Actualités

Le peuple réunionnais a-t-il les mêmes droits que les Alsaciens pour la démocratie dans son pays ?

Presque à l’unanimité, les conseillers régionaux et conseillers généraux de la Région Alsace et de ses deux Départements viennent de voter pour une seule et nouvelle collectivité alsacienne

Témoignages.re / 4 février 2013

À quand la réforme institutionnelle à La Réunion permettant au peuple réunionnais — après 350 ans de formation, d’épreuves parfois inhumaines et de luttes positives — de pouvoir enfin gérer lui-même les affaires de son pays et de bâtir enfin un développement durable, humain, solidaire et libre ? La réponse à cette question essentielle afin de résoudre les graves problèmes du pays se trouve dans la création d’une collectivité réunionnaise unie et dotée des pouvoirs nécessaires pour aller dans ce sens. Ce qui vient de se passer en Alsace conforte la justesse de cette solution.

Il n’y aura jamais de développement durable de notre pays s’il n’y a pas une gestion démocratique réunionnaise, permettant à chaque Réunionnaise et Réunionnais d’être un acteur libre et responsable d’une telle politique. Si le peuple réunionnais n’a pas le pouvoir de prendre lui-même les décisions qui concernent son économie, sa société, sa culture, son éducation, son environnement, etc., non seulement il n’y aura toujours pas de démocratie dans ce pays mais encore il sera impossible de résoudre les problèmes auxquels nous sommes et serons confrontés.

Voilà la réponse spécifique pour La Réunion que nous devons pouvoir donner à la nouvelle étape de la décentralisation envisagée par le gouvernement. D’où la proposition exposée par Paul Vergès au Sénat le 15 janvier dernier en faveur d’une consultation de la population réunionnaise sur les modalités et les objectifs de la réforme à La Réunion (voir "Témoignages" du 17 janvier).

Une fusion de trois collectivités

Cette démarche est d’autant plus justifiée et légitime qu’il y a des collectivités dans les Outre-mer mais aussi en France qui expriment des solutions spécifiques à leur territoire à propos de ce projet gouvernemental. C’est le cas en Alsace, dans l’Est de la France, où le Conseil régional et les deux Conseils généraux, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, ont voté le 25 janvier dernier les modalités permettant l’organisation du référendum sur la nouvelle collectivité d’Alsace, le 7 avril prochain.

Conformément à la loi, les trois assemblées se sont réunies, chacune chez elle, et en deux heures à peine, l’affaire a été bouclée. Selon le quotidien "L’Alsace", 104 élu(e)s de la Région et des deux Départements alsaciens ont voté pour la fusion des trois collectivités en une seule et pour consulter la population par référendum à ce sujet ; seulement 7 élu(e)s se sont prononcé(e)s contre et 11 se sont abstenu(e)s.

« U n processus historique »

Cette large majorité des élus alsaciens pour une collectivité unique et des compétences nouvelles s’est faite par un accord entre les différentes étiquettes politiques vers «  un processus historique qui jamais n’a été initié dans notre pays » , ne manque pas de rappeler Philippe Richert le président UMP de la Région Alsace.

« Les différents sondages montrent que les Alsaciens sont majoritairement favorables à la fusion, mais l’enjeu principal du référendum sera sans doute celui de la participation », a indiqué à l’AFP Richard Kleinschmager, professeur de géographie politique à l’Université de Strasbourg.

Pour l’emporter, le “oui” au référendum du 7 avril devra en effet non seulement recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés, mais aussi atteindre au moins le seuil de 25% des électeurs inscrits dans chaque département. En cas de succès, une loi devra ensuite être élaborée, puis examinée par le Parlement.

Aurons-nous notre mot à dire ?

Les partisans de la collectivité unique espèrent que sa mise en place pourra avoir lieu en 2015. On verra donc quelle sera la suite de ce processus en Alsace. Il concerne avant tout les Alsaciennes et les Alsaciens eux-mêmes.

Mais que va-t-on faire à La Réunion pour ce qui concerne les Réunionnaises et les Réunionnais ? Aurons-nous notre mot à dire sur l’application spécifique à La Réunion de "l’Acte 3 de la décentralisation" ? Aurons-nous les mêmes droits que les citoyens d’Alsace ? On attend les réponses des politiques au pouvoir sur ces questions fondamentales pour l’avenir de notre pays ?

L. B.


Kanalreunion.com