kanalreunion.com