Actualités

Le pipeau joué par Yves Mont Rouge : « quelqu’un m’a dit » !

Humeurs de presse

Témoignages.re / 25 mai 2012

Décidément, lorsqu’il est en campagne, l’éditorialiste du "Journal de l’île de La Réunion" est impayable. L’édito qu’il a commis hier est un modèle du genre : Yves Mont Rouge veut se faire le porte-parole de « cadres » du PS à La Réunion, ou de « l’entourage national » de Victorin Lurel. Bien entendu, aucun nom n’est cité, mais Yves Mont Rouge procédant par citation, le doute n’est pas permis, « quelqu’un lui a dit »… Et qu’est ce que ces « cadres » du PS lui auraient raconté ? « qu’il n’y a jamais eu de problème de désistement républicain au second tour » entre le PCR et le PS. C’est vrai par exemple qu’aux législatives de 2007, le désistement actif du secrétaire général du PCR, Élie Hoarau, dans la 4e circonscription avait permis à Patrick Lebreton de l’emporter au 2d tour. En revanche, le PS n’avait pas joué le jeu aux régionales de 2010, sachant pertinemment que son refus de l’union aurait pour conséquence le basculement de la région dans le camp de l’UMP.

Vergoz ne voulait pas d’un accord avec le PCR

Cette position étant injustifiable et les faits étant têtus, Mont Rouge, en sa qualité de porte-parole — auto-autorisé ? — des socialistes, indique que « le PS affirme n’avoir jamais reçu d’appel du PCR » entre les 2 tours ; là, on peut dire que l’éditorialiste du "JIR" adore jouer du pipeau ! Car non seulement une délégation du PCR a rencontré le lundi suivant le 1er tour une délégation du PS pour discuter d’un accord, mais de plus, Élie Hoarau avait même envoyé un courrier à Gilbert Annette pour provoquer cette rencontre. Alors, qui ne voulait pas de l’union ? Lorsque la présence de TAK sur la liste est évoquée, cela ne tient pas puisque le PCR avait formellement fait part au PS d’une lettre de TAK indiquant que dernier était prêt à se retirer s’il était un obstacle à l’accord.
En fait, personne n’a été dupe, tout le monde sait que Vergoz ne voulait pas d’un accord avec le PCR et qu’il a imposé sa ligne. Il n’y a qu’un amateur de pipeau pour croire à la version qui est présentée dans cet édito. La référence aux régionales de 2004 ne tient pas non plus : comment Mont Rouge peut il écrire qu’entre les deux tours, le PCR a refusé de discuter avec le PS alors que son propre journal n’a cessé de gloser sur la rencontre de Bœuf Mort. Or, en 2004, le problème d’un désistement républicain ne se posait pas car il n’y avait aucun danger de succès de l’UMP au 2d tour, comme les faits l’ont d’ailleurs montré…

Que redouter ?

Comment Mont Rouge peut-il aussi affirmer que le PS « refuse de se mêler »... à la « guerre Vergès-Bello » (sic), alors que le PS a décidé unilatéralement qu’une personnalité en conflit ouvert avec son partenaire devait prendre la parole au meeting de Saint-Denis ? Or, lorsqu’un tel conflit existe et est connu de tous, personne ne peut jouer à Ponce Pilate... Mont Rouge n’hésite pas à ouvrir les guillemets pour mettre dans la bouche de « l’entourage national (sic) de Victorin Lurel » qu’on considère Huguette Belllo comme « une députée de gauche, qui, depuis 10 ans, a toujours milité aux côtés des socialistes à l’Assemblée nationale, a toujours cosigné les amendements socialistes » CQFD ! Et s’abritant toujours dernière l’anonymat « d’un cadre du PS », l’éditorialiste du "JIR", dans le style et le vocabulaire qu’on lui connaît bien, considère que les principes rappelés par Paul Vergès pour garantir un désistement républicain honnête, c’est du « cinéma ». C’est Mont Rouge qui se fait tout un film : redoute-t-il l’efficacité d’un désistement républicain loyal entre les deux formations politiques de la majorité présidentielle qui ne laisse à l’UMP et au MODEM aucune chance dans aucune circonscription ?
Ce n’est pas une raison pour jouer du pipeau !

A.P.


Kanalreunion.com